Le Théâtre de la vie est la vie de l’âme

A peine cinq ou six ans, les dernières années

L’INÉNARRABLE THÉÂTRE DE MA VIE

BIS ENCORE RAPPEL

TU VAS TE CRAQUER UNE CÔTE À FAIRE L’IMBÉCILE

La vie n’est qu’une illusion de mort et d’absence. La vie n’est qu’une vaste scène sur laquelle se produisent veulement et narcissiquement des ambitieux qui veulent se faire reconnaître comme n’étant rien d’autre que ce qu’ils veulent être et non ce qu’ils sont, une narcisse plutôt qu’une jocrisse.

Comme le théâtre politique est triste avec un public qui accourt à la nouveauté et qui s’enfuit ou se cache sous les sièges dès que le rideau monte, ou simplement s’ouvre à l’ancienne. Tout n’est jamais qu’une comédie française qui a perdu le Jean, le Baptiste et même le Poquelin, dit Molière, dans sa fuite éperdue vers l’ombilical des réseaux sociaux et vers le boulimique de la Grande Bouffe devenue faméliquement obèse.

Et vous voudriez que je continue à faire le clown ? Mais avec plaisir, Chère Marquise, car nous le savons bien « tout va très bien, Madame la Marquise ! » Alors se trémousser le nez rouge et le cul nu n’est qu’une performance de plus au catéchisme de l’acteur sur planches, avec pointes de fakir s’il le faut.

Chacun ne montre que le cul qu’il mérite. Et dieu sait si certains culs sont plutôt des berlingots suintant le sucre. Et nous sommes diabétiques par principe, n’est-il point ? Mais dans la foule parfois il y en a un qui nous attrape les paupières et nous arrache les pupilles.

Bonjour les dégâts. Mais c’est bien ça le théâtre. A la recherche du diamant perdu, et quand je dis diamant, je signifie diamant, ce qui n’a rien à voir avec l’amant de Bobonne ou de Bibiche. « Arrêtes donc de te promener toute nue ! » comme dirait Feydeau, et pas Labiche, en français moderne. Il est vrai que « Sans chemise et sans pantalon » c’est moderne et cela sauve quand même la culotte aristocratique et le slip français de la débâcle.

Laissez-vous aller aux fruits condamnés et convoités, mais prenez-les toujours par deux, c’est plus juteux, plus rebondi, plus grivois et même plus croustillant, comme une anguille sur un pain doré.

Dr. Jacques COULARDEAU

Jacques Coulardeau et le Théâtre Parisien @ Academia.edu & SlideShare.net (72)

https://www.academia.edu/29806764/L_IN%C3%89NARRABLE_TH%C3%89%C3%82TRE_DE_MA_VIE

&

http://www.slideshare.net/JacquesCoulardeau/linnarrable-thtre-de-ma-vie

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.