La Coupe de France de Recrutement par Les Raymond d’Yvette

Nous terminons le portrait des finalistes avec les vainqueurs de notre première édition « Les Raymond d’Yvette », composé de Katia Bonfante et Loïc Lengrand.

Bonjour à vous deux, est-ce que vous pouvez vous présenter en quelques lignes ?

Katia : Katia, issue d’un Master RH obtenu à Mbway Lille, aujourd’hui chasseuse de têtes en IT sur Paris pour la cabinet Solantis. Grande cuisinière, végétarienne, sportive quand ma balance me fait la tête, voyageuse à mes heures perdues, je ne sais pas tenir en place. Ma spécialité ? Faire rentrer des journées de 40H en 24H.

Loïc : Loïc Lengrand 25 ans et je croque la vie à pleines dents (du moins j’essaye). Je viens d’un Cursus RH au sein du Groupe ESC Troyes et je travaille aujourd’hui chez Alten, dans le recrutement de Business Manager. Mon problème dans la vie ? J’ai beaucoup de mal à rester dans le premier degré en dehors du travail.

Comment avez-vous connu la Coupe de France de Recrutement ?

Katia : J’ai connu ce concours grâce à Laurent Brouat que je suivais sur Twitter mais aussi grâce au blog qu’il animait sur Link Humans.

Loïc : De souvenir c’était sur les réseaux, grâce à toute l’équipe Link Humans que je suivais activement.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer ?

Katia : J’ai tout de suite trouvé le concept super cool. Un concours qui me permettait de mettre en avant mes compétences, de remplir mon carnet d’adresses, et puis de valoriser mon métier de consultante qui est malheureusement trop souvent dénigré. C’était vraiment un super compromis. Je suis très compétitrice dans l’âme et ce concours je le faisais clairement pour gagner. Mettre en pratique mes connaissances. Et puis le chèque de 1000 euros, c’était un peu du bonus aussi !

Loïc : Je suis assez joueur. C’était un concours gratuit sur un sujet qui m’intéresse beaucoup, et que je découvrais à l’époque (le sourcing). Et pour l’anecdote, je n’avais pas de binôme avec qui faire équipe. Jacques Mouelle, avec qui j’ai eu la chance de travailler au SRD de Manpower à Lille en avait déjà une… Donc j’ai mis beaucoup de temps à m’inscrire à cause de ça. Mais grâce à lui, j’ai eu l’occasion de rencontrer Katia (quel entremetteur), que j’avais brièvement aperçue lors du Trulille 2016.

Comment avez-vous vécu cette « Compétition » ?

Katia : C’était vraiment une super expérience ! Avec Loïc on a été accompagné par Manpower comme des rois ! Ils étaient à fond derrière nous, sur Twitter nous avons passé une soirée de dingue. Je me souviens de cette soirée avec Loïc, coéquipier que je ne connaissais pas vraiment, et avec qui on a beaucoup ri. A base de bières échangées virtuellement, de pizzas froides, de recherches intensives, de personnes contactées qui n’avaient absolument rien à voir avec cette compétition, et j’en passe. Nous sommes restés éveillés jusqu’à 2H du matin à chercher LE CV pour finalement le trouver le lendemain à 8H du matin.

(L’abus d’alcool est dangereux pour la santé)

Loïc : C’était vraiment top ! J’ai découvert une super coéquipière et j’en retiens d’énormes souvenirs, que ce soit pour la soirée (pour ne pas dire la nuit) de sourcing. Une première épreuve passée sur Skype à rechercher un éleveur de Licornes.. ça n’arrive pas tous les jours. Et on a reçu un super soutiens de la part de Manpower, on ne s’attendait pas à un tel engouement. Et je dois avouer que j’ai était très impressionné le jour de la finale, d’être face à un jury de spécialistes et un candidat très bien interprété par Laurent Brouat a.k.a. Paul Maredsou. Bref, beaucoup d’émotion, de la rivalité et des rencontres inoubliables.

Et si c’était à refaire que changeriez-vous ?

Katia : Absolument rien, j’en ai encore des étoiles dans les yeux !

Loïc : Il faudrait vraiment que je me pose une soirée pour y réfléchir… ce n’est pas évident de répondre à cette question.

Vous avez assisté au #TruSourcing et reçu votre prix, racontez-nous comment s’est déroulée cette journée ?

Katia : Nous avons assistés à quelques conférences, puis en fin de matinée nous avons été appelés pour la fameuse remise de prix. J’étais toute tremblante, hyper stressée, et l’instant T est arrivé. C’était fou d’être plébiscités de cette façon, devant autant de personnes, et pas n’importe qui en plus !

Loïc : C’était comme une journée à Disney land ! Plus sérieusement, on nous a remis le prix et présentés à une salle pleine à craquer de spécialistes du recrutement. Et le fait d‘être félicité après par toutes ces personnes, c’était vraiment génial. J’avais l’impression d’avoir franchi un échelon et d’être accepté par mes pairs. Après, on a essayé de participer au plus d’ateliers possible (et parfois c’était dur de choisir) et on en a pris pleins les yeux et pleins les oreilles. C’était juste du bonheur !

https://twitter.com/LoicLengrand/status/775621564805111808

Aujourd’hui, vous avez rejoint le projet de Pierre Arnaud, qu’est-ce qui vous a donné envie d’intégrer la Ligue des Recruteurs et devenir à votre tour les organisateurs de la coupe ?

Katia : L’amour que j’ai pour ce métier. Je suis intiment convaincue que beaucoup partage ma vision mais que peu osent encore le crier haut et fort. Il s’est créé une véritable symbiose avec les autres personnes de l’équipe qui fait qu’aujourd’hui nous partageons ces mêmes valeurs et cette même envie de mettre en avant nos professions. Que ce soit pour sourcer, détecter les talents, accompagner les candidats ou encore analyser le fonctionnement d’une entreprise. Nous avons tous des points forts qui regroupés donnent une véritable plus-value à cette association. J’aime transmettre mon savoir, faire découvrir les facettes de mon métier, alors faire partie de cette ligue, ce n’est que du bonus.

Loïc : Je crois que j’ai toujours été investi dans des associations. Que ce soit, du Théâtre, du Basket ou même de la vie étudiante de mon école. J’ai vraiment apprécié participer à cette première édition de la Coupe de France de Recrutement, et lorsque Pierre-Arnaud Andrieu nous a contacté pour nous partager son envie de nous intégrer au projet, je pense que c’était une vraie opportunité pour partager à ma façon cette nouvelle passion qui est devenu mon métier.

Pouvez-vous nous expliquer quel est votre rôle ?

Katia : Je suis la « touche à tout » de cette équipe. Tantôt en lien avec les écoles, tantôt avec les élèves et d’autres fois avec les professionnels. Je mets en place, accompagne, et râle aussi lorsque je ne suis pas d’accord, on ne se refait pas ! Je suis en quelque sorte la « grande gueule ».

Loïc : Ce qui est bien avec le système qu’a voulu mettre en place Pierre-Arnaud, c’est que tout le monde peut toucher à tout et peu donner son avis sur n’importe quel sujet. Pour ma part, je m’occupe principalement avec Jacques de la communication externe. D’ailleurs, je vous mets au défis de reconnaître qui se cache derrière chaque Tweets ou post LinkedIn.

Si demain, tu devais convaincre un étudiant de participer à la #CDFR, quels seraient tes arguments ?

Katia : Foncez ! Faites le pour vous, pour vous prouvez ce dont vous êtes capables, démontrez au gens la difficulté de ce métier, et plus que tout, pour vous amuser !

Loïc : Dans le pire des cas, tu vas vivre une expérience dingue, que tu pourras mettre en avant en entretien. C’est une vraie valeur ajoutée qui peut d’ailleurs attirer l’œil de certains recruteurs. Et en plus, c’est drôle et y’a une jolie récompense en jeu ! (Et je ne parle pas que de l’argent).

Un dernier mot pour conclure l’interview ?

Katia : Rendez-vous pour une troisième édition encore plus dingue ?

Loïc : Les Raymond d’Yvette sont éternels !