Plus que 2 jours pour les Français d’Allemagne qui veulent participer à la primaire de la droite et du centre

La participation à la primaire de la droite et du centre est un enjeu majeur. En raison de la force de l’extrème droite et de la faiblesse des gouvernants sortants, les votants à la primaire vont désigner très probablement le candidat qui fera face au Front National au deuxième tour de la présidentielle et donc le futur Président. Jusque récemment et selon les sondages, la primaire ne mobilise pas beaucoup les femmes et les non-retraités en métropole. Malgré l’influence énorme du bulletin de vote de la primaire, et malgré les enjeux pour le pays. Nous, Français d’Allemagne pétris d’Europe quotidiennement et témoins de l’effet de réformes dont notre pays a besoin, n’avons nous pas le devoir de monter au créneau et désigner avec nos compatriotes le très probable futur Président ?

Les Français de l’Etranger pourront voter électroniquement le 20 et 27 novembre à condition de se préinscrire. Il y a une date butoir jusqu’au 16 octobre. Le lien pour se pré-inscrire est le suivant.

Pour ma part, je m’intéresse beaucoup à l’analyse de données. Je suis un fan de Nate Silver et fivethirtyeight. Ainsi je me pose la question, y a -t-il en l’absence de sondages, moyen de prédire la popularité des candidats chez les Français d’Allemagne ? Les nerds de fivethirtyeight s’intéressent beaucoup aux données Google. Elles permettent de prédire des décisions compliquées à modéliser comme les oscars. De plus, Google semblent avoir mieux prédit la vague bleue de Donald Trump dans les primaires que les propres modèles compliqués de fivethirtyeight.

Ainsi pour le plaisir, j’ai défini un modèle dont je publierai les résultats de façon hebdomadaire. Il s’intéresse aux recherches Google en Allemagne sur les candidats aux primaires. J’utilise un modèle “cusum” utilisé dans le milieu de la qualité dans l’industrie et qui a le mérite de déceler des changements de tendances avec très peu de données. Mon but est de déceler la résonance des actions ou des évenements autour de la primaire sur la population internaute en Allemagne. J’ai défini comme benchmark des google trends sur les candidats la fenêtre entre le 14 octobre 7 heures et 22 heures. Ceci pour éliminer les recherches nocturnes qui me semblent être des artefactes. J’ai aussi consciemment choisi un moment après mais proche du premier débat qui est l’évènement probablement le plus fort de cette campagne à ce jour et donc censé créer une vague de mobilisation des électeurs. Pourquoi après et pas pendant ? : les recherches pendant le débat peuvent à mon sens à la fois être attribuées à de la curiosité autant qu’à un intérêt authentique. J’utilise ce benchmark comme valeurs de contrôle pour la performance des différents candidats sur les prochaines 5 semaines, i.e. jusqu’au premier tour des primaires. Ensuite chaque samedi à partir de la semaine prochaine, je calculerai la popularité des recherches sur les différents candidats sur les 7 derniers jours.

Un Cusum qui augmentera pour un candidat montrera qu’il améliore sa résonance relative sur la population internaute d’Allemagne par rapport au débat et vice-versa.

Et voici les résultats de cette semaine (41) — avec juste le benchmark post débat.

Si l’on en croit les données Google Trends, Nicolas Sarkozy dispose d’un fief frontalier extrèmement fort en Sarre. Alain Juppé fait des performances moyennes hautes partout avec un fief plus prononcé à Berlin. Quant à Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), elle talonne Nicolas Sarkozy dans le Land de Hesse qui est en passe de devenir son fief. Au total le benchmark post débat donne les popularités suivantes chez les internautes d’Allemagne : Alain Juppé 30%, Nicolas Sarkozy 23%, NKM 16%, Jean-Frédéric Poisson 10%, Bruno Le Maire 9%, François Fillon 7%, Jean-François Copé 5%.

N’oubliez pas, pré-inscrivez vous ! → lien