Valls tourné en ridicule : le symbole du vieux système politique qui s’effondre

Plus que jamais cette année, les élections législatives sont un enjeu majeur. C’est la singularité de cette élection présidentielle, qui se déroule en vérité en 4 tours. La présidentielle a reconfiguré le paysage politique, marginalisant les deux grands partis, et les législatives constituent le second acte de cette recomposition.

Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron, la discussion sur les réseaux sociaux s’est très vite orientée vers les législatives.

Un candidat aux législatives a concentré toutes les attentions : Manuel Valls. Non pas qu’il y ait un quelconque enjeu dans la 1re circonscription de l’Essonne. C’est uniquement la personne de l’ex-premier ministre qui en fait un sujet de discussion majeur, comme un symbole du vieux système politique français qui s’effondre.

Depuis plusieurs semaines, Manuel Valls fait des appels du pied à Emmanuel Macron pour rejoindre sa majorité présidentielle. Mais c’est au lendemain de l’élection que le sujet a vraiment pris de l’importance sur les réseaux.

Le sujet a connu son apogée au matin du 9 mai suite à la succession rapide de deux informations qui sont tombés sur Twitter. Invité de la matinale de RTL, Manuel Valls annonçait qu’il briguait l’investiture du mouvement “La République en marche”. Dans la foulée, le président de la commission nationale d’investiture d’En Marche, Jean-Paul Delevoye, répliquait sur BFM TV qu’une candidate avait déjà été investie dans sa circonscription.

Ce psychodrame en direct a beaucoup amusé les internautes. Les blagues étaient déjà prêtes, le mème de Valls quémandant une place chez Macron déjà lancé depuis plusieurs jours sur Internet.

Nos données montrent la prépondérance de l’humour dans la discussion autour de Manuel Valls. Ainsi dans les articles les plus partagés dans notre échantillon de comptes politiques sur la thématique Valls, on retrouve 2 articles du Gorafi. “Manuel Valls se fait passer pour un chauffeur Uber et tente de kidnapper Emmanuel Macron” arrive même en tête du classement avec plus de 3.000 partages.

Au classement des tweets les plus partagés sur Valls, on retrouve aussi cette insistance sur l’humour et le lol.

En assassinant par l’humour Valls, c’est au vieux système politique que les internautes s’attaquent. Il est très intéressant de voir que ces moqueries (pour ne pas dire cette haine) contre l’ancien premier ministre s’expriment dans toutes les bulles de filtre que nous avons étudiées : les partisans des 5 grands candidats à la présidentielle ont tous une raison de lui en vouloir. Mais pour des raisons différentes.

Chez Mélenchon : du lol à la dénonciation des “méthodes hypocrites”
986 tweets (du 8/05 15h au 12/05 15h)

Le sujet Valls a évolué en deux temps chez les Insoumis. Dans un premier temps, comme tout le monde, les partisans de Mélenchon ont raillé la porte close qu’a trouvée Valls chez Macron. L’article le plus partagé au cours de la semaine post-second tour a ainsi été ce papier du Lab Europe 1, dont le titre sonne comme un article du Gorafi : «Manuel Valls tentant de valider sa candidature En Marche ! : “Je clique, je clique, mais ça ne marche pas”».

Mais à la surprise générale, En Marche ! a décidé jeudi 11 mai de ne pas opposer de candidat à Valls dans sa circonscription de l’Essonne. Le ton des tweets des mélenchonistes a alors changé : l’ironie s’est subsumée en colère. C’est ce tweet énervé de Raquel Garrido qui a alors été repris sur les timelines, avec 26 retweets dans notre échantillon.

Autre tweet qui a beaucoup circulé, celui d’Antoine Léaument, dénonçant les “méthodes hypocrites” d’En Marche!

Chez Macron : “beaucoup de respect pour Valls mais…”
503 tweets

Les partisans de Macron ont tweeté légitimiste sur l’épineux sujet Valls, relayant avant tout les propos des divers porte-parole de Macron. Le mème Valls circule mais avec beaucoup moins d’intensité que dans les autres bulles, comme si la blague Valls avait de quoi mal tourner et finir par déstabiliser le nouveau pouvoir.

Le tweet le plus partagé dans la bulle macroniste est un message clair et net du porte-parole d’En Marche!, Christophe Castaner. Tout est dans le “mais”.

Il est intéressant de noter que c’est la bulle qui a le moins partagé de messages sur Manuel Valls, avec seulement 503 tweets, signe que le sujet est très dérangeant.

Chez Le Pen : “Valls s’est remis en marche”
618 tweets

La sphère frontiste est la bulle qui a le moins rigolé autour de Valls. Les 3 tweets les plus repris sont des messages postés par Florian Philippot, à savoir des vrais messages politiques. On ne rigole pas avec un tel représentant de la vieille caste politique au Front National. Avant même que Valls ne soit officieusement investi par En Marche !, Philippot le laissait déjà entendre. Comme dans ce tweet du 9 mai.

Chez Fillon: “une recyclerie pour les socialistes”
1016 tweets

Ce sont les partisans de Fillon qui ont le plus tweeté sur Manuel Valls, avec 1016 tweets (soit deux fois plus que les macronistes). Des messages au ton avant tout ironique mais aussi empreint d’une grande sévérité. L’article le plus partagé est ce papier du Gorafi : “Manuel Valls aperçu en train d’escalader la façade de l’immeuble du siège d’En Marche !”. Mais le sujet Valls est aussi un moyen de critiquer Macron et sa “recyclerie pour les socialistes”.

Chez Hamon: “indigne”
603 tweets

Chez les partisans socialistes, le sujet Valls ne fait pas beaucoup rire. Les militants comprennent bien que les envies d’ailleurs de l’ancien premier ministre sont en train de tuer le PS. L’article le plus partagé dans cette bulle est ainsi un article de BFM TV titré “Valls visé par une procédure d’exclusion du PS”.

La tonalité des messages des hamonistes est résumé dans ce tweet de Benjamin Lucas.

Pour aller explorer les données, rendez-vous #DansLeurBulle

– Martin BIÉRI, Cécile TRION, Héloïse TROUSSET, Thomas MARTINEZ


@LaNetscouade

Merci d’avoir lu le journal de La Netscouade. Pour plus de contenus, rendez-vous sur notre site.

Rejoignez-nous sur Twitter | Facebook | Instagram