Le Parisien 9 septembre 2015

Il avait donné treize coups de couteau à son ex-femme

EN PRÉPARANT UN REPAS de réveillon, elle n’imaginait pas que la soirée se solderait par treize coups de couteau portés par son ex. Ce 30 décembre 2013, Makoro a échappé de peu à la mort mais a gardé des séquelles graves de cette agression. Son ancien conjoint, Malik, est jugé depuis hier aux assises du tribunal de Nanterre. Il est accusé de tentative de meurtre sur conjoint. Une béquille à la main, le pas traînant, emmitouflée dans un châ- le noir, Makoro est venue à la barre raconter cette funeste soirée. Depuis son box, Malik n’a pas pu retenir ses larmes. Avec ses gestes ralentis et sa voix éteinte, elle indique qu’il est venu ce soir-là pour demander à voir leurs enfants. Il avait bu. Il profite d’un moment d’inattention de Makoro pour s’introduire à l’intérieur. « Je lui ai dit : Tu sors ou j’appelle la police », précise-t-elle. La discussion se poursuit dans l’appartement quand, soudain, elle sent un coup porté sur le flanc. Il vient de lui porter un coup de couteau.

Amour interdit. Paniquée, elle court se réfugier chez la voisine du dessous, mais Malik la poursuit et la rattrape à l’intérieur, jusque dans la salle de bains. C’est là, à genoux, qu’elle reçoit d’autres coups de couteau, à l’épaule, à la hanche, et au cou. « Je lui ai dit : Arrête, je lui ai parlé de Dieu, des enfants. Il ne m’écoutait pas, il continuait », indique-t-elle. Mais les paroles de Makoro finissent par lui faire prendre conscience de son geste. Il prend le couteau et se met à le frotter sur son cou, comme s’il cherchait aussi à se tuer. « J’ai vu qu’il avait le côté non tranchant du couteau sur la gorge, alors j’ai vu que c’était de la comédie alors j’ai arrêté de parler », confie-telle. C’est un voisin, alerté par les hurlements, qui parvient à rentrer dans la salle de bains et à retirer le couteau des mains de Malik. Avant les coups, il y avait pourtant de l’amour. Un amour interdit puisque la famille de Makoro n’envisageait pas qu’une personne de sa caste épouse un simple griot. C’est pour vivre leur histoire sans contrainte qu’ils s’étaient établis en France. Plus tard, les infidélités, les vols et l’alcoolisme du mari avaient eu raison de leur mariage. Un échec que Malik n’a, semble-t-il, jamais digéré.

JUSTINE CHAUVIN ET THIBAULT CHAFFOTTE

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.