Mise en page du mémoire

Part.1 : Livres, Maquette & choix des fonts
Le travail de recherche ainsi que la rédaction du mémoire sont des activités chronophages auxquelles je n’étais pas habituée. C’est un exercice très intéressant qui permet de développer la réflexion et les méthodes de travail pour développer par la suite un projet. Je peux désormais commencer un travail de direction artistique et la mise en page de ce mémoire.

Pour être efficace, je me suis procuré deux livres :
Maquette, de la collection «Les essentiels graphismes» de Gavin Ambrose & Paul Harris, édité par PYRAMYD. Il me sert à revoir rapidement les bases de l’édition.
Abrégé du code typographique à l’usage de la presse, huitième édition de Louis Guéry, édité par Victoires Éditions. Ce petit livre m’aide à corriger les fautes typo.


Aperçu de la mise en page du mémoire

Je suis parti sur une maquette classique de proportion 2/3.
Le format est 150x200 mm, qui correspond à la taille d’un carnet de santé. Les polices de caractères que j’utilisent sont :
• “Alegreya” de Juan Pablo del Peral, pour les titres et corps de texte.
• “Avenir” d’Adrian Frutiger, pour les notes de bas de pages.

Ce sont deux fonts que j’utilise régulièrement, la première sur mon portfolio et la seconde sur quelques projets. Leur combinaison est harmonieuse et agréable à lire.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Florent Chau’s story.