Les tendances chaussures du printemps-été 2017

Après avoir affolé les podiums internationaux en septembre/octobre dernier et à l’approche des beaux jours, revue des tendances chaussures pour la saison à venir.

Dans l’ensemble, pas de surprise, les 70’s restent en pôle position avec leur lot de talons bloc, compensées et plateformes vertigineuses. Les 80’s reviennent sur le devant de la scène, bottines, slingbacks, kitten heel et bouts pointus à l’appui tandis que les 90’s, minimalisme et ugly shoes au menu, poursuivent leur come back sur les catwalks et dans la rue.

Talons bobine chez Loewe et Maison Margiela, talons blocs, plateformes inouïes chez Marc Jacobs et compensées vertigineuses chez Michael Kors Collection, mocassins à la Gucci, fleurs “Pradaesques” et arcs en ciel déferlent toujours aux pieds des mannequins pour mieux asseoir l’hégémonie 70’s. Alors merci pour le confort des talons larges mais le retour du talon haut en sonnera peut-être le glas d’ici une ou deux saisons (suspens).

Avec le long règne quasi sans partage du maître plat, le talon haut avait été étiqueté obsolète et vulgaire à côté de platform shoes 70's, talons bloc, plat et kitten heels, seuls autorisés à se pavaner et protégés de la sexualisation des années 90 et 2000.

Mais les voilà de retours, plus hauts et fiers que jamais. On notera l’avalanche d’escarpins et sandales “basiquissimes” qui accompagnent leur retour en grâce. Finie la débauche des années 2000 façon surenchère à outrance, on reste sobre pour plus d’élégance (et pour plus de ventes ?).

Ralph Lauren, Gucci. Photos : DR.

Il est curieux de voir autant de chaussures si « simples » (mais pas moins belles pour autant) sur les podiums. Les acheteurs deviendraient-ils de plus en plus frileux alors que les extravagants mocassins fourrés Gucci et les mules en fourrure brodées de perles plus-grosses-tu meurs Miu Miu se sont arrachés comme des petits pains en 2016? Est-ce là une prédiction d’une nouvelle crise ? D’un retour aux bases quand la génération italienne d’Alessandro Michele, Massimo Gorgietti et autres imagine une mode toujours plus excentrique, héritière de la singulière excentricité Prada? Ou faut-il y voir tout simplement l’esthétique dépouillée des 90's? Un retour à l’essence comme le préconisait Li Edelkoort en 2015?

Cette saison, le plat et tous les talons sont de sortie. Il y en a pour toutes : de la glamazone qui se rêve perchée sur les escarpins Saint Laurent, à l’excentrique aristo british sur plateformes Gucci en passant par la sportive sexy Versace .

Ugly Shoes

Maison Margiela, Versace, Ann Demeulemeester, Christopher Kane, Alexander Wang. Photos : DR.

Et il y en a même pour les fans de Crocs d’ailleurs. Oui, de CROCS, vous avez bien lu. La mal aimée des podiums et de la population mondiale a été portée aux nues par Christopher Kane. Erreur fatale ou coup de génie ? Je reste un peu perplexe devant ces Crocs customisés associés à des robes du soir. Pendant ce temps, Donatella Versace s’amuse à redesigner les sandales Teva; les claquettes 90’s et autres sandales délaissées il y a encore 5 ans, les sabots chez Margiela, Clarks chez Derek Lam et Minnetonka chez Wang nous rappellent que la mode est capable de tout remettre au goût du jour. Ou tout du moins de proposer. Vous avez dit oui aux UGG, ne faites pas cette tête devant les Crocs, peut-être que la saison prochaine vous adorerez, en aurez aux pieds et qu’il s’en vendra des milliers de paires à la seconde (Bon, ça ne passera pas par moi, je ne vous le cache pas)!

Platform shoes

Marco de Vincenzo/ Marc Jacobs/ Salvatore Ferragamo/ Gucci/ Fenty x Puma. Photos : DR

S’il y a une tendance incontournable cette saison, c’est bien la plateforme. D’une sandale sport à petite plateforme de quelques centimètres chez Margiela aux bottes juchées sur double décimètre Marc Jacobs, les platform shoes remportent la palme de la hot trend. Confort, exubérance, référence 70’s, sport 90's, de la mule à la botte en passant par la claquette et les sandales, tout y passe!

Glam’Rock

Le Silla, Gucci, Vivienne Westwood, Dsquared2, Marc Jacobs. Photos : DR.

La faute aux géniales sandales à plateformes Saint Laurent par Hedi Slimani du printemps-été 2015? L’influence de David Bowie et du glam’rock ces deux dernières années? Si l’on regarde entre les lignes, quelques arcs-en-ciel, étoiles, strass et autres éclairs métallisés se sont glissés parmi les collections, comme un écho et un dernier hommage au génie Bowie.

Blanc immaculé

MSGM, Dior, Hermès, Chanel, Simone Rocha. Photos : DR.

Sans grande surprise, le blanc a submergé les podiums. Normal, on ne va pas vous vendre ça l’hiver, se serait du suicide commercial. D’un blanc immaculé, on a vu défiler des mules, bottes, sandales, claquettes, escarpins…Tout de blanc! Que ce soit sur des formes classiques, minimalistes voire avant-gardistes, le blanc se conjugue à toutes les sauces. C’est joli mais ô combien salissant, surtout lorsque l’on habite à Paris et que nos déplacements Uber se comptent sur les doigts d’une main. Et si on demandait “Pour une paire de chaussures blanches achetées, 1 an de Uber offert”? Militons pour la protection des chaussures blanches brimées par les gens et le pavé parisien!

Black on the block

Valentino Garavani, Maison Margiela, Boss, Loewe, Preen by Thornton Bregazzi. Photos : DR.

Là où l’on est un peu plus surpris, c’est par la très grande présence du noir. Décliné sous toutes les formes à l’instar du blanc, c’est une vague noire qui s’est emparée de la saison. Raison commerciale ? Le noir se vend toujours très bien, on devrait d’ailleurs créer la mention de « petite chaussure noire » pour faire écho à sa copine la « petite robe noire ». A moins d’être optiquement allergique à cette couleur si profonde, qui n’a pas de paire de chaussure noire dans son placard ? (Personnellement, compter le nombre de paires noires dans mon dressing serait plus long que de compter celles qui ne le sont pas) Le climat mitigé des printemps-été du début du XXI ème siècle serait-il en cause? Avec les hivers qui se décalent et les étés à tendances variable mais dont les journées médiocres s’inscrivent de plus en plus dans les mémoires, porterait-on du noir plus longtemps à la sortie de l’hiver ? Voire tout au long de l’année?

Floral mix

Balenciaga, Giambattista Valli, Alexander McQueen, Prada, Michael Kors Collection. Photo : DR.

Idem pour les fleurs : si on ne les sort pas au printemps pour redonner le moral aux consommateurs après une bonne dépression saisonnière, où va-t-on? (printemps et fête des mères obligent). En 2017, elles seront flower power chez Prada et Michael Kors, asiatisantes chez Dries van Noten, sorties tout droit du 18ème siècle chez Erdem, d’un herbier du passé à la Giambattista Valli ou d’une nature morte chez McQueen.

The graphic effect

Stella McCartney, Carven, Topshop Unique, Mary Katrantzou, Proenza Schouler. Photos : DR.

Inévitable, la tendance “graphique” est de retour. Travaillée en noir et blanc, sous formes de rayures ou damiers, les modèles les plus forts se trouvent chez Carven, Fendi, Proenza Schouler et Stella McCartney. Idéale pour apporter une touche “eye-catcheur” sur un look, la chaussure graphique fait grimper la cote de n’importe quel look. Avec ça, vous ne passerez certainement pas inaperçue au bureau ou au Monoprix!

Red forever

Bottega Veneta, Naeem Khan, Altuzarra, Chloé, Trussardi. Photos : DR.

Pour ce qui est des couleurs phares de la saison, voyez rouge ! Ecarlate, coquelicot, carmin, sang, rouge flamboyant, intense, rouge passion… Décliné par beaucoup de marques cette saison au même titre que le rose, la couleur de la passion viendra pimenter vos tenues estivales et faire de l’oeil à vos robes d’été.

Au naturel

Chloé. Photos : DR.

Les teintes “naturelles” ont eu la part belle avec de subtiles palettes de nudes et déclinaisons de camel, sable, chocolat et autres marron. Le plus bel exemple en est le défilé Chloé. Un retour à la sobriété et au naturel?

Valentino Garavani. Photo : DR.

Quelques touches de couleurs vives et de pastels viendront se glisser ici et là, du bleu, du vert, du jaune, du rose à l’image des escarpins-babies Valentino sur lesquels on lorgne déjà. Clivage brisé depuis plusieurs années (et heureusement), les couleurs vives et palettes de pastels ne sont plus réservées à l’été et proscrites l’hiver. Bien que ces dominantes soient encore récurrentes pour des raisons commerciales, les créateurs n’hésitent plus à assombrir leur palette printanière et égayer le nuancier hivernal.

Logomania

Jeremy Scott, Dolce & Gabbana, Dior, Saint Laurent par Anthony Vaccarello, Moschino. Photos : DR.

Les bons vieux logos s’affichent à nouveau fièrement. Vous pensiez à Chanel ? Raté ! Tandis que Louis Vuitton reprend le monogramme de la maison, Moschino scande son nom sur cuissardes et bottines, histoire de rappeler à ceux qui vous entourent que vos bottines, c’est du Moschino et rien d’autre. Chez Dior et DKNY, on écrit son nom en gros tandis que Dolce & Gabbana et Carven brodent les initiales de la maison façon armoiries pour épater la galerie tout en finesse. S’estampiller avec un monogramme, un sigle, ou le retour d’une tendance dont les dernières heures de gloire datent des années 2000. S’identifier et se montrer à travers une marque et ses valeurs : To be or not to be? Un show pour mieux se cacher derrière le rideau ?

Saint Laurent par Anthony Vaccarello. Photo : DR.

Et voici LA chaussure de la saison, celle dont tout le monde parle et que l’on convoite toute. Ou comment un simple escarpin noir vu de face vous révèle lors de son passage un talon-monogramme-sculpture d’une épure et d’une efficacité folle. Trois lettres, un emblème, une maison qui se transforment en un objet de désir au fort pouvoir évocateur : la femme Saint Laurent.

Fantastic plastic!

Miu Miu, Lemaire, Alexander Wang, Yeezy, Mugler. Photos : DR.

A l’opposé du sigle et de l’image de marque se trouve la transparence. Perspex, Plexiglas, Rhodoïd et autres plastiques souples réapparaissent en filigrane dans les collections chaussures après avoir triomphé en prêt-à-porter (On se souvient encore de Loewe, Wanda Nylon et Burberry). D’un talon sculptural Simone Rocha à une sandale de Cendrillon moderne chez Miu Miu en passant par les mules fumées chez Lemaire, les escarpins invisibles Mugler et les cuissardes Yeezy, le plastique se maintient sur les podiums. Waterproof, décalées et pratiques, que demander de mieux? (si vous fuyez les cuissardes en plastique syndrome usine à condensation, on ne vous en voudra pas)

Full metal

Trussardi, Au Jour le Jour, Haider Ackermann, Marques’ Almeida, Louis Vuitton. Photos : DR.

Pour les plus aventureuses et pointues, on ose le métallique ! Bottines miroir (merci les Balenciaga argent sold out de cet hiver qui ont réouvert la voie), sandales métallisées, mocassins holographiques…Du plat au talon, il y a du choix. A défaut d’avoir un ciel lumineux la saison prochaine, on éclairera la morne météo et le quotidien de chaussures éclatantes pour mieux briller en société (ou au Starbucks, peu importe).

Nicholas Kirkwood. Photo : Instagram @nicholaskirkwood

Et voici mes favorites dans la catégorie : j’ai nommé les derbies argentées à grosses perles Nicholas Kirkwood. Une sorte d’excès raisonnable que je sortirai volontiers à tout bout de champ.

Satin de jour

Emporio Armani, Anna Sui, Miu Miu, Rochas, J.Crew. Photos : DR.

Si vous préférez briller tout en nuance, jetez-vous sur le satin ! En mule, sandale ou en escarpin, il s’est imposé chez Givenchy, a été aperçu chez Dsquared2 ou encore Miu Miu sur des sandales à plateformes d’une hauteur phénoménale. Fini le satin réservé au soir, on assume ce textile délicat et noble en journée! En botte à rayure ultra désirable chez Marco di Vincenzo, en mule avec plateforme de bois chez Rochas, escarpin plus tradi chez Vetement mais porté avec une tenue résolument masculine pour le décaler, associé à de la résille chez Balenciaga, on bouscule le satin ou l’on fait la jolie demoiselle avec les beaux classiques de Sarah Jessica Parker que l’on porte avec un jean un peu large et court sur la cheville. Et si l’envie vous prend d’ajouter une petite socquette blanche façon femme enfant comme chez Anna Sui ou une chaussette classique à la Givenchy, grand bien vous fasse!

Socks on the rocks

Off-White, Ryan Lo, Bottega Veneta, Givenchy, Gucci. Photos : DR.

Pourquoi donc me direz-vous? Parce qu’au printemps, on gardera la chaussette, même dans ses sandales et escarpins! Chaussettes d’homme classique chez Mary Katrantzou, socquette en dentelle chez Preen by Thornton Bregazzi et Ryan Lo, jambière rigolote chez Marc Jacobs, déluge de sequins chez Off-White, sport chez Fenty x Puma voire en latex chez Gucci pour les plus extravagantes, on ne manque pas d’idées chez les créateurs. Et si vous voulez du tout-en-un ou que l’idée de mettre une chaussette dans une sandale vous horripile jusqu’aux tréfonds de votre âme, n’hésitez plus et sautez sur les bottines chaussettes repérées chez Fendi et Dolce & Gabbana.

Dolce & Gabbana. Photo : DR.

Et pour porter une bottine en été sans risquer la suffocation plantaire, je vote pour la bottine en dentelle Dolce & Gabbana, trompe-l’oeil d’escarpin qu’on aurait enfilé avant sa socquette en dentelle noire.

Cuissardes

Balenciaga, Marques’Almeida, DKNY, Vetements, Gianvito Rossi. Photos : DR.

On ne parle pas des tendances ss 17 sans évoquer les incontournables cuissardes. Elles continuent sur leur lancée avec leurs copines bottes hautes, s’étant fait une légitimité sur les podiums et leur succès commercial étant revenu depuis leur “dévulgarisation” par la mode il y a plusieurs saisons. Après la déferlante de cuissardes 70’s, place aux cuissardes à talon haut. Exercice périlleux mais néanmoins réussi grâce à des couleurs et matières alternatives au vinyle et au cuir noir. Imprimées, lacées, ajourées, siglées, unies, shiny…La palme du spectaculaire étant décernée à Vetements pour ses cuissardes satinées démesurées portées avec brio.

Autres formes en vogue repérées aux pieds des mannequins : les mocassins, mules et sandales à plateformes. Merci Gucci, les mocassins ne cessent de s’affirmer et de faire leur grand retour depuis 2 ans, après la méprise de cette chaussure tombée en désuétude il y a bien longtemps. Les mules, elles, continuent leur épopée initiée en 2015 et se déclinent en une multitude de formes, de la claquette à la babouche en passant par la mule à talon. Quant aux sandales à plateformes, vous l’aurez compris, on vous le scande sur tous les podiums : c’est LA pièce à avoir pour l’été 2017.

Sandales fantaisie

Fausto Puglisi, Versace, Mira Mikati, Paula Cademartori x Kartell, Dolce & Gabbana. Photos : DR.

Il est d’ailleurs intéressant de remarquer combien les sandales et autres claquettes ont pris en grade parmi les ugly-shoes, en se parant de motifs pour être maintenant le lieu de toutes les fantaisies, bijoux, broderies. Qui aurait cru que les sandales sport des 90’s comme la Teva seraient un jour reines des tendances?

Sporty & Sexy

Fenty x Puma, Versace, N°21, Zimmermann, Fendi. Photos : DR.

Donatella Versace a d’ailleurs converti ces mêmes Teva en version haut talon appliquée de satin, ouvrant ainsi la porte à la tendance sporty & sexy. Laçages façon chaussures de boxe ou patins à glace, cordons, couleurs vives et effet mitaines, on remarquera que l’effet sport 2017 n’en sera pas moins juché sur talon.

Rangers au garde-à-vous

Gareth Pugh, Yohji Yamamoto, Alexander McQueen, Ellery, Burberry Prorsum. Photos :DR.

Parallèlement, on assiste au retour des Rangers. Initié par Louis Vuitton et Valentino l’année dernière, les plus beaux modèles se trouve cette année chez Burberry, simple ranger noire agrémentée d’une cascade de pompons dorés d’un effet fou, et chez Alexander McQueen où des grelots ciselés fricotent avec des clous. Les modèles plus street, sport et militaire font figure de proue à l’image de Diesel Black Gold et Yohji Yamamoto.

Néo minimalisme

Marni, Hermès, Max Mara, Acne Studios, Creatures of Comfort. Photos : DR.

On observera la grande épure de beaucoup de chaussures cette saison. Le courant minimaliste a encore de beaux jours devant lui. Outre le blanc immaculé et les classiques dénués d’ornements, les formes se veulent d’une simplicité presque déconcertante mais dont la force mode et le statement power n’est plus à remettre en question. Tout se joue sur les proportions, sur un décolleté qui remonte un peu plus, une surface plane sans le moindre détail, comme pour revenir à une essence de la chaussure.

Chez Chloé, pas de chichis : on vous propose une seule et même sandale pendant toute la durée du défilé. 2 brides, 2 boucles, 1 semelle et 1 talon, on aurait difficilement pu faire plus simple. Si vous n’avez pas compris que c’est LA chaussure de la saison chez Chloé, on ne peut plus rien pour vous.

Haute fantaisie

J.W Anderson, Dsquared2, Marc Jacobs, Dolce & Gabbana, Charlotte Olympia. Photos : DR.

De l’autre côté de la rive se trouve le parfait opposé. Gucci, Marc Jacobs, Miu Miu, Prada, ces conteurs d’histoires qui frisent le maximalisme pour certains et dont les chaussures sont un produit haute fantaisie au fort pouvoir narratif. Prenez la compensée fleurie Miu Miu et toute l’histoire de la collection vous est racontée en une fleur et un talon de Plexiglas sculpté. Sandales talisman chez Dsquared2, dragons d’Asie chez J.W Anderson, fresque sous-marine à la Dolce & Gabbana, voyage tropical avec Charlotte Olympia…En 2017, on s’autorise à rêver et à garder une âme d’enfant.

Sculptural

Dries Van Noten, Jacquemus, Kenzo, Prabal Gurung, Acne Studios. Photos : DR.

Et les talons, parlons-en! Véritables œuvres d’art minimaliste chez Acne Studios, Simone Rocha et Issey Miyake, décalés chez Kenzo, tandis que Thom Browne et Miu Miu s’amusent autour du thème marin et que Jacquemus continue sa percée fulgurante avec un talon cylindrique blanc qui ne manque pas de surprendre.

Lace-up

Dennis Basso, David Koma, Dsquared2, Julien MacDonald, Adeam. Photos : DR.

Prolongation de la tendance spring-summer 16, les chaussures lacées continuent leur ascension. Attention, je ne vous parle pas de laçage classique mais de chaussures lacées quasi de la pointe du pied à la cheville (oui, un peu comme un corset de pied, ou un saucisson, au choix). C’est fin, joli, entre jeux de croisement sur peau, cheville mise en valeur, jambe allongée, pourquoi s’en priver? (surtout après un tel succès commercial)

Thrilled by the frills

Mulberry, Saint Laurent par Anthony Vaccarello, Isabel Marant, Marques’Almeida, Tory Burch. Photos : DR.

A défaut d’aimer les lacets à rallonge ou si vous êtes pressée mais que vous voulez faire de l’effet, optez pour les volants! Revival 80’s oblige, vu sur plusieurs podiums, après le raz-de-marée de manches gigot, le volant fait son entrée dans la saison. Délicatement posé sur la bride d’un escarpin chez Saint Laurent, en all over chez Isabel Marant, maxi chez Marques Almeida et Mother of Pearl, il varie du mini au maxi. Et pour les inconditionnelles de la basket, Tory Burch vous a concocté LA sneaker blanche à petits volants qui va se vendre comme des petits pains.

Tie the knot

Gucci, Dries Van Noten, Fausto Puglisi, Christian Siriano, Attico. Photos : DR.

Autre option : le nœud. De toutes les tailles, plus ou moins compliqué, du décoratif à la Gucci au simple twist de matière chez Altuzarra, les déclinaisons sont multiples. Attention à pas tomber dans la surenchère ou dans l’effet “paquet cadeau”.

Pimp my shoes

Alexander Wang, Acne Studios, Lanvin, Mulberry, Carven. Photos : DR.

Et les “chaussure bijou” : broderies, cabochons à la Acne Studios pour mocassin d’exception et strass jusqu’à la démesure chez Alexander Wang, claquette précieuse chez Lanvin…les exemples ne manquent pas pour embellir mules, mocassins et autres sandales.

Crocodile

Loewe, Louis Vuitton, Maison Margiela, Joseph, Givenchy. Photos : DR.

Repérée : la tendance peaux exotiques avec le grand retour du crocodile qui prend le pas sur le python cette saison. Travaillé sur des formes moins classiques et dépoussiéré avec des couleurs franches, on évite l’écueil “madame sortie tout droit d’un musée”. Quelques touches de python coloré, d’anguille et de lézard viennent compléter cet éventail animalier.

Rodarte. Photo : DR.

Un bel exemple d’utilisation du python cette saison : le patchwork tout en courbes signé Rodarte. Comment ne pas craquer pour cette botte tout en contrastes?

Léopard

Giamba, Temperley, Carven, Proenza Schouler, Haider Ackermann. Photos : DR.

Micro-tendance, le léopard apparaît timidement dans les collections. Porté avec d’autres motifs; folklorique chez Temperley, python chez Carven ou encore graphique chez Proenza Schouler, on le décale pour lui donner une seconde jeunesse.

Tech-trip

Rick Owens, Anya Hindmarch, Isabel Marant, Céline, Chanel. Photos : DR.

Avez-vous repéré le courant techno-futuriste? Formes ovoïdes, épurées, aérodynamiques, de blanc optique, de gris ou de noir, la chaussure ss 17 a des airs de futur pas si lointain . Entre un voyage sur la lune et une esthétique de robot épuré digne du clip “All if full of love” de Björk, la mode se tourne définitivement vers un avenir high-tech, à l’image du défilé Chanel intitulé “Data”, on ne peut plus d’actualité.

Réminiscences rock

3.1 Philipp Lim, Rodarte, Alexander McQueen, Coach 1941, Kenzo. Photos : DR.

Dans un article très pertinent du magazine Antidote, Edouard Risselet se demandait si le rock était fini, dans un monde où le rap et le sportswear dominent les courants mode actuels. Il est vrai que l’influence rock/punk/métal a comme disparu des podiums après tant d’années de domination. Faut-il pour autant mettre au placard clous et boucles de rebelles? Pas si sûr. Tout du moins, il reste encore quelques lueurs d’espoirs comme en témoignent quelques chaussures arborant fièrement clous et boucles métalliques à l’image de Coach 1941, Kenzo et Alexander McQueen. Rock is not dead (yet)!

Rigueur nippone

Giambattista Valli, Céline, Ellery, Dries Van Noten, Miu MIu. Photos : DR.

Cette saison, nombre de chaussures font référence au pays du soleil levant. Quand beaucoup évoquent les geta, ces fameuses sandales nippones à plateforme de bois, d’autres, de manière plus anecdotique, font écho à l’origami à l’image de Miu Miu et de son nœud stylisé, aux idéogrammes comme Giambattista Valli, ou encore à la tabi, cette chaussette japonaise repérée chez Céline.

Bally. Photo : DR.

Geta au summum, les sandales Bally sont celles qu’il faudra retenir cette saison. Plateforme blanche en biais et maxi entre-doigt de velours rose, on les imagine déjà dans une montagne d’éditos mode!

Nouveaux codes

Céline, Hood by Air. Photos : DR.

Trop peu représentée pour être adoubée tendance, notons tout de même la petite vague “décalée” qui bouscule les codes de la paire de chaussures classique : les doubles santiags d’Hood by Air, les bottines et sandales dépareillées de Céline, les claquettes de couleurs différentes signées Mira Mikati… Après Miu Miu et ses ballerines dépareillées de la SS 16, y a-t-il un avenir pour les couples de chaussures mixtes? Réponse aux prochaines fashion weeks.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.