Je n’ai pas trouvé ma place dans ce monde du travail et je compte bien la créer
Matthieu Leventis
31823

C’est hélas tristement vrai.

Les Etats Unis peuvent apparaître comme la terre promise des personnalités aux multiples casquettes, car elle hérite de la belle tradition de l’”American Dream” ou tous un chacun pouvons trouver le succès en partant du bas de l’echelle. Aujourd’hui, même si ce rêve est de plus en plus rare, disons qu’il existe encore.

Par contre Nul espoir de progresser en France si l’on part du bas. Les institutions vont d’abord vouloir se protéger en protégeant les enfants qui lui ressemblent. C-a-d qu’elle va promouvoir ceux qui comme elle, ont suivi un chemin similaire : les recruteurs de telle ou telle école vont d’abord rechercher des stagiaires venant de telle ou telle école et ayant parcouru tel cursus. avant de les engager. Disons que cela va les “rassurer” comme la garantie qu’il n y aura pas de “ratés”.

Evidemment il y a des exceptions mais elles sont quand même bien trop rares pour en parler.

Personnelle, j’ai un parcours aussi atypique même si je suis resté plus ou moins dans le même secteur (celui de l’ image). Aujourd’hui Free-lance, j ‘ai parfois des mois fastes, parfois des mois plus difficiles.

Malgré le fait que la société nous fait chèrement payer le prix de notre liberté de mouvement par une insécurité pesante, je persiste comme toi à croire que les “extras skills” sont un atout pour l’entreprise et la société ultra évolutive de demain.

Avec tout mon soutient,

Jacques Louradour

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Jacques Louradour’s story.