Recherche vocale et SEO: 3 conseils pour bien vous positionner

Pour faire suite à mon dernier article « Marketing de contenus en tourisme: les sujets les plus recherchés », les tendances locales, géolocalisées et contextuelles ont un grand impact sur le positionnement naturel d’un site Web sur les moteurs de recherche.

Toutefois, une tendance de fond reste à démystifier: le référencement vocal.

Qu’est-ce que le référencement vocal?

Il s’agit de toute forme de requête par voix faites par un individu à un assistant personnel tel que Google Home et Alexa par exemple ou même via son appareil mobile avec Siri sur iPhone.

Pourquoi est-ce important?

Les recherches vocales sont en hausse et le seront davantage dans le futur.

Selon Comscore, 50% Des Recherches Se Feront De Manière Vocale En 2020.

De plus, 20% des recherches actuelles sur mobile sont fait par la voix.

Alors, comment faire pour optimiser ses présences Web pour le référencement vocal? Voici 3 principaux constats d’une étude qui a été effectuée en analysant 10 000 requêtes de recherche vocale avec l’assistant Google Home.

1. Simplifier et faciliter la lecture du contenu

En moyenne, la réponse à une requête vocale dure 29 secondes. Il est donc primordial d’optimiser ses contenus en les rendant plus concis, mais tout aussi pertinents. Il est donc mieux de dire en moins de mots votre message principal de sorte à ce que celui-ci soit facilement lu et compris par l’assistant vocal. Vous aurez ainsi plus de chance de bien vous positionner sur ce type de recherche. C’est ce que Google appelle le facteur d’élocution, soit la facilité de prononcer les mots et le rythme.

Il faut aussi dire que l’assistant vocal va toujours citer sa source en début de réponse soit « Selon le site karinemiron.com, la définition de …» ce qui réduit également la fenêtre disponible pour fournir une réponse. Voici un exemple de requête dans l’étude:

2. Les articles longs sont les mieux référencés en recherche vocale

En moyenne, les articles donnés en réponse aux requêtes vocales ont 2 312 mots. C’est simple, plus vous avez du contenu de bonne qualité, plus vous avez de chance d’être le résultat choisi par l’assistant vocal sur une requête donnée. Toutefois, vos phrases doivent rester concise et simple le plus possible afin de répondre au critère 1.

L’étude a d’ailleurs remarqué que les contenus sous format de questions-réponses (FAQ) avaient plus de chance de ressortir dans les réponses vocales que le contenu non-FAQ (2,68% versus 1,54% sur desktop).

Bref, on voit dans ce critère un vrai parallèle avec notre SEO plus « traditionnel » qui favorise les contenus plus long au détriment des courts textes.

3. Les « featured snippets » à l’honneur

Si vous avez la chance d’apparaître dans les « featured snippets » de Google, vous aurez plus de chance de sortir dans les résultats vocaux.

Par exemple, j’ai testé en demandant à mon Google Home « Hey Google, quelles sont les meilleures activités à faire à Montréal? » et sa réponse était: « Mont-Royal, Basilique Notre-Dame et Biodôme, entre autre. ». Dans ce cas-ci, elle s’est arrêtée aux top 3 résultats dans le featured snippet qu’on peut voir ici en bas dans la capture d’écran.

En Effet, 40,7% Des Résultats De Recherche Vocaux Apparaissaient Dans Les Featured Snippet De Google, Toujours Selon La Même Étude.

En conclusion, vous comprenez maintenant un peu mieux 3 critères du référencement vocal et comment voir à optimiser peu à peu vos présences Web. Il y a, bien sûr, plusieurs autres critères à considérer qui feront l’objet d’un autre article. À suivre!