Le «Marketing du futur»: la fin du mythe du client roi ?

Avec la croissance d’internet, les nouvelles technologies et les nouveaux modes de consommation, l’on est clairement à mille lieux du marketing traditionnel et de ses 4P (Produit, Promotion, Prix, Place). Aujourd’hui, smartphone et plateforme de e-commerce règnent. Et ils entraînent dans leurs sillages de nouvelles orientations marketing, laissant le consommateur, roi d’alors, presque sans trône.


Le marketing traditionnel ou l’ère du « client est roi »

Depuis son apparition au début du XXème siècle, le marketing a connu bien de mouvements et changements. A l’origine, l’achat d’un bien ou d’un produit de consommation répondait à un besoin immédiat. Le marketing était la démarche visant à rapprocher le produit du consommateur au travers de la promotion, du prix et de la place. Le consommateur était pleinement détenteur de son pouvoir de décision, ses envies et la chronologie de ses achats. Mais cet équilibre d’alors bascule avec la mondialisation et l’arrivée de produits de toutes parts du globe. L’économie globale devient dès ce moment un champ de concurrence : un véritable océan rouge. Mais le pouvoir du client s’accroit encore plus : le roi devient empereur ! Les stratégies marketing, bien que rigides à cette période, espèrent toujours lui faire acheter malgré les difficultés déjà apparentes. En effet, dans leur quête de la marge à tout prix, les marques ignorent volontairement ou non de l’environnement réel du consommateur et ses besoins.


Internet et la crise économique : le client perd son trône

Mais l’avènement d’Internet et du mobile enclenche un bouleversement sans précédent dans le marketing et pour les marques. Le web 2.0 ne leur permet plus simplement de « plaquer » le produit, le barder de valeurs et espérer le vendre. D’une part, le client désormais sur-informé est aussi devenu un consomm’acteur et ses habitudes de consommation ont évolué. D’autre part, avec l’arrivée de la crise financière, les géants de la production craignent de plus en plus pour leur survie. Le consommateur dépense désormais de façon raisonnable et surtout devient plus responsable. Comme le dit Philip Kotler et al (2010), « chaque fois que les modifications apparaissent dans l’environnement macroéconomique, le comportement du consommateur se modifie. ». Il faut donc, pour les entreprises, trouver de nouvelles ressources et innovations pour continuer à faire des marges et surtout comprendre ce « nouveau » client. Certaines entreprises l’anticipent et s’intègrent très vite dans la mouvance dans les années 1990. Dès lors, elles communiquent via Internet : présence en ligne et sur les réseaux sociaux, interaction avec le consommateur, prise en compte des données et insights émanant du client dans la mise en œuvre des produits, segmentation de la clientèle …

“Chaque fois que les modifications apparaissent dans l’environnement macroéconomique, le comportement du consommateur se modifie.”

Près de 15 ans plus tard, l’on est clairement passé d’un marketing centré produit à un marketing centré utilisateur qui permet aux marques de se remettre à niveau. Elles développent désormais des valeurs et de la proximité pour être éligible au panier du consommateur. Aussi, chacune met un point d’honneur à se différencier afin d’acquérir encore plus de clients et les fidéliser puisqu’ils sont de plus en plus volatiles. Le marketing prend donc la main dans la « bataille ». Il sait désormais comment atteindre ce « nouveau » client ultra-connecté et surtout quoi faire pour lui vendre encore plus. D’ailleurs, ses nouvelles valeurs sont désormais l’interaction, l’anticipation et le service.


Big data, neuro-marketing, marketing prédictif, tracking… le roi est vaincu !

Nous y sommes presque : l’ère du marketing du futur est imminente, si elle n’est pas déjà là. Le consommateur, roi d’alors, malgré toute sa bonne volonté semble vaincu. La révolution technologique ayant totalement changé les règles du jeu et redistribué les cartes, le consommateur a déjà partiellement perdu son « sacro-saint » pouvoir de décision. Les avancées technologiques permettent désormais une définition extrêmement précise de profils usagers à partir des données, publications et même de commentaires sur les réseaux sociaux. En plus, avec l’arrivée de nouveaux modèles marketing comme le neuro-marketing ou en d’autres termes ‘‘les techniques de manipulation neuronale appliquées au marketing pour vendre des produits et services’’, le marketing prédictif, le big data, le retargeting…, il devient plus qu’évident que le consommateur n’est plus en mesure de combattre. Cette profusion de données captées, traitées et recoupées est devenue l’arme ultime avec chaque jour des technologies toujours plus fines pour anticiper les besoins du consommateur et diriger son pouvoir de décision, même sans son consentement !


‘‘Le neuro-marketing ou en d’autres termes les techniques de manipulation neuronale appliquées au marketing pour vendre des produits et services’’

Pour ma part, le marketing du futur a d’ores et déjà gagné la bataille et annonce l’annihilation totale de notre liberté de choix. Et avec cette utilisation de données personnelles de moins en moins rassurante, il nous faudra plus que des lois et des directives pour réguler le secteur de la data ou au pire juguler le phénomène.

Sources

Volle, Pierre, Marketing : comprendre l’origine historique. Eyrolles. MBA Marketing, Editions d’Organisation, pp.23–45, 2011.

Kotler Philip, Kartajaya Hermawan, Setiawan Iwan, Marketing 3.0 : Des produits au clients à l’esprit humain, DeBoeck, 2010

E-Marketing.fr : Le marketing du futur à l’heure de l’expérience client augmentée

FrenchWeb: Le marketing du futur

Entrepreneur: The psychology of Instant gratification and how I twill revolutionize Your Marketing approach,

Digital marketing one-to-one : « Le futur du marketing n’est pas le marketing »

Challenge Action : le marketing internet du futur

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Fleure M. N'DOUA’s story.