Une sicilienne à Paris

#lemondeestpetit

Une histoire d’amour et de soleil.

Tout d’abord le smile, c’est ce que vous prenez en pleine face en entrant chez Rusidda. Après, c’est l’accent et les directives en italien lancées à travers la pièce “Hey Marrrco !” De la pure bonne humeur qui sent les agrumes.

Rusidda, c’est une épicerie sicilienne, jolie comme une boite de bonbons qui propose le meilleur de la Sicile à manger. C’est comme une immersion minute en Sicile, avec les céramiques peintes au mur et les “testo di moro” ces vases en forme de tête. Au fond, une charrette traditionnelle, âprement négociée par Amélie, trône avec ses couleurs.

La fine équipe responsable de tout ça, c’est Amélie et Francesco un couple franco sicilien qui a monté la pizzeria sicilienne La Massara (70 Rue de Turbigo, 75003 Paris). L’idée de l’épicerie est venue naturellement.

Derrière le comptoir, on retrouve Giulia, Romaine et solaire, et Juan-Marco le Sicilien.

Bon et dans ce comptoir qu’est ce qu’il y a ?

Des fruits et légumes en provenance directe de Sicile (merci Samanta)

Des vins siciliens sectionnés par Amélie

Des recettes cuisinées chaque matin en fonction des arrivages.

Ce jour là c’était salade de courgettes crues, petits pois, fèves et menthe, des légumes grillés et des champignons farcis. On trouve aussi de très beaux sandwichs avec le pain maison fait par les pizzaïolos de La Massara.

Les recettes siciliennes typiques viennent directement de la Mama de Francesco qui ne transige pas sur la façon de rouler les involtinis !

Cette pétillante équipe déborde de projets et nous en a dévoilés quelques uns… Pour le début de l’été, un aperitivo avec des crudités de poisson, ces bouchées de poisson cru avec une marinade très légère de citron et d’huile d’olive. On attend aussi avec impatience l’arrivée des scampi et gambas de Sicile.

Et pourquoi Rusidda ?

Cela signifie “la petite rose” mais c’est surtout le prénom d’une belle Massara dont le grand-père poète de Francesco était follement amoureux.

Rusidda

1, rue Borda,

Paris III

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.