Image for post
Image for post

Reprise de l’aventure… Démarrage des travaux.

Étape 4 : « Je vais tout casser ici …. Il va rester un tas de cailloux comme ça »

Ah le printemps, les oiseaux chantent, les cloisons tombent, la démolition a commencé dans les nouveaux bureaux. Le faux gazon qui ornait les murs fait ses valises, le plafond aussi — c’était pas vraiment dans les plans… rangeons cela dans le conteneur « aléas du métier », prévu spécialement à cet effet, et qui ne va pas dé-remplir pendant les trois mois que vont durer le chantier. Les collègues prennent leur mal en patience en profitant des terrasses du 18e.


Image for post
Image for post

Mardi 10 mars 2020, nous organisions un événement dédié au sujet des Smart Cities à l’Atelier LOUIS ZERO. Deux spécialistes ont échangé avec nous pendant près de deux heures sur cette question afin d’en faire ressortir les aspects technologiques, mais aussi les enjeux économiques et sociétaux. Voici un résumé de l’intervention de Gilles BETIS et Pierre BORDEAUX.

Quel est l’état du monde urbain aujourd’hui ? Quel sera celui de demain ?

GILLES : Premièrement, je vais enfoncer une porte ouverte : la population augmente fortement et la majorité de cette population se déplace vers les centres urbains. Mais il y a des inégalités à l’échelle planétaire : en Asie, cette croissance urbaine se stabilise…


Image for post
Image for post
Nos locaux — AVANT.

Investir l’espace, bien accompagné

Nous voilà désormais devant une page blanche. Comment créer un espace de vie qui nous ressemble et qui favorise le travail ?
Je crois qu’il s’agit d’une petite déformation professionnelle, mais lorsque je suis face à un défi inhabituel, j’ai tendance à l’aborder avec mes outils de designer et à me demander : à quel problème ai-je à faire ? Quelles solutions puis-je trouver ou inventer ? Comment faire pour les mettre en place ?

Alors allons-y pour le déroulement de la méthode !

Etape 1 : Phase d’immersion et d’inspiration

Recherche utilisateurs : Ce coup-ci c’était facile ! J’avais mes utilisateurs à portée de main et…


Image for post
Image for post
La Factory d’Andy Warhol

Septembre 2018, première réunion d’équipe : « Cette année on change de bureaux et c’est toi Etienne qui en sera l’architecte — Vous voulez dire que c’est moi qui vais architecturer tout le….? » — Hochement de tête approbateur. J’en étais sûr, (la galère) le chantier commence ; et j’ai signé pour ça ! En même temps cette première semaine ne laisse pas place au doute, puisque Julien, cofondateur de LOUIS ZERO m’a déjà programmé 2 visites de lieux, pour me forger l’oeil.

À ce stade du récit, quiconque a déjà réalisé des travaux, ou lu l’excellent Vous plaisantez Monsieur…


Quand les fondateurs de LOUIS ZERO racontent le pourquoi du comment du 1er séminaire de l’équipe, qui s’est tenu fin septembre en Espagne.

Septembre 2015 : création de LOUIS ZERO, à 3, dans un café de la rue de Clignancourt.

Septembre 2019 : 4 jours en Espagne à 15, après s’être installé dans notre nouvel atelier de plus de 200 m2 au cœur de Paris.

4 ans séparent ces 2 dates. 4 ans denses et intenses, rythmés par des phases de croissance lentes et très rapides. En 2018, tout change et s’accélère : LOUIS ZERO voit son nombre de salariés quadrupler et son nombre de freelances doubler. Les projets, de plus en plus gros, s’enchaînent…

Mais cette arrivée soudaine de nouvelles personnes entraîne…


Par leur souplesse, leurs capacités de réaction et d’innovation, les fablabs supplantent les entreprises traditionnelles. Ces dernières sont-elles pour autant vouées à disparaître ? Ne faudrait-il pas plutôt voir dans cette tendance de nouveaux challenges, de nouveaux défis à relever et l’occasion de se saisir d’opportunités ? Pour conclure notre série consacrée à l’esprit maker et aux fablabs, examinons les différentes attitudes que peuvent adopter les firmes face à cette déferlante de créativité.

Un makerspace à soi

L’option vers laquelle se sont tournée la majorité des grandes entreprises est de créer leurs propres makerspaces. Bouygues, Orange, Airbus, SNCF, Sony ou encore Ikea, presque toutes…


Depuis près de quinze ans, Sarah Goldberg secoue le monde de la création. Elle est à l’origine de multiples événements qui sont autant d’occasions d’échanges et de transversalité entre artistes et créateurs. En 2013, elle s’est tout naturellement tournée vers l’univers des Fablabs et des makers et, depuis, elle participe à des projets de grande ampleur autour de la fabrication numérique.

Dans le cadre de notre série consacrée aux fablabs comme catalyseurs de créativité, Sarah nous raconte son parcours et replace l’humain au cœur de l’innovation.

Louis Zero : Bonjour Sarah. …


À travers le monde, le succès des Fablabs ne cesse de faire des émules. Ces ateliers du futur dont nous évoquions la genèse dans le premier article consacré à ce sujet « Makerspaces, Fablabs : la révolution s’invente in vitro », incarneraient-ils à eux-mêmes la recette de l’innovation ? Quels sont les éléments clés de ces catalyseurs de créativité ?

L’esprit makers : une alchimie gagnante

Ni technophobe ni naïvement technophile, l’esprit makers n’est pas un simple retour à l’artisanat. S’ils vont à rebours de la dématérialisation, les makers utilisent la puissance informatique pour créer de la matière. Ce mouvement contribue alors à redonner du sens…


Dans tous les domaines, les makerspaces qui éclosent aux quatre coins du monde sont vecteurs de créativité et d’innovation. En instaurant de nouveaux modes de collaborations et de productions, ces ateliers d’un nouveau genre révolutionnent en catimini la société de consommation et l’organisation du travail. Comment expliquer une telle force de frappe ? Cet article est le premier d’une série consacrée à ce sujet.

Image for post
Image for post
© Ophelia Noor

Pas de makers sans makerspaces

Ils y fabriquent des prothèses médicales, des objets du quotidien, du mobilier urbain, la voiture de demain… et à peu près tout ce qui leur passe par la tête. Dans la lignée des hackerspaces qui fédèrent…


Léonard Matton est comédien et metteur en scène. Il baigne depuis son enfance dans la création grâce à ses parents artistes. En 2017, Léonard se fait remarquer avec l’adaptation immersive de la pièce “Helsingor-château” d’Hamlet par Shakespeare. Lors des quelques représentations jouées à guichet fermé, il invite une poignée de spectateurs dans un lieu tenu secret à Paris. Léonard a pris un parti fort, celui d’incarner un lieu secret et à la fois, un espace de vie.

Louis Zero : Qui êtes-vous, Léonard ?

J’ai débuté ma carrière en tant que comédien, et petit à petit, j’ai commencé à mettre…

LOUIS ZERO

Ici c'est un atelier de design stratégique où l'on conçoit des produits, services et modèles d'affaires percutants. http://www.louiszero.com/

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store