La coupe de France de recrutement par Charlotte Garnier

Le recrutement est une matière souvent négligée dans les masters RH et par les professeurs qui considèrent qu’elle ne fait pas partie des matières nobles au même titre que la GPEC ou les relations sociales. Certains étudiants choisissent d’entamer une carrière RH en recrutement par défaut et non par conviction. Afin de valoriser les métiers du recrutement auprès des étudiants, Pierre Arnaud a décidé de créer la Coupe de France de Recrutement.

Dans la série de portrait dédiée aux membres de la ligue des recruteurs, nous avons décidé de mettre à l’honneur nos partenaires sans qui cette compétition n’aurait pas vu le jour. Aujourd’hui, en bon gentlemen que nous sommes, nous avons décidé de commencer avec Charlotte Garnier.

Bonjour Charlotte, pourrais-tu te présenter ?

RH à l’origine (formation et première expérience pro), je travaille pour RegionsJob depuis 5 ans et j’interviens notamment sur les relations presse, la communication, les partenariats.

Comment as-tu connu la coupe de France de recrutement ?

Ma veille sur l’univers du recrutement m’a permis de découvrir la CDFR en 2016.

J’ai tout de suite accroché avec le concept qui fait écho à la Battle Dev : concours de développement organisé par RegionsJob.

Qu’est-ce que tu as pensé de la première édition ?

En tant que partenaire de cette première édition, j’ai apprécié la qualité de l’organisation et l’originalité du concept.

Enfin j’ai été agréablement surprise par la participation massive des étudiants et par leur engagement.

« Liste des participants de l’édition 2016 »

Pour quelles raisons as-tu adhéré au projet ?

Cette « compétition » permet aux étudiants en RH d’appréhender la réalité de l’univers du recrutement — domaine assez peu abordé de manière pratique en formation.

Pourquoi renouveler ce partenariat cette année ?

Le groupe RegionsJob souhaite développer et accompagner des initiatives originales à destination des étudiants sur les fonctions RH pour les accompagner dans cette étape importante qu’est l’entrée sur le marché du travail. C’est aussi l’occasion pour nous d’aider à grandir un évènement dont la première édition s’est avérée très prometteuse.

Comment vois-tu évoluer l’événement ?

J’imagine le concept se renforcer pour couvrir l’ensemble des étapes de recrutement — du sourcing à l’entretien en passant par la pré-qualification téléphonique ou la prise de références. Et également un engagement croissant des entreprises dont le recrutement est le métier pour aller à la rencontre de leurs futurs talents.

Si demain, tu devais convaincre un(e) étudiant(e) de participer à la #CDFR, quelle serait tes arguments ?

C’est une occasion unique de découvrir le sourcing dans un format ludique et collaboratif, c’est également pour eux la possibilité de se faire remarquer par des employeurs pour trouver leur premier emploi.

Un dernier mot pour conclure l’interview ?

RegionsJob encourage tous les étudiants en RH à participer et à s’amuser !