Une ambiance décontractée pour le dernier jour à l’UNCSW

Les dernières heures dans le comité sur le Statut des Femmes se passent dans la plus grande des concentrations : les discours sont passionnés, les questions fusent de tous côtés… Mais l’atmosphère reste détendue : le discours de l’Iran, en défaveur de la résolution sur l’accès des femmes à l’éducation, répand le rire dans l’assemblée. En effet, celui-ci, bien ancré dans son rôle, défend le « choix » des femmes iraniennes de rester à la maison, et répond avec humour à tous les points d’informations indignés des autres délégations. Pas un seul visage n’a su rester impassible lorsque, après une intervention des Etats-Unis, le délégué de l’Iran a cité les tweets de Donald Trump, futur président, pour justifier son amusement vis à vis des propos en faveur de l’égalité homme-femme tenus par la déléguée.

Peu après, lors de la lecture des superlatifs, on découvre que celle que le comité désigne comme un futur dictateur est la déléguée du Vatican. Celle-ci s’est en effet fait remarquer par ses interventions véhémentes et son débit de parole très rapide, mais aussi par sa grande préparation des débats. Une ambiance décontractée règne pendant cette dernière matinée en comité, mais cette pause est bien méritée : les débats ont en effet mené à cinq résolutions de grande qualité.

-Anna

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.