KIKK: arnaque, bénévolat ou esclavagisme moderne ?

L’asbl KIKK rend public aujourd’hui sa vaste étude sur le bénévolat. Du jamais vu. Si les conclusions n’ont pas encore été révélées, nous sommes en mesure de vous dévoiler quelques uns des résultats les plus marquants. Une enquête à ne pas placer entre toutes les mains.

L’aventure commence il y 5 ans. Depuis, nous travaillons sans relâche, jour et nuit, au service de notre enquête d’envergure mondiale. Une enquête destinée à faire la lumière sur ce qui pousse des personnes à devenir des bénévoles. Y sont-elles forcées? Quel type de menace reçoivent-elles? Les bénévoles se sentent-ils investis d’une mission divine? Sont-ils tout à fait honnêtes? Toutes les réponses et bien plus encore enfin réunies dans une seule et même étude. Vous la tenez devant vos yeux.

Mercredi 15 juin 2016, à l’occasion du barbecue des bénévoles du festival KIKK, les premiers résultats ont été dévoilés. Et tout a basculé.

Autour de Marie, la voix du KIKK, les bénévoles ont déserté. Mais que s’est-il passé?
Nous souhaitions connaître les attentes mais aussi les besoins de nos bénévoles.

Gilles Bazelaire, directeur du festival, explique : “Pour continuer à les impliquer dans le festival, il nous fallait d’abord mieux les comprendre. On s’est lancé dans cette enquête, sans aucune restriction et sans lésiner.” C’est ce qui s’appelle mettre les petits plats dans les grands. “Nous souhaitions être à l’écoute”, renchérit Marie, la coordinatrice du festival. Résultat : nous avons élaboré une étude à la fois fouillée et ambitieuse sur base de l’échantillon de nos nombreux sujets bénévoles.

Mais, pour éviter d’être déçus, et pour rester en bons termes, c’est important, nous avons préféré imaginer les réponses qu’ils nous auraient probablement fournies.

Nous partons du principe que chaque sujet d’étude a autorisé et validé sa participation, à son insu et de manière implicite.

A travers ce travail de fond, après avoir identifié les réelles motivations de nos bénévoles, nous avons pu évoluer. Et nous en profitons pour remercier ceux sans qui rien de ceci n’aurait été possible : merci les bénévoles ! N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions, ou si subsistent certains doutes quant à notre méthode d’investigation. Nous nous réservons toutefois le droit d’en tenir compte, ou pas. Une dernière chose : évitez de remettre en question la pertinence de l’enquête, soyez constructifs.

Les voilà nos bénévoles! Ils font simplement la file pour les tickets boissons

Dans le désordre, les 64 raisons les plus courantes de participer au KIKK Festival en tant que bénévole :

  1. Parce qu’à ce qu’on dit, les gens sont gentils.

2. Parce que toi aussi tu veux connaitre l’émotion.

3. Parce qu’un KIKK peut en cacher un autre.

4. Parce que parfois, le soir, ça nous arrive d’apercevoir des lucioles. D’ailleurs tu sais toi pourquoi elles ont l’arrière-train qui brille?

5. Parce qu’on boit des bières. Tous ensemble. Et que ça, c’est magique.

6. Parce que tu aimes rencontrer des gens de partout. Souvent, ils écoutent ce que tu as à dire, eux.

7. Parce qu’un KIKK est unique ; une année n’est pas l’autre. Sans blague.

8. Pour parler à des gens, la plupart du temps, passionnants.

9. Parce que cette année, tu veux pratiquer ton anglais tout rouillé, et plus si affinité.

10. Pour vivre une expérience spéciale. Très spéciale.

Un bénévole est toujours souriant. C’est pratique.

11. Pour apprendre plein de choses.

12. Puis, les oublier.

13. Pour découvrir les coulisses de l’événement. Par contre, tu feras attention au matériel en sortant, merci.

14. Pour choper toutes les bonnes idées.

15. Et des tas de cartes de visites « trop stylées. »

16. Et les contacts qui vont avec.

17. T’as peut-être même déjà pris rendez-vous avec nos concurrents. Pas cool. Pas bénévole spirit pour un sou.

18. Pour rencontrer les artistes ou à défaut, leur égos.

19. Et tu sais que tu ne les aurais jamais rencontré ailleurs. Tu pourras nous remercier quand ce sera fait.

20. Pour te faire bien voir.

21. Et ça marche. On t’apprécie déjà.

22. Pour apprendre des techniques dont tu ne te souviendras pas une fois le festival terminé.

23. Et si tu t’en souviens, elles ne te serviront certainement pas dans l’immédiat. Mais un jour, tu verras. Et là aussi, tu nous remercieras.

24. Pour briller en société. On te garantit que ça marche. Et même plutôt bien.

25. “Au KIKK cette année, je vais rencontrer Stefan Sagmeister ! » Frimeur.

26. Pour ajouter une ligne supplémentaire à ton CV, voire même deux. “Bénévole lors de la 6ème édition du Festival international des cultures numériques et créatives, Namur, 2016 ” (ça fait bien 2 lignes.)

27. Pour muscler un peu tout ça. Tu as une sacrée tendance à te relâcher en hiver mon vieux.

28. Pour parfaire ton style vestimentaire. Tu me feras le plaisir de jeter ce vilain pantacourt.

29. Pour faire tous les petits updates nécessaires à ton vocabulaire de créatif. Rassure-nous, tu sais ce qu’est un maker, un fablab et une découpeuse vinyle ? En es-tu bien certain?

30. Pour te faire des amis. Et tu sais que tu en as besoin.

31. Au moins quelques connaissances.

32. Parce que faire du bénévolat, « ça fait bien. »

33. Pour tester tes limites.

34. Pour mettre en pratique la fameuse technique-en-17-étapes-pour-passer une-excellente-nuit-blanche.

35. Parce qu’on a besoin de toi. Ne te fais pas trop prier.

36. Pour exister.

37. Parce que ça fait une bonne raison pour tester ce qui se trouve dans le tiroir de droite de ta table de nuit. Celui-là même.

38. Pour justifier ton oisiveté.

39. Parce que peut-être enfin, toi aussi, tu comprendras ce que le KIKK signifie.

40. Parce que tu as toujours rêver de dire à tes amis : « Désolé, ce soir je peux pas, je suis charrette. »

41. Parce que tu gagneras une reconnaissance éternelle (à condition de la mériter.)

42. Parce qu’en général, après 2 ou 3 éditions, on retient même ton prénom.

43. Parce que si tu es arrivé jusqu’ici c’est que tu es soit déjà bénévole, soit sur le point de le devenir.

Les bénévoles, à la fraiche, et en VIP sur la terrasse du TRAKK à Namur.

44. Pour clouer le bec à tes amis qui confondent encore la CNC et la découpeuse laser.

45. Pour raconter cette fameuse blague sur Alt-R. Mais si, ne fais pas l’innocent, ça fait des années que tu essaies de la placer.

46. Pour continuer sur ta lancée dans le monde du bénévolat.

47. Parce que le KIKK, c’est vraiment la classe.

48. Parce que Namur, pourquoi pas?

49. Parce que quand on est bénévole, on en ressent une grande satisfaction personnelle.

50. Parce qu’il y a un moment, il faut se bouger.

51. Pour mettre momentanément fin à ta recherche d’emploi.

52. Pour casser la routine.

53. Parce que tu es né(e) altruiste, que tu le veuilles ou non.

54. Pour prendre congé. Ton boulot, là en ce moment, c’est p-é-n-i-b-l-e.

55. Parce que c’est le genre d’expérience dont on ressort grandi.

56. Parce qu’en fait c’est nous qui te faisons une fleur et dans le fond, tu le sais bien.

57. Parce que si c’est pas toi, ce sera quelqu’un d’autre.

58. Parce que si tu cherches du boulot à Namur/en Wallonie/à Bruxelles/en Belgique mais que tu n’as jamais été bénévole au KIKK, on t’arrête tout de suite : c’est mort.

59. Parce que tu n’es pas à l’abri d’une rencontre. LA rencontre.

60. Parce que personne ne t’empêche de revendre le tee-shirt KIKK que tu vas recevoir. Chacun son biz, mec.

61. Parce que tu ne devras pas faire les courses; les jours où tu es bénévole, on t’offre même les repas.

61. Parce que le profit, c’est surfait, toi tu fais ça pour l’art.

62. Parce que le KIKK c’est un peu l’école de la vie et que ça fait longtemps qu’on t’as pas vu dans la cours de récré.

63. Parce que KIKK will never die.

64. Et que c’est aussi, surtout, grâce à toi.

Retrouvez une nouvelle étude très prochainement,

On vous aime très fort,

La KIKK Team.

PS : Pour notre sixième édition, on recherche encore plus de bénévoles ! Contactez-nous à cette adresse : alexandra@kikk.be