KATALIN SZOKE (1935–2017), CHAMPIONNE OLYMPIQUE DU 100 M EN 1952

Eric LAHMY

Dimanche 17 décembre 2017

Née à Budapest le 17 août 1935, la Hongroise Katalin SZÖKE, qui s’est éteinte le 27 octobre dernier à Los Angeles, en Californie, USA, s’empara en 1952, à Helsinki, du titre olympique du 100 mètres et participa au relais quatre fois 100 mètres hongrois vainqueur. Elle répéta ce double succès deux ans plus tard aux championnats d’Europe de Turin.

Fille de champions de natation, Szöke ne pouvait échapper aisément à son destin aquatique, qui fut « mise à l’eau » à l’âge de six mois et disputa ses premières compétitions à six ans ; elle fut entraînée par deux légendes du coaching hongrois, Imre Sarosi entre 9 et 11 ans, et Steffen Hunyadfi, qui furent intronisés comme elle dans le Temple de la renommée de l’International Swimming Hall of Fame.

A douze ans, « Kato » était déjà l’une des meilleures nageuses de Hongrie.

A Helsinki, son succès ne fut pas facile. Une autre Hongroise, Judith Temes, gagnait en séries en 1’5s5. La Sud-Africaine Joan Harrison, elle, avait remporté sa demi-finale en 1’6s5, et Szöke nagea le 4e temps des séries, 1’7s1, comme des demi-finales, 1’7s2. En finale, Temes, qui était très émotive, perdit ses moyens (comme quatre ans plus tôt à Londres) et ne put faire mieux que troisième de la course, en 1’7s1. Szokes gagna en 1’6s8 devant la Néerlandaise Hannie Termeulen, 1’7s. Une demi-seconde séparait les six premières.

En revanche, le relais quatre fois 100 mètres formé par les Hongroises Szoke, Temes, les sœurs Novak, domina de telle façon, avec un record du monde, qu’il fut couronné, quarante-huit ans plus tard, par l’International Swimming Hall of Fame, comme « relais du siècle ».

Katalin était la fille d’une nageuse, Katalin Szöke, et de Marton Homonnay (1906–1969), un joueur de water-polo de talent, qui avait été trois fois médaillé olympique : argent en 1928, or en 1932 et 1936. Homonnay entra dans la police et devint membre d’un parti d’obédience fasciste, la Flèche et la Croix (NYKPHM), lequel prit le pouvoir en Hongrie en 1944 et collabora avec le régime national-socialiste (nazi). A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il s’enfuit en Argentine où il fut pendant vingt ans entraîneur de water-polo à Buenos Aires. En raison de sa participation à des crimes de guerre, il fut condamné à mort en Hongrie en son absence.

Sa fille, qui, après le divorce de ses parents, en 1938, avait pris le nom de sa mère, épousa le double champion olympique de water-polo Kalman Markovits (1931–2009), mais divorça assez tôt. Katalin épousa en secondes noces un autre joueur de water-polo, Arpad Domjan.

Quand Domjan ne fut pas retenu dans l’équipe olympique qui se rendait à Melbourne, Katalin s’arrangea pour que son fiancé voyage avec lui comme « réserve ». Ce fut assez folklorique. Comme l’avion de la TAI (transports aériens intercontinentaux, une compagne française) était plein au décollage de Prague en raison de l’invasion russe sur Budapest, Domjan fut autorisé à voyager dans les toilettes ! A partir d’Istamboul, il continua son périple dans un conteneur en bois.

Katalin fut éliminée en séries du 100 mètres libre. Après les Jeux, elle demanda, comme plusieurs nageurs hongrois, l’asile politique aux USA, Budapest ayant été envahi par les chars russes. Mais les quotas d’immigration étaient atteints, et les Hongrois à l’exception d’Eva Novak qui avait rejoint de façon romantique un journaliste belge, Pierre Gérard, qui deviendrait son mari, furent livrés à eux-mêmes dans Melbourne ; ceci jusqu’à ce que le magazine Sports Illustrated raconte leur épopée. 42 membres de l’équipe hongroise de natation reçurent une invitation personnelle du président des Etats-Unis, David Eisenhower et purent émigrer.

Katalin et Domjan, qui se marièrent en 1961, « anglicisèrent » leur nom, et elle devint Katherine Domyan, employée de banque à Beverly Hills, et, jolie fille, s’essaya comme mannequin, tandis qu’il trouva du travail comme dessinateur dans un cabinet d’architecte, puis se lança avec succès dans l’immobilier. Devenue un membre actif de la communauté de Los Angeles Ouest, elle participa à diverses associations artistiques (théâtre, opéra) ou caritatives. Son enfant, Bryan, naquit en 1971 et elle fut honorée par l’ISHOF en 1985.


Originally published at .

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.