SARAH SJÖSTRÖM ET CAELEB DRESSEL CHAMPIONS 2017 SELON SWIMMING WORLD

Samedi 2 Décembre 2017

La Suédoise Sarah Sjöström a été nommée nageuse mondiale de l’année 2017 par la revue Swimming World, mettant fin au règne de quatre ans de l’Américaine Katie Ledecky. « Ledecky et Sjöström enlevèrent toutes deux trois titres individuels et une médaille d’argent aux championnats du monde de Budapest, mais la Suédoise de 24 ans a éclipsé six records du monde pendant l’année », peut-on lire dans la justification de ce choix effectué par la revue. « A la suite des mondiaux de Budapest, Sjöström s’est illustrée ensuite dans les meetings de la coupe du monde. Nageant dans les courses de sprint contre d’autres “légendes” comme Ranomi Kromowidjojo et Cate Campbell, toutes trois entrebattirent en effaçant de nombreux records mondiaux.”

Caeleb Dressel a été élu, lui, nageur mondial de l’année. Indiscutable, en raison de ses exploits de sprinteur, autant en crawl qu’en papillon, vainqueur à Budapest avec de très grosses performances sur 50 et 100 libre, 100 papillon, et les relais 4 fois 100m, 4 fois 100 quatre nages et 4 fois 100 mixte…

Les meilleurs nageurs mondiaux de « Swimming World » sont à mes yeux plus crédibles que ceux élus dans la liste de la Fédération Internationale de Natation, laquelle est parfois lourdement entachée de politique. Cela a paru éclatant ces dernières années quand systématiquement Katinka Hosszu fut préférée à Katie Ledecky, laquelle était perçue en raison de l’énormité de ses exploits en nage libre et en demi-fond plus précisément comme la meilleure nageuse du monde. Bien sûr, il ne s’agit pas là de mépriser les performances étonnantes de l’Iron Lady hongroise, mais en général, celle-ci pouvait passer alors comme… la deuxième nageuse au monde. La FINA l’avait sans doute préférée en raison de sa présence constante dans les meetings de la Coupe du monde, que beaucoup de gens ne considèrent pas comme des rendez-vous importants, et que d’ailleurs une majorité de nageurs snobent pour ces raisons.

Autre exemple de l’absence de goût de la FINA, quand elle avait préféré l’Américain Ryan Lochte au Chinois Sun Yang comme meilleur nageur des Jeux olympiques de Londres en 2012, en raison, a-t-il été dit, de ses interventions dans les relais de nage libre américains. Sun Yang, lui, avait réalisé le doublé du demi-fond avec record du monde du 1500m, meilleure temps mondial maillot de bain sur 400m, et avait partagé le bronze du 200 mètres (derrière le Franais Yannick Agnel).

Parfois Swimming World, dans le passé, avait effectué des choix difficiles (ces champions de l’année sont toujours discutables) mais jamais aussi grossièrement orientés que ceux, commerciaux, de la FINA. Eric Lahmy

Les autres nageurs de l’année de Swimming World :

Monde: Sarah Sjöström (meilleure nageuse européenne) Caeleb Dressel (meilleur nageur américain)
 Nageuse américaine: Katie Ledecky
 Nageur européen: Adam Peaty
 Région pacifique: Emily Seebohm et Sun Yang
 Afrique: Farida Osman et Chad le Clos


Originally published at .

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.