Le numérique: l’oublié des débats politiques, le paradoxe d’une révolution digitale en action
Aurélie Jean, PhD
103

Bonjour Aurélie et merci pour votre article.

C’est là une opinion intéressante mais qui me surprend sur beaucoup d’aspects, avez-vous quoi que ce soit comme chiffres, données objectives pour déclarer que :

  • “Le numérique est un outil d’ascension sociale.” Ici, je vous suggère de visiter un espace public numérique, comprendre comment les outils sont aussi des facteurs d’exclusion. Pour beaucoup, pointer au chômage en ligne relève de la véritable angoisse. Le “numérique” en soi, est un ensemble de technique, “tout seul”, il n’inclut pas ni n’exclut. Ce sont les hommes qui le font.
  • “Aucun prérequis socio-induit n’est nécessaire au développement de ce bagage technique “à la mode”. Alors là je pense que vous vous trompez complètement… Rien dans ce monde n’est neutre au point de ne nécessiter aucun prérequis social pour être utilisé… Ou alors je n’ai pas compris mais il faudrait développer.
  • “Le code informatique est une méthode à envisager pour faciliter l’apprentissage lecture.” Je ne vois pas le rapport. Vous confondez “numérique” et “code”, le numérique est un système (un milieu) qui embrasse bien plus que des lignes de code. Son arrivée dans l’école est controversée (voir rapports de l’OCDE, rapports PISA), notamment sur les mathématiques et la lecture. Cela étant dit, je suis d’accord avec vous, l’éducation face au numérique est un enjeu majeur !
  • “Le numérique présente en effet de nombreux avantages socio-économiques pour les femmes.” (où ? quand ? comment ?).
  • Enfin : “le numérique peut significativement améliorer la qualité de vie de l’humain”. J’ai des doutes mais pourquoi pas… ça me semble tellement difficile à mesurer, peut-on voir une corrélation entre les indicateurs de bonheur (ils existent, c’est très sérieux) → https://www.slideshare.net/StatsCommunications/hows-life-2015-key-findings et les niveaux de digitalisation des pays ?

Bref, j’ai le sentiment que vous avez beaucoup de bonne volonté, sans doute un esprit très positif, et c’est louable, mais aussi beaucoup d’illusions. Je le dis sans animosité aucune, et je ne fais ici qu’ouvrir le dialogue avec sincérité, curiosité et toute la sympathie du monde.

PS : il y a bien sûr d’autres éléments dans votre articles avec lequel je suis totalement en phase (oui, le numérique présente des opportunités, oui, nous devons nous y former et y former nos enfants, oui il y a des ponts à faire avec toutes les disciplines car c’est “un fait social total”…).

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.