L’intelligence de l’essaim et sa structure organisationnelle

Les fourmis et les abeilles ne peuvent pas être qualifiées d’espèces les plus intelligentes sur terre, tout du moins d’un point de vue individuel. Pour autant, réunissez-en un million et elles sont capables de migrer sur de longues distances, de concevoir et bâtir des structures qui défient les lois de la gravité et de mettre en place des systèmes sociaux complexes.

Julien Tournier
Sep 10, 2015 · 3 min read

Comment y parvienent-elles ? Elle combinent leurs capacités pour former une intelligence collective qui les dépasse. Les scientifiques parlent de “swarm intelligence” ou l’intelligence de l’essaim.

L’intelligence de l’essaim est capable d’exploits bien au delà des capacités de l’individu. Une bonne partie du règne animal est régie par cette intelligence, qu’elle s’exprime en grands ou en petits groupes. Les modalités selon lesquelles cette forme d’intelligence collective fonctionne sont invariables — quelle que soit l’espèce concernée — et sont basées sur trois principes :

  • La Flexibilité : La capacité du groupe à changer de trajectoire ou à imaginer des solutions nouvelles devant un obstacle.
  • La robustesse/résilience : Même si un individu échoue, le groupe peut atteindre ses objectifs.
  • L’auto-organisation horizontale/décentralisée : Il n’y a pas de hiérarchie clairement identifiée dont les effets induiraient un contrôle central ou une supervision.

Dans les faits, il est très rare de trouver une structure hiérarchique verticale régie par une instance de contrôle centralisée dans la nature. Par exemple, si notre corps était organisé selon une logique verticale, toutes les cellules de notre organisme devraient en référer au cerveau avant d’agir. Nous serions littéralement incapables de nous déplacer et de penser simultanément !

Ceci s’applique bien entendu à toute structure ayant besoin de gérer d’importantes quantités d’information tout en restant créative et novatrice. Pourtant, les humains raffolent des structures hiérarchiques verticales et rigides, en particulier dans les entreprises.

D’une manière générale, les organisations hiérarchiques sont structurellement incapables de s’adapter au changement et d’assimiler de nouvelles données. L’information doit parvenir au sommet de la pyramide avant de redescendre. C’est une perte en ligne considérable, ici le temps et l’efficacité sont sacrifiés sur l’autel du contrôle hiérarchique, avec pour incidence directe une baisse du potentiel créatif de la structure et de ses profits.

Les entreprises qui réussissent ont accepté et relevé ce défi. Certaines parmi les plus innovantes comme Google, Microsoft et Dreamworks ont des structures organisationnelles en réseau adeptes du changement perpétuel. Les équipes légères et dynamiques sont dissoutes aussi rapidement qu’elles sont formées, en mode projet.

Ce type de structure n’est pas linéaire, elle s’auto-adapte aux contraintes internes et externes auxquelles elles font face dans une logique de pluri-fonctionnalité. Et vous savez quand elle fonctionne le mieux ? Lorsqu’elle est composée de micro-services. Au lieu d’équipes complètes, elles sont constituées de “hubs”, des petits groupes souples et mobiles, capables de croître et de laisser de la place à de nouveaux talents. De nouveaux “hubs” peuvent être créés sans affecter ceux déjà en place.

Les managers les plus performants élargissent leur “hub”. Chacun dans ce type de groupe sait qu’un tel système leur permettra de s’épanouir. Leur carrière ne sera pas déterminée par leur capacité à gravir la pyramide sociale, mais bien par leur talent !

Ce système fonctionne car il s’inspire directement de la nature. Il n’y a pas de friction dans la circulation de l’information et les circuits décisionnels sont réduits au maximum. Les managers ont davantage une attitude d’entrepreneurs, autonomes et responsables que de chef.

La clé du succès réside peut-être dans la flexibilité de telles structures et l’avènement de réseaux décisionnels décentralisés ?

Article original : http://daily.captaindash.com/blog/2015/08/14/swarm-intelligence-and-organizational-structure/


Originally published at guru-fr.tumblr.com.

Julien Tournier

Written by

My name is Julien, I consider myself as a natural born innovator. Explore, search, discover… those are my drivers. I am passionate about arts, society & tech…

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade