Ces mains qui font du mal à vos cheveux…

Crédit: www.azraly.com/

Les femmes noires ont un rapport particulier avec leur cheveux. 
Elles ont pour la plupart une montagne de soins et produits capillaires, elles passent des heures entières à se faire coiffer, elles ont des rituels capillaires dont elles seules ont le nom. Elle peuvent avoir 50 têtes différentes en l’espace d’une année tant le dictionnaire des coiffures africaines est riche et immense.

Quoique, il y a un problème, un problème à résoudre.

La plupart des coiffeuses noires sont très compétentes dans la réalisation de coiffures, mais manquent complètement de compétence quand il s’agit de manier les cheveux de leurs congénères dans le sens où, une séance de coiffure peut facilement rimer avec souffrance, douleur physique, surtout pour celles ayant les cheveux non défrisés. 
Pour justifier la souffrance, revient souvent cette phrase: ‘’Oh mais tes cheveux ne sont pas défrisés. C’est normal. que tu souffres le martyr. Il faut te défriser ma sœur. ‘’ Cette phrase est ridicule.

C’est comme dire à une femme qui a la peau foncée: ‘’c’est normal que tu ne trouves pas ta teinte de fond de teint, tu es trop foncée. Éclaircis ta peau.’’

Les femmes aux cheveux crépus vierges n’ont pas à se défriser les cheveux pour ne plus souffrir quand elles se font tresser. C’est aux coiffeuses de s’éduquer dans le traitement de leur type de cheveux.
Tout comme les femmes à la peau foncée n’ont pas s’éclaircir la peau, mais c’est aux créateurs de cosmétiques de créer des teintes de couleur foncée.

En vérité, certaines de nos coiffeuses n’ont juste pas été éduquées, formées à manier le cheveu crépu vierge. 
Elles peignent les cheveux à sec. Chose à ne jamais faire !
En effet, il faut toujours humidifier le cheveu crépu au préalable avant d’y insérer un peigne. Elles sont nombreuses à peigner des racines aux pointes, alors qu’il faut peigner des pointes aux racines. Parce que nos cheveux sont particuliers.
Elles serrent les tresses avec une véhémence à faire pleurer de douleur. Pourtant une grande fille, ça doit pas pleurer pas dans un salon de coiffure !
Résultat: De nombreuses filles/femmes s’arment de cachet de paracétamol après être passée chez la coiffeuse ou rivalisent de créativité pour trouver une position confortable, afin de dormir la nuit, tellement qu’elles souffrent physiquement.

Beaucoup ayant été habituées à se faire malmener les cheveux, pensent que c’est tout à fait normal de potentiellement souffrir, quand on est une femme noire et qu’on veut se tresser.
Non, ce n’est pas du tout normal. A la longue ces pratiques affaiblissent la bulbe des cheveux et conduisent à des alopécies de traction provoquant des pertes de cheveux localisées sur la zone frontale et les tempes.
L’alopécie n’est pas toujours causée par le défrisage, elle est aussi causée par les mauvaises pratiques de nos chères coiffeuses.

Halimatou Soucko

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.