La Singularité, ou l’avènement de l’intelligence artificielle

Une singularité, avec un petit s, est un fait notable dans un graphisme, deux courbes qui se croisent, un pic soudain, un inversement de courbe…
La Singularité, avec un grand S, c’est l’avènement de l’intelligence artificielle, la fin de l’humanité ou la gloire du transhumanisme. C’est le croisement de deux courbes, l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle. Le robot devient plus intelligent que l’humain, le supplantant, lui volant (ou le libérant ?) son travail, devenant humain etc. 
Cette Singularité a été souvent décrites dans de nombreux films de science-fiction comme I-Robot, Matrix, Transcendance, Blade Runner ou encore Ex-Machina. Décrivant tantôt la fin du monde ou l’avènement d’une nouvelle humanité.
Aujourd’hui, la Singularité devient une tendance et son avènement est planifié. 2035, 2055… Pour de nombreux spécialistes, la question n’est plus de savoir si cela va arriver, mais bien de parier sur la décennie de son arrivée. 
Pour beaucoup, c’est l’arrivée de la machine auto-apprenante qui va augmenter de façon fulgurante les capacités des IA. Cette machine va apprendre de ses erreurs, être capable de chercher sur le web l’information qu’il lui faut, agréger des données, bref penser. Ce ne sera pas une pensée humaine, encore faudrait-il savoir la définir, mais ce sera une pensée terriblement efficace et la comparaison sera difficile.
Ray Kurzweil défend, au sein de Google et de la Singularity University, une vision de l’homme augmenté par la machine, proche du cyborg, ou d’Iron Man. L’homme se lierait à la machine de manière si profonde qu’il toucherait à l’essence même de son humanité. L’avenir de l’homme étant assuré car il est intimement lié à celui des machines. Le fait que Kurzweil travaille pour Google n’est pas anodin puisque le transhumanisme est un rêve de la Sillicon Valley, le smartphone est un des premiers avatars du transhumanisme. Les Google Glass ont été rejeté par crainte, entre autre, du transhumanisme.
Alors que ferons les robots ? Et que ferons-nous ? Allons-nous faire la guerre comme dans Matrix ? Ou bien chercher la symbiose comme le souhaitent ardemment les défendeurs du transhumanisme ?