LA RUSSIE NE PAIERA PLUS POUR SES DOPÉS !

Mardi 18 Avril 2017

En faisant savoir qu’elle cessera désormais de payer les amendes des nageurs ayant été positifs à des contrôles anti-dopage, la Fédération russe de natation n’a-t-elle pas admis implicitement qu’elle couvrait les dopés ?

Certes, Vladimir Salnikov, l’ancien champion olympique de demi-fond devenu le président de la Fédération justifie la décision d’une toute autre manière : « dans la situation actuelle, nous perdons de l’argent parce que certains athlètes ne prennent pas le soin de respecter la législation antidopage, le passage des tests. » Ces négligences finissant par coûter cher la fédération, celle-ci a décidé de responsabiliser les nageurs.

Quand ils devront payer, nul doute que les intéressés trouveront l’amende amère!

Il est bon de rappeler qu’entre 2009 et 2016, vingt-trois nageurs russes ont été contrôlés positifs, dont leur nageuse vedette Julia Efimova, convaincue de dopage à un anabolisant et à un produit nouveau, le meldonium, ou encore Morozov et Lobintsev, médaillés olympiques de relais en 2012 à Londres, pour ne citer qu’eux. Sept des 37 membres de l’équipe russe de natation étaient sous le coup d’une interdiction, avant qu’une manœuvre du CIO, relayée par la fédération internationale de natation ne permette à la cour arbitrale du sport de leur sauver opportunément la mise. Or faire appel d’un jugement coûte une petite fortune.

Actuellement, plusieurs nageurs russes, dont certains médaillés, sont écartés des compétitions. ainsi Vitalina Simonova et Yana Martynova, respectivement double et triplé médaillée des championnats d’Europe


Originally published at Galaxie Natation.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Eric Lahmy’s story.