#ChangeMakers : Rotsy, « nous avons un rôle crucial à jouer pour le développement de Madagascar »

Rotsy Rafalimanana, 22 ans, est une passionnée de la protection de l’environnement dès son jeune âge. Elle pense que le nombre d’espèces végétales et animales ainsi que leur taux d’endémicité font de la biodiversité malgache un bien public mondial.

Malheureusement, la dégradation de l’environnement est très accentuée actuellement dans le pays, et le problème du changement climatique a empiré la situation. « Étant une membre active de l’Association Mpanazava Eto Madagasikara (Association mondiale des guides et éclaireuses), d’après leur loi Numéro 6 : « La Guide voit dans la nature l’œuvre de Dieu : elle aime les plantes et les animaux ». Passionnée de l’environnement, elle se doit « de protéger l’environnement car notre future en dépend », déclare-t-elle.

Son projet vise à enseigner aux femmes rurales la construction et l’utilisation de fours solaires. Le projet a été sélectionné parmi les meilleurs dans le cadre d’un concours organisé par l’organisation Youth First et a bénéficié en conséquence d’une subvention venant de cette organisation.

Le projet a une double optique : protéger l’environnement par utilisation d’énergie verte et améliorer les conditions de vie par la création d’activités génératrices de revenus.

Rotsy a également porté haut la voix des jeunes malgaches au niveau international, à diverses occasions : United Nations Ecosoc Youth Forum à New York, International Development Youth Forum au Japon, Young Women Leading for A Greener Future en Suisse au cours desquels elle a mené un plaidoyer en faveur de Madagascar.

Rotsy ambitionne de poursuivre son projet et de le réaliser partout dans Madagascar. Elle veut inspirer les jeunes et particulièrement les jeunes filles car elles ont un rôle crucial à jouer pour le développement de Madagascar.

« Le changement doit commencer par chacun et il faut commencer à agir », poursuit-elle. De son point de vue, « il ne faut pas juste critiquer les politiciens et le gouvernement, il faut surtout penser à ce que l’on peut faire pour aider à améliorer le pays. Il faut que les jeunes commencent à croire en leur potentialité et soient prêts à être des agents de changement dans leur communauté et à agir pour donner l’exemple aux autres ».

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.