Combat de mâles…

Une amie me disais un jour : “Tu as marché aujourd’hui ? Euh, oui, pourquoi ? Chaque fois que tu sors marcher tu nous reviens avec un texte bien incisif…

Damned ! J’ai marché à midi et cela m’a fait le même effet… ET cela ne m’a pas calmé en effet.

J’ai marché du bureau, à la Place des Nations, jusqu’au Café du soleil. Je ne suis pas allé bien loin donc.

Je suis passé devant le temple du Petit-Saconnex où, cérémonie oblige, une petite foule s’était retrouvée. Il y avait là un prélat en soutane, de quelque confession chrétienne, apparemment.
J’ai croisé deux musulmans en djellaba qui rentrant peut-être de leur prière de la mi-journée à la mosquée toute proche.

A l’arrêt du bus, j’ai bavardé avec un ancien collègue, maintenant retraité, qui portait les attributs caractéristiques (à mes yeux) du judaïsme.

Descendant précisément du bus à ce moment-là, un asiatique en turban nous salua, avant que je ne reprenne ma marche antéprandiale…

Le soleil aidant, je me suis laissé allé à rêver. Soudain, je retrouvais mon Sud, ma terre natale, et mes pas me conduisais vers mon berceau, mon havre, la Grande Plage à Biarritz bien sûr !

Et là, je les voyais tous, souriants et m’adressant un salut… Sauf que, en vacances, ils étaient venus avec leurs familles : frères et sœurs, pères et mères, enfants, adultes, vieillards, tous rassemblés sous les parasols rayés de couleur sur le sable.

Et c’est alors que tout a basculé.

L’un a insulté une femme parce que son rouge à lèvres était trop “provocateur”, l’autre a invectivé une jeune femme parce que sa jupe était trop courte, un troisième a menacé d’appeler la police car une femme portait un voile ou un burkini…

Nom de dieu…

Pas un mot sur la soutane, la djellaba, le turban.

Pourquoi ?

Parce qu’ils soient laïques, intégristes, pieux ou athées, ILS n’ont qu’une cible : ELLES.

ILS se disputent le pouvoir, laïque ou religieux sur ELLES, leur mode de vie, leur culture, et même leur âme, leur esprit, leur corps…

Une fois de plus, la classe dominante souhaite que sa culture soit la culture dominante. Culture unique. Pensée unique. Respect de l’altérité mort et enterré.

Le repas au Café du Soleil fut délicieux. Plus facile à digérer que la stupidité des hommes de pouvoir.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Fernando LAGRAÑA’s story.