Fusionner legaltech et fintech pour franchir le dernier kilomètre de la bancarisation en Afrique

Legal Doctrine
Jun 28 · 5 min read
Image for post
Image for post

La digitalisation accélère la rencontre des disciplines car elle implique un langage informatique et des standards communs. Dans le cas du droit et de la finance, ce rapprochement est renforcé par le fait que les domaines couverts par ces deux disciplines ont tendance à se rapprocher, en témoigne l’essor de la compliance.

Dans le même temps, la saturation de l’offre en solutions digitales en occident pousse les entreprises à trouver toujours plus de solutions innovantes et efficientes pour pénétrer des marchés jusqu’à présent inatteignables faute de solutions appropriées aux contextes locaux. Le marché des services bancaires en Afrique, particulièrement marqué par l’informel, en est un exemple typique et c’est ce cas que nous allons explorer.

La fintech (contraction de finance et technologie) fait référence aux innovations dans le secteur des services financiers (crowdfunding, néo banques, moyens de paiement, etc.).

La legaltech quant à elle est un concept utilisé pour évoquer la transformation numérique du monde du droit. La legaltech comprend toute organisation qui recourt à la technologie pour développer, proposer, fournir ou faciliter l’accès au droit et à la justice (génération automatisée de documents, résolution de litiges en ligne, mise en relation client-avocat, etc.).

La technologie comme moyen de construire des outils liant finance et droit, des domaines souvent complémentaires

En Afrique, ces outils innovants sont particulièrement utiles

Les défis communs relevés par la fintech et la legaltech en Afrique ne manquent pas : lutte contre l’informel (selon l’OIT en 2018, 76 % des emplois sur le continent ne se soumettent à aucune législation nationale, ne font l’objet d’aucune imposition sur le revenu et ne font l’objet d’aucune protection sociale), développement de la bancarisation (selon l’AFD en 2018, le taux de bancarisation en Afrique est de 20%), identification et promotion des cadres juridiques et financiers propices aux investissements.

La fusion de la legaltech et de la fintech permettra de franchir le « dernier kilomètre » de la bancarisation en Afrique

Inclusion financière et formalisation du statut de l’entrepreneur sont étroitement liées

Néanmoins, comme le soulèvent de nombreux experts, la situation informelle dans laquelle se trouve un grand nombre d’entreprises et de particuliers en Afrique limite sérieusement l’intérêt à adopter des moyens de paiement numérique car le cash est la monnaie de l’informel (moins de traçabilité, pas de comptes officiels, taxes, etc.).

La legaltech, de par la facilitation de la compréhension et la simplification des processus de création et de gestion des entreprises (documents interactifs, automatisation, tableaux de bord de gestion, legal design, etc.) présente des perspectives plus qu’intéressantes pour le franchissement du « dernier kilomètre » de la bancarisation et la formalisation du statut des entrepreneurs.

Des processus internes optimisés au service d’une acquisition simplifiée

L’optimisation des processus internes au sein des différents organismes financiers est indispensable pour que la machine soit « bien huilée » et que la promesse de célérité et d’accessibilité de la fintech soit remplie.

A ce titre, la legaltech permet aux différents acteurs de la finance de digitaliser l’ensemble des fonctions nécessaires à l’enregistrement des demandes et à la délivrance des services ; à commencer par les organes de décisions en interne. Il est pertinent de relever qu’un certain nombre de banques africaines se proposent nativement des offres “digitales” et entreprennent notamment la digitalisation de la gestion de leurs conseils d’administration.

De la même façon, de nombreuses solutions numériques promettent d’accélérer les processus réglementaires de KYC (Know Your Customer) à travers la reconnaissance faciale et d’autres technologies. L’émergence de la regtech (technologies destinées à faciliter la gestion des risques réglementaires), véritable matérialisation de la fusion entre droit et fintech, démontre également l’intérêt de la fusion entre ces deux matières (comme le démontre le portfolio de l’accélérateur londonien Barclays).

Plus de données pertinentes pour une meilleure prise de décision

L’agrégation de données pertinentes pour faciliter la prise de décision fait partie des objectifs de la fintech. En effet qu’il s’agisse de savoir où et quand investir ou bien à qui et à quel taux prêter (scoring), la donnée est au centre du processus.

Il se trouve que la donnée juridique est particulièrement riche pour ce type de décisions. Prenons l’exemple du scoring pour rester dans la thématique du « dernier kilomètre de la bancarisation » : connaître, même avec imprécision, l’historique contractuel d’une personne ou d’une entreprise qui évolue dans l’informel permet de prendre la décision de prêt ou de financement avec beaucoup plus de pertinence.

En effet l’informel n’exclut pas forcément l’absence de contrat ou document faisant état de transactions. La diffusion de documents standardisés et automatisés évoquée plus haut renforce l’acquisition de données qualifiées.

Dans le même temps, l’accès aux données légales liées par exemple au paiement des impôts peut permettre aux organismes bancaires de disposer d’un scoring plus fin et pertinent.

Enfin, l’accès à des bases de données juridiques à jour et dotées de moteurs de recherche puissants et pertinents permet à tous les acteurs du monde de la finance de savoir comment naviguer les océans réglementaires, de plus en plus vastes et périlleux en Afrique.

Article co-écrit par Walid Ghanemi, CEO de Legal Doctrine et Gibran Freitas, COO de Legal Doctrine

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch

Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore

Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store