This is Us

2016 est une année particulière. Rarement dans ma petite existence, je ne me suis posé la question suivante: Dans quel monde je vis ? Et surtout, dans quel monde j’ai envie de vivre ?

2016 est une année qui fera date dans l’histoire de la télévision.

Non pas pour une série ou émission particulière, mais pour la quantité astronomique de contenu à notre disposition. D’autant plus que cette quantité rime avec qualité. Jamais auparavant, on se serait dit qu’on n’avait plus le temps de regarder telle ou telle série. Cependant, je constate régulièrement que ce qui est plébiscité, ce sont des anti-héros, du cynisme, du corrompu, de la destruction, de la noirceur ou encore du nihilisme. Peut-être que ce sont des thèmes qui me parlent, où que j’apprécie particulièrement, car ce sont surtout des séries qui analysent en profondeur la nature humaine. Mais je dois avouer qu’il y a un trop plein de série actuellement en ce qui concerne le négatif de l’être humain.

Alors quand une série comme “This Is Us“ est arrivé sur mon radar, ma première réaction ressemblerais à s’y méprendre à du mépris. Malgré tout, le cast de cette série m’avait donné espoir: Milo Ventimiglia (“Heroes”), Mandy Moore (“A Walk to Rember”), Sterling K. Brown (l’excellent “American Crime Story”). Du solide. Et je dois avouer que This Is Us m’a fait l’effet d’une petite claque émotionnel. Petit à petit, les histoires se déroulent, et on est petit à petit happé par l’ambiance, navigant entre comédie, drame et bons sentiments. Et c’est fascinant. Et ça fait du bien.

Donc on suit ces histoires, un couple qui attende des triplés, une femme obèse qui se bat contre sa situation, un financier, et un acteur coincé dans sa sitcom certes populaire. Leurs points communs ? Ils partagent tous le même anniversaire. Et ils se trouvent tous confrontés à un moment charnière de leurs vies. Malgré la difficulté des différents sujets racontés, qui auraient pu être misérabilistes, l’humanité de chaque personnage m’a tout simplement conquis.

Je ne vais pas révéler la teneur de chaque histoire, ce sont des sujets lourds, ni ne révéler l’élément qui va faire avancer la série, mais vraiment, c’est traité avec amour. Sans cet élément, l’épisode aurait été complètement raté. En écrivant ces lignes, bien entendu que je me rends compte que c’est très subjectif. Que c’est peut-être trop sentimentale et que ça ne plaira pas à tout le monde. Mais au milieu d’un cynisme total actuel, un peu de baume au cœur ne fait pas de mal.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.