E-commerce #1: Michael Aldrich

C’est sur le sol encore européen d’Angleterre, en 1979, qu’une des inventions fondatrices du e-commerce voit le jour: le premier procédé de transactions en ligne*.

L’invention en question n’est pas celle d’un ingénieur multi-diplômé des plus grandes écoles du pays. Elle est celle d’un ancien étudiant en histoire, Michael Aldrich, qui travaille d’abord au sein de fonctions marketing et sales de plusieurs entreprises, avant de rejoindre le conseil d’administration de l’entreprise Redifon Computers en 1977.

Reconnu parmi ses collègues de travail, Michael Aldrich mène une vie paisible avec sa femme et ses quatre enfants dans le comté méridional de Sussex, au sud de Londres.

Michael Aldrich

Un jour de 1979, Aldrich reçoit un prototype de télévision télétexte baptisé Prestel sur lequel il doit réaliser plusieurs tests et donner son avis. Son intérêt pour le prototype est d’abord minime. Pendant plusieurs mois celui-ci est laissé à l’abandon, dans l’ombre d’un recoin de son bureau. Aldrich vend des ordinateurs, pas des télévisions ! Il effectue des recherches mais il ne voit pas comment commercialiser un tel modèle et est trop préoccupé par ses propres ordinateurs. Prestel attendra.

Probablement quelques semaines avant de tomber définitivement dans l’oubli, la télévision est enfin examinée. Peter Champion (un des ingénieurs d’Aldrich) se décide à décortiquer la bête pour voir ce qu’elle a dans le ventre. Et bingo, il découvre qu’il est possible de la connecter à un ordinateur ! Certains composants de celle-ci comme le modem (modulateur-démodulateur) et l’autodialer (numérotation automatique) permettent en effet une telle connexion.

A partir de ce moment là, le prototype va habiter toutes les pensées d’Aldrich, même lors des promenades dans la forêt de St Leonard, voisine de la maison familiale. A tel point qu’une idée géniale lui vient alors qu’il parle avec sa femme de l’expédition hebdomadaire au supermarché. Et si cette tâche fastidieuse pouvait être facilitée ? Et s’il était possible de passer une commande à des commerces directement depuis son living room?

L’inventeur travaille alors d’arrache-pied et écrit de nombreux articles pour mettre en forme ses idées. Il demande finalement à son collègue de réaliser la connexion tant attendue : c’est un succès !

Aldrich est électrisé par son invention: “the ideas of teleshopping, telebanking, teleworking, tele- everything seemed like crazy science fiction. There was no market, no demand and no infrastructure. Perhaps it was all nuts. We had to get a reality check. Talk to real people. Get some feedback. Get some reaction.”

Le système élaboré par Aldrich et son fidèle ingénieur fonctionne par vidéo-texte: le texte est transmis par des émetteurs de télévision et peut apparaitre sur un écran de télévision. En connectant la télévision domestique à un ordinateur via une ligne de téléphone, Aldrich est parvenu à créer le premier procédé de transactions en ligne, prélude à ce que nous avons appelé plus tard le “e-commerce”.

En effet, au début des années 1980, cette invention ne porte pas encore le nom de « e-commerce » : il s’agit à l’époque de « teleshopping ». Le terme de e-commerce apparaît plus tard, au début des années 1990, comme le rappelle Michael Aldrich : « The terms ‘e-commerce’ and ‘e-business’ are from the 1990s. We never used those terms ».

S’en suivent une série de conférences et de salons plutôt réussis au cours desquels Aldrich teste son prototype et ses segments de clients. Les années 1980 sont les années de l’amélioration de son produit mais aussi celles de son utilisation par le B2B uniquement: c’est en 1981 qu’a lieu la première transaction.

*Le procédé d’Aldrich ne fonctionne pas grâce à Internet à ses débuts.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.