Voici un résumé des effets psychologiques du jeûne sur le corps humain mentionnés dans le livre «Et si on arrêtait un peu de manger … De temps en temps.» De Bernard Clavière.

Personnellement je ne prends plus de petit déjeuner le matin, mais c’est vrai que je grignote un peu trop, il va falloir que je mette en application ceci afin d’être propre de l’intérieur !

On se nettoie tous les jours l’extérieur du corps, alors pourquoi pas l’intérieur ? Ça coûte moins cher en plus :-)


RÉSUMÉ

  1. 10% de l’énergie dépensée globalement par l’organisme est utilisée par le système digestif –mastication, digestion, assimilation et élimination. Pendant un jeûne, la plupart de cette énergie est libérée et mise à la disposition des processus curatifs naturels du corps.
  2. Dès la fin de la digestion – vers le milieu de la nuit si nous avons pris un repas le soir précédent – , l’organisme se met en mode « élimination ». C’est automatique, le corps ne reste jamais sans rien faire ; s’il ne digère pas, il élimine. C’est la raison pour laquelle, comme nous l’avons vu, nous nous réveillons souvent le matin avec certains des symptômes décrits plus tôt dans le livre.
  3. Si nous décidons de prendre un petit déjeuner, nous interrompons le processus d’élimination et redémarrons un cycle de digestion. En revanche, si nous restons sans manger, comme cela est recommandé, le travail de nettoyage du corps peut se poursuivre, et ce d’autant plus que l’abstention de nourriture se prolonge. Vous ne pouvez pas cuisiner au four lorsque celui-ci est en mode « auto-nettoyage », n’est-ce pas ? Même chose avec l’organisme, on ne devrait pas continuer d’y introduire des trucs tant qu’il est en train de se débarrasser de ses toxines. On ne le répètera jamais assez (cf. chap. 3), contrairement à ce que nous rabâche la sagesse populaire, le petit déjeuner est le repas le plus nocif de la journée.
  4. Le phénomène d’« autolyse » qui se produit alors – le corps cherchant en lui-même le combustible dont il a besoin –, est merveilleusement sélectif. Ce sont en priorité les cellules malades ou en mauvais état qui vont être désintégrées pour servir d’aliment, ainsi que tous les déchets toxiques accumulés au fil des ans. Il s’agit d’une véritable purification qui s’opère dans ces circonstances. Des pratiques complémentaires du jeûne comme l’irrigation du côlon, les bains de vapeur, les bains dérivatifs, les massages, la réflexologie plantaire favorisent cette détoxination et sont fortement conseillés pendant le jeûne. Au fur et à mesure de l’élimination de la charge toxique, se produit un phénomène remarquable d’augmentation de l’énergie, qui n’est pas à confondre avec la force musculaire. Si un jeûneur ne peut fournir d’effort musculaire important, il peut marcher longuement, jusqu’à des dizaines de kilomètres pour des jeûneurs expérimentés jouissant d’un bon niveau de santé.
  5. Même remarque pour l’acuité mentale, qui augmente notablement au cours du jeûne. Le sujet, découvrant qu’il se sent de mieux en mieux, prend confiance en lui, ce qui à son tour favorise le processus curatif. »
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.