Les véritables desseins de Louis Aliot : bien loin du Conseil Régional

Bien impliqué dans la campagne des élections régionales, le tête de liste FN Louis Aliot est finalement défait par Carole Delga. (PS) Néanmoins, il semble déjà prêt à rebondir.

« Les résultats de ce second tour des régionales sont plein d’avenir. Je donne rendez-vous pour les prochaines élections… » Tels sont les mots prononcés par Louis Aliot au soir des élections régionales. Des paroles qui lèvent sans doute le voile sur les ambitions futures du vice-président du Front National. Arrivé en deuxième position, avec 33,87% des voix, il perd donc son pari de présider la grande région Midi Pyrénées-Languedoc Roussillon. Pourtant, sa stratégie était établie sciemment dès le début de la campagne. Il s’est placé cinquième sur la liste bleue marine de la région. Cette position l’empêchait de fait, d’être élu en cas de défaite. Ses prétentions sont donc visiblement ailleurs. Déjà conseiller municipal d’opposition de Perpignan et député européen, il est peu probable que le cumul des mandats soit l’unique raison de sa volonté de ne pas siéger dans l’opposition régionale. Bien loin de l’élection présidentielle de 2017 durant laquelle il soutiendra sa compagne, Louis Aliot parait vouloir privilégier son fief. Va-il tenter en 2020 d’obtenir la mairie de la préfecture des Pyrénées Orientales ? Hier, il a tout de même convaincu 41,94% de l’électorat local.

Jérémie LEGER