LES 2 SEULES FAÇONS D’ÊTRE SPIRITUEL DANS NOTRE SOCIÉTÉ DE FRUSTRÉS

Le visionnaire se doit d’être écartelé

Michel Caubet ou l’écartèlement de la spiritualité
 
https://www.academia.edu/34056703/Michel_Caubet_ou_l%C3%A9cart%C3%A8lement_de_la_spiritualit%C3%A9

https://www.slideshare.net/JacquesCoulardeau/michel-caubet-ou-lcartlement-de-la-spiritualit

Michel Caubet @AmazonKindle (88)

LE SPIRITUEL OU L’EXTENSION DE L’IMAGINAIRE

Dans le monde qui est le nôtre depuis l’an zéro où les eaux retrouvèrent le niveau normal d’après glaciation il faut savoir rendre — toujours — ce qui appartient à César à ce César lui-même, que ce soit une pièce de monnaie, une citation ou une fin brutale.

Et pour métisser l’Anglais qui dit « there is always a general who tries to outcaesar Caesar » et le Français qui prétend qu’il y a toujours quelqu’un qui « est plus royaliste que le roi » nous pourrions être spirituel et nous demander quel est ce césarien qui se veut plus radical que la dernière césarienne venue.

En ces temps de Brexit on ne pense plus à une seconde venue future qui pourrait nettoyer la planète mais bien plus à en revenir à un état de pureté et de grâce anciennes et délaissées — à jamais — dans la saleté et la crasse du passé qu’il me souvient. Le mythe des paradis perdus n’est peut-être pas très futé mais il est spirituellement rassurant pour les esprits qui n’ont pas d’empathie existentielle.

Il y a plus dans les mythes de la chute de Babylone et de la Tour de Babel que dans toutes les jérémiades des nostalgiques d’un temps béni qui n’a jamais existé ailleurs que dans leur esprit un tant soit peu racorni. Raison de plus quand le changement vital fait que le roi d’hier qui n’utilisait que son œil droit ou son œil gauche pour saisir la réalité expérientielle se trouve confronté à un prétendant qui sait lui se servir de ses deux yeux avec en plus des implants magnifiants.

Et pourtant ils ne nous font pas rire. Il faut une sérieuse dose de spiritualité de cirque pour voir les esbroufes d’un Trump ou d’une May comme des morceaux choisis de comédie et de farce, bien que ce soit d’effrayantes pitreries de hâbleurs tragiques qui avec leurs pantalonnades nous feront perdre nos culottes, petites ou grandes, avec bretelles, ceinturons ou jarretelles, qu’importe pourvu qu’on ait le string avec « garters » pour enfants gâtés.

Dr Jacques COULARDEAU

Mer Morte et désert

Michel Caubet au rendez-vous de Jean de Patmos

Spiritualité Sacrée de l’Humanité dans la Félicité de sa Destinée

Chaque civilisation humaine a produit dans sa phase de genèse une vision de spiritualité qui entrait en communication avec des forces dépassant l’humain et qu’elles ont identifié comme des esprits, des dieux avec lesquels des échanges ritualisés étaient nécessaires. Dans le creuset des trois religions qui naîtront de la terre sémite, un creuset qui englobe le plateau iranien et la Mésopotamie indo-européenne (un bien vilain mot pour désigner les langues iraniennes anciennes dont les langues indo-européennes à l’ouest et indo-aryennes à l’est naîtront) qu’il serait plus juste d’appeler irano-sumérienne, un monothéisme va se développer selon trois directions qui cependant toutes posent la fin du monde, un jugement dernier et donc une apocalypse dont le sens est révélation.

Le maître du verbe de mémoire, d’histoire, de généalogie, de savoir et bien sûr de religion dans cette tradition irano-sumérienne est le Rsi, le maître du verbe, celui qui sait, qui parle avec les esprits et les morts, qui se souvient de tout et en particulier des lois communes et des savoirs de survie.

Ce sont les deux traditions judaïque et chrétienne qui décrivent avec le plus de détail cette révélation de la destinée finale de l’humanité et de son salut, du moins du salut de ceux qui le méritent. La tradition chrétienne attache cette vision à Saint Jean ou Jean de Patmos largement empruntée à plusieurs visions de l’Ancien Testament judaïque, Isaïe et Ezéchiel notamment, sans compter les traditions zoroastrienne et sumérienne anciennes.

Il serait cependant faux de penser que seules ces deux — ou trois — religions ont produit une vision de la fin du monde. Les Mayas en particulier ont une telle vision. Mais les Celtes et les traditions germaniques anciennes avaient elles aussi une tradition identique, Ragnarök pour les Norois.

Ne nous y trompons pas. Ces visions apocalyptiques sont la reprise dans le futur de la vision apocalyptique du déluge qui elle-même reprend la tradition de création du monde à partir d’un univers entièrement sans lumière et aquatique. Le déluge est une façon de voir la purification par la destruction qui remonte à la genèse elle-même. L’Apocalypse de Jean de Patmos elle aussi est plongée dans un déluge qui protège la femme enceinte du dragon et de la bête. Cette vision de l’immensité aqueuse, protectrice ou purificatrice du monde correspond bien sûr à la longue période de plus de 10 000 ans après la glaciation jusqu’à l’ère chrétienne où les eaux vont monter de cent vingt mètres engloutissant les plateformes continentales occupée de vie végétale et animale depuis au moins quinze mille ans du fait de la glaciation justement, et entrainant des dérèglements des débits fluviaux causant des inondations récurrentes.

Cette vision apocalyptique quasiment universelle, car la glaciation et le dégel l’ont été, est le creuset ou le moule mentaux et spirituels dans lesquels la littérature fantastique plonge ses racines et son inspiration. Il est important aujourd’hui de revenir à la lettre ancienne et de retrouver le verbe d’il y a au moins vingt siècles.

Dr Jacques Coulardeau

Jean de Patmos & Michel Caubet @Amazon.fr (37)

Jean de Patmos

L’Apocalypse de

Jésus Christ

https://www.amazon.fr/LApocalypse-J%C3%A9sus-Christ-Nouvelle-Traduction-ebook/dp/B014Y4BE0C/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1480368129&sr=1-1&keywords=Michel+Caubet%2C+Apocalypse+de+J%C3%A9sus+Christ

Atelier de Grec Biblique du Diocèse de Poitiers

Traduction :

Ingrid Auriol, Katy Breuil, Michel Caubet,

Jean Couprie, Jacques Lefebvre, Odile de Loynes.

L’Apocalypse enfin révélée ! Ecrite à la fin du premier siècle de notre ère, cette œuvre prophétique, un des piliers de la littérature chrétienne et du Nouveau Testament, n’existait pas encore en langue française dans une traduction fiable, fidèle, et qui respecte le style et les intentions de l’auteur, Jean de Patmos, « le disciple que Jésus aimait ».

La signification profonde de ce livre, perdue vers le VIIIe siècle, quand l’Église dut rechercher la protection des rois francs pour assurer sa survie, est enfin restituée par une équipe de spécialistes du grec biblique. Soucieux d’offrir au public le plus large les secrets de cette œuvre majeure, ils ont fait appel aux commentateurs antiques, qui en détenaient encore les clés, mais aussi aux ressources les plus modernes de la linguistique et de l’exégèse biblique.

Sceau après sceau, le livre se révèle enfin pour éclairer le lecteur de sa lumière éclatante sur les destinées du monde.

La couverture a été réalisée par le graphiste Jean-Paul Chabrier.

Remerciements à Véronique Ragagnon, gemmologue, pour ses précieuses remarques concernant les pierres.

Edition KDP Amazon Kindle

Gestion Editions : La Dondaine, 8 rue de la Chaussée, 63880 Olliergues (Puy de Dôme)

ISBN — 2–905831–28–4

ASIN: B014Y4BE0C EUR 5,20 $5.83

Publisher: Editions La Dondaine; 1 edition (September 4, 2015)

Publication Date: September 4, 2015

Sold by: Amazon Digital Services, Inc.

Le spirituel de la vanité mondaine

IL EST ENFIN NÉ LE SAUVEUR DE NOTRE RÉPUBLIQUE

VÉRIFIEZ PLUS DE CENT VERSIONS POLYGLOTTES TOUTES FRANCOPHONES

@ https://atlas.limsi.fr/

Il est venu

Il est élu

Il a parié

Il a gagné

Le Macron nouveau est arrivé

Il y a comme une odeur suave

De bois brûlé et de barbecue

Il a pris le train intercité

En marche et sans billet composté

Enfoncé le Valls

Détroné l’Hollande

Rayé l’Mélenchon

Balayée la L’Pen

Et ne croyez pas, ma chère (façon de parler surtout si vous préférez les garçons), que ce soit un accident. D’entregens en relations connectées, de réseaux en intuitions bien travaillées, il a su parler à tous, prendre dans tous les paniers et jouer au coucou dans tous les nids douillets, ouais bien sûr, pas toujours si douillets que cela. Les Républicains qui font bosser leurs femmes pour pas grand-chose, enfin presque. Mais les Modem ne sont pas meilleurs. La Le Pen qui fait raquer le Parlement Européen pour ses agapes politiciennes dans les Hauts de France et en Paca. Les Insoumis qui n’ont de France que l’internationalisme et qui sont assis sur une couronne d’épines communistes que les ultramarins préfèrent toujours. Et les verts ont perdu toutes leurs couleurs et sont devenus caca d’oie. Ne parlons pas des trotskistes ou des anticapitalistes. Ils font pitié le dimanche à la sortie de la messe.

Il ne reste plus que les Goguettes à trois mais avec une quatrième au piano (https://www.youtube.com/watch?v=wrKzhZSHNzc) pour se sentir encore à l’aise dans la marge de cette petite révolution à la française. On peut donc y aller d’un petit vin blanc qu’on boit sous les tonnelles sur les berges de la Marne. Là où Boulanger avait échoué à cause d’une femme qu’il courut rejoindre en Belgique le jour de l’élection, Macron a réussi en à peine douze mois : être élu, se construire un parti qui a pris l’Assemblée Nationale et qui vient tout juste de se faire une santé au Sénat avec un groupe taillé dans le vif des autres.

Et ne voilà-t-il pas que les règlements de compte commencent. La Mairesse de Lille fait dans la marnasse et liquide deux adjoints précédemment socialistes. Et la liste des transfuges qui préfèrent quitter le bateau qui coule avant d’être forcé à marcher sur la planche pour rejoindre le crocodile du Capitaine Crochet s’allonge d’heure en heure, que dis-je, de minute en minute. Le Parti Socialiste ne vendra pas son siège parisien, mais il va en louer au moins deux étages dont le rez-de-chaussée comme le Parti Communiste Place du Colonel Fabien. On me dit que Sanofi est sur les rangs pour y installer une unité de production de Prozac ou de Zoloft qu’ils vendront à prix réduit, on dit générique, aux survivants du naufrage.

Mais jusqu’où ira donc la débâcle, signifiant clairement une catastrophe à la fois climatique et météorologique puisqu’il s’agit de la fonte des glaces, vous savez celles de la Bérézina. Ségolène Royal est planquée dans le placard à balais des pôles. Elle ne peut pas faire plus de mal que Rocard, son prédécesseur. On se demande simplement si Dominique Strauss Kahn ne va pas revenir faire la nique-nique à tout ce beau monde pour leur apprendre la différence entre la valeur ajoutée et le profit illicite, sans parler du partage des miettes et de l’empochade des miches.

Dans tout ce beau monde il manque cependant une dimension sexuelle, grivoise, à la française, garantie. Une histoire d’hôtel Carlton à Lille, juste en face de l’opéra, ou de ballets roses et bleus comme au bon vieux temps de la quatrième république, ou encore de maîtresse actrice que l’on visite en scooter piloté par un CRS. Comme tout cela est triste. On a un président en famille reconstituée ou reconstruite ou recomposée, je ne sais plus comment on dit, mais c’est de l’or bétonné, du platine sous arche de Tchernobyl. Comment se fait-il que le Canard Enchaîné soit si silencieux ? Ont-ils reçu quelques subsides ou quelques ordres musclés. Et même Charlie Hebdo n’a pas encore révélé la fesse cachée du régime sans sel de ce nouveau président. Pourtant ils ne se font pas prier quand il s’agit de cracher sur l’Islam. Alors qu’attendent-ils pour s’en donner à bras raccourci et à cœur joie sur cet enfant de toubibs devenu banquier chez Rothschild et qui se croit vraiment être le Messie promis dans l’Ancien Testament.

Voilà de bonnes raisons pour se jeter sur SVVBES #2. Le #1 est quelque part dans la jungle virtuelle.

Dr. Jacques COULARDEAU

De l’anguille à la pibale

Si Vous Voulez Briller En Société

(Tome 2)

Dépéchez-vous !

Dans une semaine fini de rire !

Faites votre examen de conscience ! Confessez tous vos crimes. Dimanche 23 avril 2017 la France d’une façon ou d’une autre devient sérieuse. Il ne s’agira plus de briller, mais simplement de se soumettre en geignant.

Il y aura des gémissements rouges, roses, verts, bleus, blancs, bleu marine, caca d’oie, tricolore et quelques autres plus noirs que clairs. Il y en aura pour tous les goûts et toutes les couleurs, mais tous gémiront comme des diables dans une bouteille en verre pare-balle. Combien cela sonnerait mieux à mes oreilles meurtries si on disait « gémisseront ».

Il faudra alors compter ses sous, ses centimes, ses euros ou ses francs, mais il faudra bien compter. Il faudra se remettre au travail comme tout le monde sur cette planète : 40 heures, 45 semaines au moins, 45 annuités au moins et ce dernier chiffre à la hausse.

Mais les robots !? Laissez-moi rire et permettez-moi de briller. Tous les économistes veulent taxer les robots de telle sorte qu’ils coûteront aussi cher DE L’HEURE qu’un simple smicard, même peut-être plus cher. Les patrons vont-ils se laisser avoir ?

On paiera un smic à tous les français du berceau à la tombe et chacun aura accès à une cuisine collective, une salle de bain collective, des toilettes collectives, des dortoirs collectifs, des jardins collectifs, et recevra tous les matins un sac de victuailles pour la journée. Des écrans partout mais on aura supprimé les claviers et les souris. Collectivement vous aurez ce que les écrans voudront bien programmer. Vive l’URSS réinventée. La soupe populaire et l’Armée du Salut pour tous et la Trump Tower pour les Happy Few qui auront des claviers, des souris et donc des écrans qu’ils pourront programmer comme de grands garçons et de grandes filles. Vous avez dit Pyongyang sur Seine ? Mais non, mon pauvre diable ! Ce sera Paris(-sur-Seine), Texas. Immigration interdite.

Et chacun pourra briller sans cesse, toujours et à perpétuité, car ce sera bien tout ce que chacun, sauf les Happy Few, pourra faire avec un smic de misère, le collectif absolu et pas le moindre travail à flémarder, le moindre livre autre que bien-pensant à lire, le moindre film autre qu’à l’eau de rose cathartique à regarder.

Finis, les embarras de Paris ou de la théorie du genre. Il n’y aura plus de théorie du tout, sauf pour les Happy Few. On tolèrera le genre mais à condition de ne pas dépasser la douzaine. Vous allez regretter le temps des gras incompétents car eux au moins ils ne nous empêchaient pas de péter. On en reviendra à la marmite collective et on y mettre dedans, de temps en temps, un récalcitrant pour y être bouilli gentiment et pour nous fournir des protéines animales, enfin humaines bien sûr.

Si vous voulez changer d’horizon nous vous conseillons la Marine Nationale dont les uniformes sont comme ceux des chasseurs bleu marine. Là vous y verrez du pays, de la mer et des canaques de droite et de gauche. Vous aurez tous un fusil mitrailleur et mille balles par jour et vous aurez le droit de tirer sur tout ce qui bouge sur les berges des continents que vous longerez. Le pied à répétition avec la bénédiction — pas du Pape bien sûr, restons sérieux — mais du fantôme en chef du haut de sa Trump Tower portant son bonnet d’âne devenu l’emblème de l’intelligentsia populiste prêchant la Bible de Bannon : Banni, Banna, Bannons-les tous et Bannissons les autres.

Bonne aventure.

Dr. Jacques COULARDEAU

(Dans une semaine on supprime tous les titres, sauf les militaires.)

Si Vous Voulez Briller En Société

(Tome 2)

ÉDITIONS LA DONDAINE

8 rue de la Chaussée

63880 OLLIERGUES

France

04 73 95 59 17

dondaine@orange.fr

Tous droits réservés.

Les textes restent la propriété de leur auteur

© Michel Caubet 2016

En vente chez tous les Amazons qui se respectent.

Détails sur le produit

Format : Format Kindle

Taille du fichier : 324 KB

Nombre de pages de l’édition imprimée : 107 pages

Utilisation simultanée de l’appareil : Illimité

Editeur : Editions La Dondaine; Édition : 1 (19 décembre 2016)

€2.99, £2.55, US$3.12

Langue : Français

ASIN: B01NBMOMDP

Composition améliorée: Activé

POST SCRIPTUM

In One week France will fall into the marsh of regression. At least the French deserve it and the tragic comedy of total blindness in the full sunshine will start shining in the world, on the planet, in the cosmic universe.

Et on attend la suite maintenant que le stress électoral fait perdre la cravate à nos députés et les jupes à nos sénatrices.

Pibales fricassées ou fricassée de pibales

Si Vous Voulez Briller En Société

(Tome 2)

Je me Trump ou bien j’ai tort !

Mais non, pas le moins du monde, ni pile ni face, ni aucun des côtés de la lune. Vous ne pouvez que vous Trumper et en même temps avoir totalement tort.

Vous devez comprendre que le FBI a une caméra dans chaque four à micro-ondes de la planète.

Et la CIA a des micros hyper sensibles dans chaque lampadaire qui grâce à EDF reçoivent l’Internet et captent vos téléphones.

Et je ne dirai rien de Putin qui a osé l’inosable, et il a engagé les meilleurs hackers de Microsoft pour prendre le contrôle du Sacré Cœur et de la Tour Eiffel. Il annonce Versailles la semaine prochaine.

Mais vous ne savez pas la meilleure ! L’ado pubère de Corée du Nord a réussi à implanter des micro-processeurs transmetteurs sur des souris et il vient d’en lâcher un millier Place de la Concorde. C’est la cacophonie garantie à Pyongyang.

Mais vous êtes encore en retard d’un train, et à grande vitesse en plus. Xi a fait encore mieux. Il a mis au point une machine lectrice des gammes Béta du cerveau humain. Chaque Chinois dans le monde qui a un téléphone est en fait un récepteur émetteur de toutes les gammes Béta de milliards de pauvres péquins.

Et je viens juste d’apprendre qu’il a proposé à Wikileaks de publier toutes les transcriptions, ce que Julian Paul Assange a immédiatement accepté . . . à condition que les Chinois acceptent de le libérer de l’Ambassade de l’Equateur et de lui offrir un refuge, avec ou sans étoile, mais avec vue sur la mer, dans le désert de Gobi. Xi a répondu qu’il allait y réfléchir.

Et Sony a breveté la machine à voter à distance pour truquer les élections françaises. On n’arrête jamais les Japonais.

Jean Epicier, Bobardiseur démissionné, Maison Blanche

Il n’y a de pibale que qui ose l’être

The Postman Always Rings Twice

MAIS Le Bobo Snob A Toujours Le Dernier Mot

« Je ne peux plus simplement tolérer les politiques. Ils sont tous pourris, » dit Madame Le Bic, bille en tête.

« Pourtant ils ne manquent pas de ressources, » lui rétorque Monsieur de l’Edam.

« Ouais. . . de ressources publiques pour nous flouer en beauté et à nos propres frais pour leurs nausée-abondantes ambitions, » rajoute d’un ton amusé le jeune Monsieur Trublion de Salon.

« Arrêtez donc de vous mastiquer stérilement le citron, mon pauvre Benêt, le JeanQuiRecule va bien se plagier la tête de tous les Vade-Mecum à trois temps, à vingt ans ou à mille temps. Et c’est alors qu’on rira, » conclut Mlle Albatrosse Royale.

Jacques Le Bouteillier, de l’Hôtel Splendid de Bordeaux

P.S. « Ciel, ma Chère, c’est que la vie est difficile, vous savez ! »

N.B. « Si la vie est si difficile, je vous conseille de tirer vos marrons du feu, puis de vous tirer à l’anglaise et de vous faire tirer les tarots. . . de Marseille bien sûr, la mort en sus garantie ! »

Vous avez dit pibale? Mais non c’est civelle

Michel Caubet @ Amazon Kindle (75)

Hilarante Clinton en Trumpe l’oeil: société mondaine oblige

Auriez-vous perdu votre humour noir ou votre sémitisme biblique? Il est urgent de retrouver dans vos tablettes Abraham et ses deux femmes et ses deux fils, Ishmael et Isaac. Et demandez-vous qui des deux est Abel ou Caïn. Et portez-vous volontaire pour jouer le bouc. Cliquez sur le titre et vous y serez, à l’autel du sacrifice.

Trump, le petit père du peuple, et sa grande sœur May sur une assiette de pibales

Pibale sur roues

Si Vous Voulez Briller En Société

(Tome 2)

Movar, rentier naïf et curieux, et Églantine, femme cultivée et rêveuse, vivent en Bretagne, près de Quiberon, en 2032. La curiosité sans bornes de Movar, et son désir d’aider autrui à « briller en société » l’ont amené à s’entourer d’« experts » : Tchang, ethnologue chinois venu étudier les peuplades bretonnes, et le Dr O’Zoot, savant tous azimuts.

Ces quatre amis sont bientôt rejoints par Panurge, évadé du XVIe siècle par l’opération magique d’un alchimiste, et par Franck Zappa, que tout le monde croit mort alors qu’il est devenu pizzaïolo dans ce coin tranquille de Bretagne, pour échapper à la célébrité.

Mais Ce Franck Zappa est-il le vrai ? Panurge est-il un acteur québécois ? Tchang est-il réellement ethnologue ? Le Dr O’Zoot, dont la voix ressemble furieusement à celle de sa secrétaire, est-il vraiment un expert ?

Car les imposteurs rôdent partout dans ces 30 épisodes, et on se demande ce que Bernard-Henri Lévy peut bien être venu faire là… Car il nous fait l’honneur inestimable de s’inviter dans ces textes, sans doute parce qu’il ne risque pas d’y rencontrer une tarte volante au prochain carrefour. Il est accompagné de sa charmante épouse, dont ni lui ni nous ne saurions nous passer.

Ces textes drôles, fous, euphorisants, sont enfin offerts au public qui y reconnaîtra des visages familiers qui mériteraient peut-être, quant à eux, d’être couronnés d’une tarte à la crème !

ÉDITIONS LA DONDAINE

8 rue de la Chaussée

63880 OLLIERGUES

France

04 73 95 59 17

dondaine@orange.fr

Tous droits réservés.

Les textes restent la propriété de leur auteur

© Michel Caubet 2016

Détails sur le produit

Format : Format Kindle

Taille du fichier : 324 KB

Nombre de pages de l’édition imprimée : 107 pages

Utilisation simultanée de l’appareil : Illimité

Editeur : Editions La Dondaine; Édition : 1 (19 décembre 2016)

€2.99, £2.55, US$3.12

Langue : Français

ASIN: B01NBMOMDP

Composition améliorée: Activé

Comptez-les donc, mon couillon, en bordeluche dans le texte

NE VOUS EN LAISSEZ PAS CONTER

DES CIVELLES ET DES PIBALES

Dans notre digne société il n’y a que deux types de gens, avec un troisième en catimini.

D’abord les Bobos Bling Bling qui n’ont rien à voir avec les Maman Bobo Panpan Culcul, et pourtant souvent c’est tout ce qu’ils mériteraient mais on nous dit que les châtiments corporels sont interdits dans la bonne société, sauf comme jeux érotiques, si possible publics et collectifs. Les Romains appelaient cela des fêtes bachiques et en latin ce ne sont que des « orgia ». Ils sont, ces bobos, plutôt BOF, vous savez « beurre ou fromage » ou bien encore « bloody old friend », car bien sûr ils se targuent de parler des langues étrangères.

Puis vous avez les révolutionnaires qui se clandestinent en Zinzins, les Z-indépendants, ou en Zozos, les Z-autonomes, ou encore en Zazas, les Z-anarchistes. Certains font le tour des voyelles avec les Zuzus, les Z-huluberlus, et les Zézés, les Z-équilibristes, et bien sûr les Z.z.s (voyelle interdite du fait de la censure sauf pour Pierre Perret, je ne dirai rien de ce qu’on peut faire d’un P.p. : employez un schwa en zeuzeu, mais vous savez ce que je veux dire, n’est-ce pas ?), les –Z-irrésistibles. La liste est longue : il y tellement de voyelles dans la langue française ! Ah les Zouzous et les Zoizois !

Ceux qui sont en catimini sont les autistes Asperger, vous savez les autistes savants qui sont capables en un coup d’œil de vous apprendre et de vous réciter l’entier du Bottin de la ville de Paris ou de Bordeaux. Ils se cachent car ils ne savent pas communiquer et ont peur du contact humain, vous savez :

« Cachez moi donc ce sein que je ne saurais voir ! »

ou bien

« Je vous fuyais Madame.

Pour ne point révéler ma honte sulfureuse

D’une main timide qui pleure à vos genoux. »

Car ils savent faire des alexandrins, eux. Et ne les laissez pas s’engager dans cette voie car

« Ils ne savent partir que treize à la douzaine

Mais par un prompt renfort Ils deviennent trois mille

En abordant le bar. »

C’est qu’ils sont tous

« Un des fils de l’ouvreuse et du sapeur-pompier. »

Je dois dire que ce sont les plus attrayants car ils disent n’importe quoi et sans même le penser. Ils sont les incendiaires d’une partie à quatre, en même temps que les boutefeux qui boutent les envies le plus excitantes hors de France et de Navarre.

C’est ce type de société que Michel Caubet vise. C’est ce type de gens qu’il ambitionne de dépeindre dans leurs travers amusants. Il y aura toujours un clown pour vous dire que

« Vous le connaissez mal, la même ardeur le brûle,

Et son plaisir s’accroît quand l’effet se recule. »

Mais faites attention car cet humour caustique sans être noir est aussi satyrique ou satyrien, saturnique ou saturnien, vous traitant comme un hybride capable de planer entre des pattes ongulées et des bras de boxeur. Si vous n’y prenez garde vous serez le kangourou de la fable en un rien de temps et vous en serez tout endolori dans votre âme violentée et dans votre esprit cabossé. Ne parlons pas du corps : il en sortira couvert des poils hirsutes d’un farfelu tout velu qui n’a probablement pas tout compris à l’histoire.

Et vous n’aurez que les yeux pour pleurer. Alors allez écouter :

« Les sanglots blonds

Des hauts houblons

De la bière

Les hauts le cœur

D’une liqueur

De sorcière. »

Il dégouline de pathétisme très vieillissant

Et si vous doutez encore de l’effet aphrodisiaque et enivrant de cette satire onirique montez dans la montagne et pleurez sur les Douglas en récitant quelques vers nostalgiques :

« J’aime le son des corps, le soir au fond des lits,

Soit qu’ils chantent les émois de joie d’une biche

Ou les flots liquoreux de franche jouissance

Qui d’un trait boit le vin versé d’une naissance »

Et le soleil social qui se lève dans tous les sens et se couche de même resplendira d’une étrange complaisance ou complicité et vous passera dans le dos le baume d’un chuchotement comme « Mais où va-t-il donc prendre tout cela ? » Ne leur dites surtout pas votre secret. Il suffit de suivre les routes qu’indiquent les panneaux de signalisation de la foire d’empoigne (prononcez « empogne ») de quelque quartier populaire dédié à la pèche à la bacalan (bacalao en portugais), tout simplement la morue.

Et je ne saurais, sous peine d’extradition, citer même ne serait-ce qu’une demi-phrase d’une de ces dames d’un port de la lune huppée comme une princesse de la nuit perchée sur quelque canapé qui est son seul univers et horizon professionnel.

Jacques COULARDEAU

Pieuvre géante que seuls les « Travailleurs de la Mer » pourront éliminer

La beauté est dans les pulpeuses tentacules. Tacule ou macule, c’est toujours plutôt cochon

Tout ce qu’on peut souhaiter savoir sur Michel Caubet

Michel Caubet @AmazonKindle (88)

Michel Caubet ou l’écartèlement de la spiritualité

https://www.academia.edu/34056703/Michel_Caubet_ou_l%C3%A9cart%C3%A8lement_de_la_spiritualit%C3%A9

https://www.slideshare.net/JacquesCoulardeau/michel-caubet-ou-lcartlement-de-la-spiritualit