Commandement N°3 : L’art du pitch, vous maîtriserez…

“Pitch moi ton projet !”

Voici un mot barbare dont l’on vous rabat les oreilles dès les premiers pas de votre création d’entreprise : “ pitch moi ton projet ! ”, “ fais-moi suivre ton pitch ! ”… Non, il ne s’agit pas du quatre heures de votre enfance fourré au chocolat. Il faut remercier les anglo-saxons pour pondre des concepts marketing au mètre et réinventer l’art de vendre du rêve…Car oui, le pitch est avant tout et surtout, l’art présenter votre concept sous son meilleur angle, le tout en moins d’1 minute 30 (le fameux et fumeux “pitch elevator” où vous présentez votre concept le temps d’une descente ascenceur)…

Time to pitch baby !

Percutant et ultra-bref : le pitch ne laisse pas place à l’improvisation !

Dans le cadre de votre création d’entreprise, votre pitch se doit d’être court et percutant. Il interpelle votre audience et lui donne envie d’en savoir plus… C’est une forme de mise en bouche 2.0, qui donne à voir sans trop montrer afin d’attiser au maximum la curiosité !

S’il a l’apparence de la simplicité, le pitch s’avère être un périlleux exercice. Non préparé, il peut mener à une présentation tiède et molle de votre projet, et détourner en quelques secondes l’attention de votre auditoire (dommage, vous aviez peut-être en face de vous un investisseur ou un journaliste !). A l’inverse, lorsque votre pitch est bien ficelé, c’est la porte ouverte aux opportunités !

Swag baby !

De votre grand-mère en passant par votre collègue…

· Commencez par vous exercer sur une feuille blanche, stylo au vent… Le pitch se structure de la façon suivante : Identification (“Bonjour, je m’appelle X et j’ai fondé Y”) — Problème (« Vous n’avez jamais remarqué que …) — Cible (“Y s’adresse à tous ceux qui…”) — Proposition de valeur ( “…Et permet de révolutionner …”).

· Apprenez par coeur et répétez : Exercez-vous devant votre salle de bain puis au quotidien ! Toutes les situations de la vie réelle sont des prétextes à vous entrainer devant des auditoires divers et variés. Chaque public vous fera un feedback différent en fonction de son âge, son bagage culturel et sa propre expérience… Sortez donc interroger votre grand-mère, votre cousin ou votre collègue.

· Récoltez un maximum de retours : les commentaires que vous recolterez seront précieux. Assimilez-les, puis tel Michel Ange qui peaufine son chef d’oeuvre, affûtez votre texte… jusqu’à devenir le Steve Jobs de la présentation ! Plus vous serez à l’aise, plus vous aurez d’aisance, de panâche et de force de conviction…

· Adaptez votre approche : Votre objectif demeure : marquer les esprits au fer rouge…mais vous ne voulez pas seulement faire en sorte que votre auditoire se souvienne de vous en quittant la salle… n’oubliez pas de personnalisez votre dernière phrase : quels sont vos besoins ! Développer un partenariat ? Obtenir un article ? Boucler une levée de fonds… Soignez votre conclusion !

Soignez votre sortie…

Evitez les pièges !

Continuez de constamment mettre à jour votre pitch au gré des échanges et évitez les deux derniers pièges les plus redoutables :

· Cachez votre idée en pensant que l’on va vous la voler… vous vous privez de précieux feedback. Alors, oubliez la paranoïa !

· Récitez sans émotion : faites vivre votre pitch, on doit vous sentir vibrer, croire en votre projet : donc exprimez-vous d’une voix posée et confiante.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Kokoroe’s story.