Comment choisir une école de karaté ?

Avec l’avalanche de choix de sports de combats disponibles de nos jours, il peut être difficile de s’y retrouver parmi ceux offerts dans notre localité. Par expérience, je remarque qu'une bonne majorité de gens ne connaissent pratiquement rien à propos du karaté lorsqu’ils «magasinent» une école.

Il faut savoir qu’aucune loi ne régit les écoles de karaté au Québec (et sur le continent même!). La porte est donc ouverte aux charlatans et à des individus plus préoccupés par votre porte-feuille qu’à la transmission de leur savoir – si savoir il y a.

Voici un petit guide pour orienter vos recherches ainsi que des questions à poser aux propriétaires de dojo (l’endroit ou est pratiqué le karaté):

1. Quel est le style de karaté pratiqué ?

Par conséquent, vous devriez pouvoir retrouver le nom du style (probablement difficile à prononcer et écrire!) et son histoire en faisant quelques recherches sur internet. Avec l’avènement de cet art martial en occident au siècle dernier, plusieurs styles ont été dilués au point ou le mot «Karaté» est tout ce qui reste dans ce qui y est pratiqué. Cela n’en fait pas nécessairement de mauvaises écoles, mais le karaté enseigné n’y est pas authentique et on y retrouve souvent des mouvements totalement inefficaces/inutiles qui n’ont d’autres utilités que le spectacle.

2. Quel est le coût total d'une inscription ?

Qui plus est, l’inscription n’est pas le seul coût que vous aurez à défrayer :

  • Les changements de ceintures - Il peut y en avoir plusieurs par année et certaines écoles vous feront même payer pour apposer un kyu (un ruban de couleur) sur votre ceinture. J’ai déjà vu des ceintures tellement remplies de kyu que la couleur de la ceinture n’était plus visible...
  • Dans certaines écoles, une nouvelle ceinture donne le «droit» d’acheter un karate-gi (l’habit avec lequel on pratique le karaté) d’une autre couleur. Vous ne voudriez pas vous sentir exclus du groupe n’est-ce pas ? Alors…
  • Chez d’autres, des cours préparatoires sont obligatoires pour passer une ceinture …et devinez quoi, ils sont chers!
  • Vous voulez faire partie de l’équipe de compétition ? Il se peut qu’il y ait des frais pour les entraînements, le karate-gi et les vêtements aux couleurs de l’équipe.
  • Des stages de perfectionnement sont probablement offerts quelques fois dans l’année. Demandez-en le prix et informez-vous s’ils sont obligatoires.

3. Combien de temps faut-il pour devenir ceinture noire ?

La mentalité occidentale qui privilégie souvent la quantité à la qualité et l’instantanéité à laquelle nous sommes habitués de nos jour sont aux antipodes du karaté.

Apprendre 15 katas en 1 an peut être gratifiant, mais c’est passer à côté du but réel qui est de bien les exécuter.

4. Quelle est l’histore du professeur et de son dojo ?

Relativisez aussi les multiples prix gagnés par ce dernier. Il existe des dizaines d’organisations – petites ou grosses – au Québec et à travers le monde et elles ont presque toutes leur championnat du monde. Un professeur champion du monde 5 fois, sans rien lui enlever ni diminuer cet accomplissement, est champion dans une organisation en particulier.

5. Visitez et faites un cours d’essai

C’est le moment de vérifier ce qui y est vraiment enseigné, le tempérament du professeur et l’ambiance générale lors d’un cours. Il ne faut pas non plus négliger la dynamique du groupe – un dojo est aussi un lieu de sociabilisation ou l’on décroche du quotidien. Bien que le sport soit individuel, vous vous y ferez des amis et c’est parfois ce qui vous poussera à vous lever de votre fauteuil pour aller vous entraîner!


Évidemment, chacun fait ce qu’il peut pour rendre son entreprise profitable et répondre oui à un des points mentionnés ci-dessus ne disqualifie pas nécessairement une école.

Frédéric Brassard

Written by

Ingénieur logiciel, Consultant et propriétaire de @ma2_tech. Co-propriétaire de @KarateMascouche