Tribulations d’une francaise dans la tech londonienne
Pourquoi s’intéresser au numérique?

Il paraît que je fais partie de la génération Y. Une étiquette comme il y en a tant (je ne me sens pas plus Y que Gamma), qui permet de faire des études socio-anthropologiques aussi bien que de vastes généralisations sur un certain groupe démographique.

“Quel intérêt?” me demanderez-vous, et je suis bien d’accord en général. Mais j’ai récemment découvert l’intérêt, la fierté même de faire partie de la generation Y: celle-ci s’appelle aussi (et en anglais seulement, interestingly), digital natives. Voila ce dont je voudrais vous entretenir ici.

Tout un programme. Parce que le numérique est un sujet passionnant, effrayant, excitant, jubilant, anxiogène, et surtout nouveau. Il s’agit d’un thème qui souvent perd les aînés, et que cette fameuse génération Y connaît mieux que la précédente. C’est la première fois depuis la nuit des temps que la nouvelle génération tisse le futur plus rapidement que la génération qui l’a créée. Et c’est la première fois que la génération précédente n’a pas toutes les réponses. Loin de moi l’idée de manquer de respect aux générations précédentes. Au contraire, je pense qu’elles ont beaucoup à nous apprendre, mais pour la première fois, nous avons aussi beaucoup à leur apprendre.

Voilà, pour moi, la richesse de la génération Y. Peu importent les études sociologiques démontrant que, malgré nos longues années d’étude, nous sommes difficiles à gérer au travail. Peu importent les débâts sur la définition de la génération Y. Peu importent les origines sociales des membres de cette génération. Ce qui importe, c’est que nous sommes la première génération à avoir un éventail de possibilités aussi large.

Cet éventail est bien entendu offert par le web, et l’adoption du numérique est ce que vous pouvez faire de mieux pour votre carrière. Que ce soit en apprenant à coder, en apprenant à créer votre propre entreprise numérique, ou en travaillant dans une startup tech, vous aurez une valeur ajoutée pour n’importe quel employeur. Mais surtout, vous aurez les clés de votre futur en mains.

Et j’ai encore une bonne nouvelle: rien de tout cela n’est difficile. Apprendre à coder, par exemple, c’est tout à fait possible depuis son ordinateur, à la maison, et c’est gratuit. Les ressources en ligne sont infinies, ainsi que les forums pour poser des questions. Il n’y a plus de limites à ce que l’on peut apprendre.

J’aimerais enfin ajouter que la génération Y a peut-être aussi une responsabilité d’apprendre à se servir du numérique, plutôt que simplement le subir. Parce que c’est elle qui est la plus proche d’en détenir les clés, mais aussi parce que c’est elle qui crée le futur. Notre futur est numérique, et pour le façonner tel que nous le voulons, nous devons l’adopter, le rendre nôtre, et non pas le subir. Au risque de laisser une minorité de personnes contrôler les facettes du web pour en faire un élément de destruction, il faut que nous en prenions les manettes pour créer un futur à son image: ouvert, collaboratif, sans frontières et tolérant.