Le Parisien 21 septembre 2015

Le temple maçon se dévoile au public

UN GRAND BUREAU EN BOIS avec le célèbre symbole de l’équerre et du compas trône au milieu de l’estrade, la corde à nœuds court le long des murs et le fil à plomb accroché au plafond tombe juste au-dessus du damier noir et blanc incrusté au sol. Pas de doute, on se trouve bien dans un temple maçonniqu. Celui de Rueil-Malmaison a ouvert ses portes au public ce week-end. Avant les questions, les visiteurs ont eu droit à une rapide présentation de la franc-maçonnerie : « Ce n’est ni une religion, ni une secte, insiste un maçon. Chacun peut penser ce qu’il veut. Et il y a deux objectifs : s’améliorer soi-même, se construire son temple intérieur et contribuer à créer une meilleure société. » La loge de Rueil-Malmaison existe depuis 1824 et accueille trois obédiences : le Grand Orient de France, le Droit Humain et la Grande Loge féminine de France. »

Encore des secrets, et beaucoup de clichés… Pour le représentant du Grand Orient, c’est important d’ouvrir les portes du temple. « On veut montrer qui on est. On ne fait même pas de prosélytisme, c’est surtout pour dédiaboliser la franc-maçonnerie », commente-il. Quitte parfois à décevoir. Carole est Rueilloise, elle est persuadée que les frères ont des signes pour se reconnaître mais « non, on ne se grattouille pas la main si c’est à ça que vous pensez ! » Une autre question est revenue fréquemment. « Est-ce que vous avez une influence sur la politique ? » interroge un visiteur. Un des frères répond avec une pointe d’ironie : « Si l’influence dont vous parlez était vraie, on n’en serait pas là aujourd’hui. On ne fait pas de la politique comme dans un parti ou dans un syndicat. Nos travaux peuvent être transmis à des parlementaires, parfois on nous demande de plancher sur des sujets en particulier. Mais nous n’avons pas non plus l’influence d’un lobby. » « Vous créez quand même des réseaux et certains frères s’en servent pour faire du business, s’agace un homme. Sinon pourquoi y aurait-il tous ces secrets ? En temps normal, on ne peut pas entrer ici. » « On se tait juste sur l’appartenance du frère mais on est libre de dévoiler la nôtre, précise un maçon. Et pour ce qui est des réseaux, je ne pense pas qu’il y en ait plus ici qu’ailleurs… » La fascination est toujours là. Les clichés aussi.

JUSTINE CHAUVIN

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.