Introduction de la ‘‘Graphchain’’

Internet of People utilise un nouveau type de structure de données cryptographiquement sécurisée appelée graphchain. La différence principale entre une graphchain et une blockchain est que la première agit comme une structure de données cryptographiquement sécurisée, dans laquelle aucun bloc ou transaction ne doit être stocké.

Dans la graphchain les informations à stocker concernent soit les noeuds, soit les arêtes d’un graphique. La différence entre un graphique régulier est que les nœuds sont identifiés par une clé publique et que leurs informations sont contrôlées par le détenteur de la clé privée correspondante. Les bords représentent des relations entre les entités qui contrôlent des noeuds et certaines de ces relations ne peuvent être ajoutées à la chaîne de graphiques que si elles sont signées par les clés privées des deux nœuds connectés.

Dans une, les nœuds sont entièrement détenus par leurs détenteurs de clés privées et les informations stockées ne peuvent être modifiées qu’en signant avec la clé privée respective. Les bords sont la propriété conjointe des entités détenant les clés privées des nœuds connectés. Les actions possibles qu’ils peuvent effectuer individuellement sur l’information sur les bords sont limitées par le type de relation et les conditions convenues lors de l’établissement de la relation. Dans certains cas, l’une ou l’autre des parties pourrait être en mesure d’annuler la relation ou de modifier certaines de ses propriétés. Dans la plupart des types de relation, le contrôle réside sur le nœud prédécesseur.

L’implémentation d’une graphchain par l’internet des personnes (IoP) distribue la structure de données sur deux ensembles d’ordinateurs différents ou de matériels périphériques en général. Tous les nœuds et bords publics appartiennent au premier groupe: un ensemble de périphériques s’exécutant sur un réseau p2p ouvert et public. Toutes les arêtes privées sont stockées sur les périphériques des entités détenant les clés privées du noeud prédécesseur. Cela signifie qu’une partie du graphique est accessible au public par n’importe qui et l’autre partie n’est pas. La partie privée du graphique est fragmentée en différents dispositifs appartenant à différentes entités et les parties externes ne peuvent en apprendre sur ce sujet qu’avec le consentement du propriétaire de ce secteur privé du graphique ou lorsque le propriétaire expose ces relations à une tierce personne avec le but de déclarer une relation.

Ces deux ensembles d’arêtes, le privé et le public sont liés ensemble parce que l’Internet des personnes permet aux dispositifs d’utilisateur final de garder une connexion ouverte au réseau public. Toute personne ayant accès au réseau public peut localiser un périphérique associé à un noeud graphique et utiliser cette connexion ouverte pour en savoir plus sur ce morceau de la partie privée du graphique, si l’autorisation est accordée par son propriétaire.

L’utilisation de la graphchain par l’internet des personnes est dans le but de créer un graphique social sécurisé, ouvert et accessible au public qui est la propriété et controlé par l’utilisateur. Le résultat final serait de combiner Facebook, Twitter, LinkedIn, Google et toutes les bases de données utilisateur de toutes les sociétés de géants technologiques et de les exposer publiquement sur un réseau p2p à blocs chaînés que n’importe qui peut utiliser pour consommer de l’information et créer des logiciels d’une façon sans autorisation. La différence, la plus importante avec une telle base de données utilisateur combinée, est que les utilisateurs finaux possèdent, et contrôlent à la fois leurs informations et leurs relations avec les autres dans tout type d’applications.

Différentes applications exécutées sur des périphériques utilisateurs contrôlent différents ensembles d’arêtes et de nœuds privés et publics pour le compte des utilisateurs finaux. Cela signifie qu’un utilisateur final unique peut avoir plusieurs noeuds sur le graphique et n’importe quelle quantité de bords privés et publics. Tout cela est possible uniquement en utilisant les applications IoP pour différents types d’interactions sociales ou commerciales.

(Article de Luis Fernando Molina traduit par Fermat Belgique).