Si tu nous lis, tu verras nos selfies

Omphalopsyque.

Retiens bien ce mot. La prochaine fois qu’on te dira “t’es pas le nombril du monde”, tu pourras le ressortir. Un Omphalopsyque fait partie d’une secte — les adorateurs du nombril — qui pensent qu’on peut entrer en communication avec Dieu en regardant fixement son nombril. Pour ces adeptes, c’est là, dans ce bouton au milieu du ventre, que seraient concentrées toutes les forces de l’âme. Rien que ça.

Alors, aux Journalopes, on a soulevé notre T-shirt et on a regardé attentivement notre ventre. Et on s’est dit qu’ils avaient bien raison, les Omphalopsyques. On ne sait pas si on a atteint le Nirvana, mais ça fait du bien, de temps en temps, de se regarder le nombril. Un peu de self-confidence qui pourrait servir à tout le monde. Non, pas celle qui te dit comment être un mâle ou une femme parfaite. Mais celle qui t’accepte tel que tu es.

Alors on a posé notre menton sur notre poitrine et on a regardé.

En se contemplant d’aussi près, on s’est rendu compte que ça faisait déjà six mois qu’on existait. Il y a six mois, on se retrouvait dans un bar de la Goutte d’Or et on trinquait pour célébrer notre lancement. Depuis, on est partis en Allemagne, en Turquie, en Ukraine et en Irak, on a visité la capitale en long en large et en travers, on a lancé des ateliers, signé une lettre ouverte, on a rebu des coups et on a accueilli deux nouvelles membres. On a même survécu à l’hiver parisien, et ça, c’est une sacrée performance…

Six mois qu’on existe et on a pas l’intention d’arrêter. Par exemple, on a écrit l’histoire mensuelle du Quatre Heures sur les Dégommeuses, un club de football lesbien de la capitale. Au-delà de leur histoire, elle nous ont surtout parlé de ce que voulait dire de s’aimer entre filles aujourd’hui, quatre ans après l’adoption de la loi sur le mariage pour tous et alors que la PMA est toujours réservée aux hétéros. Dans Causette ce mois-ci, tu pourras aussi retrouver de vrais militants sur Gynopedia, un site participatif, qui te donne des infos sur la contraception, l’IVG, le prix des tampons, de la pilule du lendemain, ou des avis sur les gynécologues pour ne plus être en galère à Santiago, Le Caire ou Pékin. Indispensable. Enfin, cours acheter Alternatives Economiques. On y apprend que depuis l’épisode de la taxe tampon, les serviettes hygiéniques sont encore des biens de luxe pour les femmes qui bouclent difficilement leurs fins de mois ou celles qui vivent à la rue.

Comme on est éclatées aux quatre coins du globe, on n’a pas réussi à te faire un joli selfie groupé. Dommage, car ça aurait pu atterrir au musée. Oui, on t’en parle dans Grazia. Une galerie a commencé à afficher des portraits au mur, qu’ils soient pris par Kim Kardashian ou par d’illustres inconnus. Alors n’aies plus honte : tu n’es rien de moins qu’un descendant de Rembrandt. Et ça, c’est quand même la classe.

On sent tout le poids de l’héritage de la peinture flamande dans ces clichés

Cette semaine, notre petit ventre, qui abrite décidément beaucoup d’émotions, s’est aussi retourné. Car on a beaucoup pleuré devant le documentaire de Marcel Mettelsiefen, “Syrie : retour à Alep”, grand prix au Figra (Festival International du Grand reportage d’Actualité). Trois ans après son reportage La vie obstinément, qui filmait le quotidien d’une famille d’Alep, il suit celle-ci dans sa fuite en Allemagne. Le père, qui avait passé sa vie à combattre le régime de Damas, a été enlevé par Daech. La mère et les quatre enfants vivent dans l’espoir, la peur, la rage et l’angoisse. Et comme on a un prisme Arte Reportages en ce moment, on a aussi visionné cette enquête sur le combat des Kurdes de la province de Şırnak, en Turquie. Notamment sur Eki, qui n’a même plus de toit pour vivre mais qui continue à dessiner.

Dimanche, il fera grand beau ; savoure ton café en terrasse, puis range tes lunettes de soleil et rejoins nous au goûter d’écoute d’Arte Radio — c’est du cinéma pour les oreilles. Tu pourras écouter notre nouveau documentaire sonore sur le formatage des voix à la télé. Et si tu n’étais pas encore au courant, Bob Dylan a sorti un nouvel album. Rien que pour ça, le printemps vaut la peine.

On t’embrasse sur le ventre. Ça chatouille, mais dis toi qu’on est au plus près de ton âme.

Les Journalopes

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Les Journalopes’s story.