Mise en forme du mémoire

Part.2 : Expérimentations graphiques, Direction artistique, Visual Concept, Motion-Design & Processing.

Le sujet sur l’Alzheimer est intéressant à traiter graphiquement. L’aspect pathologique, évolution insidieuse et tous les éléments qui gravitent autour de cette cause m’ont beaucoup inspirés pour la direction artistique.
À travers ce mémoire, je souhaite illustrer le ressenti d’un malade d’Alzheimer, de l’évolution liée à la pathologie.

Schématisation de l’idée visuelle

L’idée que je veux illustrer est l’association des termes oubli, évolution, identité et être humain :
1- Visuellement, l’oubli peut s’illustrer avec la déformation.
2- L’idée de l’évolution dans le temps peut être animée.
3- L’identité est souvent représentée par l’empreinte.
4- Souvent, on représente visuellement l’humain par un pictogramme.

Le schéma ci-dessus donne une idée de ce que je veux exprimer. Une fois la recherches des éléments visuels, je passe sur Illustrator pour faire une version vectorisée de l’illustration. Je suis passé ensuite sur After Effects pour ajouter l’idée de l’évolution et de déformation. Voici le résultat après quelques expérimentations :

Expérimentation animée sur After Effects

Appliquer les expérimentations visuelles

Pour transposer cette animation en print, l’idée du flipbook me semblait intéressante. J’ai donc exporté une séquence d’image .png, pour ajouter à chaque page une étape de l’animation finale. Elle se trouve à l’emplacement de mon foliotage, pour éviter de perturber la lisibilité du document. Ce concept visuel se justifie par le plan rédactionnel du mémoire :
1- la première partie comporte la compréhension de la maladie
2- la seconde traite des solutions existantes
3- la dernière partie concerne la piste de mon grand projet

L’animation permet de se mettre à la place d’une personne atteinte d’Alzheimer, qui a du mal reconnaître. En lisant le mémoire, il apprend l’existence des solutions pour lutter contre la maladie. C’est pourquoi mon visuel est déformé, il est abstrait et ne peut-être identifié à quelque chose concrète. Il évolue jusqu’à qu‘une forme humaine soit identifiable.

Les premières étapes de l’animation sont assez graphiques pour jouer avec et obtenir des résultats intéressant pour la mise en page.

Le traitement des images

Pour accentuer l’empathie pour les personnes touchées par Alzheimer, je veux donner un traitement graphique à certains visuels que j’intègre au mémoire. J’ai gardé l’idée de déformation pour montrer la difficulté à identifier un objet, une personne. J’ai donc décidé d’utiliser Processing pour créer un sketch qui me permet de donner ce traitement aux visuels sélectionnés.

Traitements des visuels avec Processing

Pour ce sketch Processing, je suis parti d’un code développé par Oggy. J’ai ensuite personnalisé le code pour obtenir le résultat qui me convenait.

Maquette du mémoire

L’Alzheimer permet bien d’autres possibilités graphiques. Je considère suffisant, pour la mise en forme de ce mémoire d’avoir un traité sur quelques visuels et l’idée de folio animé.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.