Photos - Les Troin - Famille de ma mère

Louis regardant Netto, baignant ma soeur ainée dans un peiro.

Louis Arbaud était mon arrière grand-père, garde champêtre à Cotignac. Il vécut les dernières années de sa vie aux faïsses à Draguignan. C’était le père de Margarido et sa femme Théophile Boeuf vivait avec tante Leydet en ville.

___________________________________________________________________

Ma première communion.

De droite à gauche, Margarido ma grand-mère, moi, ma soeur ainée et maman.

___________________________________________________________________

Portait de Jousé.

Jousé (Joseph) était donc mon grand-père et le mari de Margarido. Il travaillait en tant que peintre à la compagnie de chemin de fer du sud qui exploitait le fameux “Train des Pignes” allant de Nice à Meyrargues.

Jousé avec ses camarades de travail de la gare.

Margarido et Jousé, eurent beaucoup d’enfants. Au final il leur resta deux garçons, Louis et Maurice et trois filles, Armandine, Pauline et Netto, ma mère.

Les deux garçons devinrent peintres. Quant à elles, deux des filles travaillèrent dans la couture pour homme, et maman était couturière.

___________________________________________________________________

Louis et sa femme.

Louis mon oncle, et sa femme. Il était peintre, et fut prisonnier de guerre, affecté comme pêcheur dans la mer du nord. A son retour, Marie-Louise et sa petite fille Ginette étaient mortes, il ne s’en est jamais remis.

Louis revenant de la pêche en mer du Nord.

___________________________________________________________________

Maurice, dans son uniforme de chasseur Alpin.

Maurice, mon autre oncle, a fait son service dans les chasseurs alpins. Prisonnier de guerre en Allemagne, il eut une captivité agréable étant peintre chez des particulières qui eurent certaines quelques bontés pour lui…

Caricature qui le définit fort bien car il était un galéjeur. Grand joueur de boules et pêcheur de ligne.

___________________________________________________________________

Emilie tenant ma fille Laure dans les bras.

Maurice a épousé sur le tard Emilie Michel, paysanne de la Motte que l’on voit ici avec Laure, ma fille, âgée de 19 jours.

___________________________________________________________________

Photo de mariage de Netto et Charles, mes parents.

En ce qui concerne les filles, il y avait Pauline ici à droite de la mariée. Elle s’est mariée avec Hyppolite Mayau, maitre tailleur presque deux fois plus agé qu’elle. Elle mourut très jeune à 36 ans.

___________________________________________________________________

Je n’ai pas de photo d’Armandine sous la main… Elle était ma tante préférée car, comme mon oncle Paul Testor, elle était très généreuse. C’était la rigolote aimant faire la fête. Cependant, pendant la guerre, elle passait des messages dans le landau de son fils aux maquisards. Son mari était le débonnaire Gaston dit Tounet. Il était soudeur à la gare PLM, la seconde gare de Draguignan.

___________________________________________________________________

Les voici sans doute lors d’une fête foraine, lorsqu’ils se fréquentaient.

Pour finir, la troisième des filles était ma mère, Marie-Antoinette, ou Netto. Elle a connu Charles Testor, mon père suite à de nombreux passages des enfants Troin devant la campagne des Testor. Charles et Paul étaient souvent punis par leur père qui les attachait à deux oliviers, ce qui leur laisser tout loisir de voir ceux qui passaient sur la route.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.