LAURENT GUIVARC’H, RICHARD MARTINEZ, PHILIPPE DUMOULIN, CANDIDATS AU POSTE DE DIRECTEUR TECHNIQUE NATIONAL

Éric LAHMY

Lundi 29 Mai 2017

Alors que les championnats de France venaient d’accoucher, dans la douloureuse euphorie que provoquent toutes les parturitions, des neuf sélectionnés pour les mondiaux de Budapest, maigre, mais rien moins qu’inattendu butin, quelques couloirs bruissaient au sujet des quatre candidature au poste de prochain Directeur technique national de la natation française — Richard MARTINEZ, 59 ans, actuellement entraîneur à Font-Romeu, Laurent GUIVARC’H, 37 ans, actuel DTN par intérim, et Philippe DUMOULIN, ancien DTN adjoint de Claude FAUQUET, aujourd’hui rattaché à la fédération française de volley-ball.

Il se pourrait qu’un quatrième candidat, sous toutes réserves, soit le cycliste Florian ROUSSEAU [ancien champion multi-médaillé, ex-responsable du pôle France Sprint à l’INSEP et depuis 2016 directeur adjoint de la mission d’optimisation de la performance, (où il semble que Jacques FAVRE, le DTN sur le départ ait fait acte de candidature)]. On parle encore au Ministère d’un “responsable du sport en entreprise” dont le nom ne nous a pas été communiqué.

Les candidats passent cette semaine leur « grand oral » au ministère. Le choix final (délicat) devra être fait par Gilles SEZIONALE, a priori sur une « short-list » qu’établira le ministère.

Pourquoi choix délicat ? Parce qu’outre Florian ROUSSEAU dont la carrière est impressionnante, entre l’entraîneur de Font-Romeu, l’ancien directeur adjoint de la natation et l’actuel titulaire, par intérim, du poste, et je crois que chacun d’eux dispose de grandes qualités pour le poste, en fonction de leur équation personnelle. MARTINEZ, fort de sa technicité d’entraîneur à succès et de sa grande expérience, qui a formé Oussama MELLOULI, entraîné Pierre ROGER, Camille LACOURT, Lara GRANGEON, Ophélie ETIENNE ; GUIVARC’H et DUMOULIN en raison de profils d’administrateurs à idées (aux yeux des observateurs), mais dans des étapes très différentes de leurs parcours.

Bien entendu, loin de nous l’idée de vouloir créer un « dream team », mais on peut imaginer ces trois fortes compétences associées à la Direction technique avec des missions respectives. Les résultats des championnats de France qui rappellent la « belle » époque des débuts de la DTN de FAUQUET, où l’on repartait de pas très haut nous donnent à penser que ce ne sera pas le travail qui manquera rue Scandicci et dans le petit monde de la natation.


Originally published at Galaxie Natation.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.