Rencontre mondiale des familles : appel au retrait de trois cardinaux

Chacun de ces cardinaux doit répondre à la justice et non participer à des conférences, estime l’ONG Ending Clergy Abuse qui défend des victimes sexuelles du clergé à l’échelle mondiale.

Le cardinal Kevin Farrell, de Drimnagh à Dublin, s’exprimant en 2017 à la conférence de Dublin — organisée par l’archevêque Diarmuid Martin — en préparation de la Rencontre mondiale des familles de ce mois-ci. Photographie : John Mc Elroy

Fri, Aug 10, 2018, 17:07 / Patsy McGarry / @IrishTimes

Un groupe représentant des survivants d’agressions sexuelles sur mineurs par des membres du clergé à travers le monde entier a écrit une lettre ouverte à l’archevêque catholique de Dublin Diarmuid Martin pour demander le retrait de trois cardinaux des événements de la Rencontre mondiale des familles (WMOF) à Dublin à la fin du mois.

Ending Clergy Abuse (ECA, @endclergyabuse) représente des survivants dans 15 pays et vise à demander des comptes au Vatican pour les abus commis sur des mineurs.

Selon eux les trois cardinaux — le cardinal Kevin Farrell, préfet au Dicastère du Vatican pour les laïcs, la famille et la vie qui a la responsabilité générale de la Rencontre mondiale des familles, le cardinal Óscar Maradiaga du Honduras et membre du Conseil des cardinaux du pape François et l’archevêque de Washington, le cardinal Donald Wuerl, devraient faire l’objet d’une enquête, et non recevoir des honneurs.

L’organisation affirme qu’ils ont couvert les membres du clergé qui ont agressé des mineurs, ce que nient les trois cardinaux.

“On ne devrait pas se fier à un évêque qui couvre un autre évêque pour protéger les familles catholiques, et encore moins sermonner le monde sur la dignité sacrée et intrinsèque et le sens de la vie de famille. Nous sommes profondément choqués que trois cardinaux qui ont peut-être protégé des évêques de leurs pairs coupables d’agression jouent un rôle de premier plan à la Rencontre mondiale des familles”, nous dit ECA.

Mineurs victimes de violences sexuelles

Ils soulignent que l’ancien cardinal américain Theodore McCarrick a récemment été retiré du ministère à la suite d’accusations de violences sexuelles sur des mineurs, ainsi que sur des séminaristes et de jeunes prêtres.
Le cardinal Wuerl a succédé à Mgr McCarrick comme archevêque de Washington en 2006 “à l’époque où les diocèses du New Jersey négociaient un accord avec les victimes de Mgr McCarrick”.

Le mois dernier, il est apparu que le proche du cardinal Maradiaga et évêque auxiliaire au Honduras, l’évêque Juan José Pineda, a été renvoyé à cause d’abus sexuels sur des séminaristes.

Le cardinal Farrell a été consacré évêque auxiliaire de Washington en 2002 par l’archevêque McCarrick et a servi comme vicaire général.

“J’ai été choqué, accablé ; je n’avais jamais rien entendu de tout cela pendant les six années où j’étais avec lui”, a déclaré le Cardinal Farrell le mois dernier, en référence à l’ancien Cardinal McCarrick et aux allégations contre lui. Il n’y avait “aucun indice, absolument aucun”.

De Drimnagh à Dublin, le cardinal Farrell et son frère Mgr Brian Farrell, secrétaire du Conseil du Vatican pour la promotion de l’unité des chrétiens, ont commencé leur carrière cléricale comme membres des controversés légionnaires du Christ.

L’évêque en est toujours membre, tandis que le cardinal Farrell les a quittés en 1981.

Agresseur sexuel en série

Le fondateur des légionnaires du Christ, le Père Marcial Maciel, décédé en 2008, a été démasqué comme agresseur sexuel en série de garçons et de jeunes hommes et père de six enfants de plusieurs femmes et a été retiré du ministère en 2006 par le Pape Benoît XVI.

En 2016, quand l’Irish Times lui a demandé ce qu’il savait des activités du P. Maciel en tant que prédateur sexuel, le Cardinal Farrell a dit : “Je n’ai jamais rien su à l’époque. J’ai travaillé à Monterrey, et j’aurai peut-être rencontré Maciel une ou deux fois, mais je n’ai jamais rien soupçonné… J’ai quitté les légionnaires parce que j’avais des différends intellectuels avec eux.”

Les survivants veulent que le pape reconnaisse et rencontre publiquement les dirigeants des survivants en Irlande pendant sa visite et annonce que la prochaine WMOF sera consacrée à l’impact et à la prévention de la violence sexuelle, en particulier la violence sexuelle du clergé, sur les familles.