Les frontières de l’entreprise s’estompent

Rencontre avec Olivier Girinon, intrapreneur au sein du i-Lab d’Air Liquide et résident de l’Usine IO.

Par Etienne Moreau & Mathieu Geiler, cofondateurs de MakerTour

Rencontre entre Olivier Girinon au sein du i-Lab du Groupe Air Liquide, doté d’un atelier partagé (sur la gauche). © MakerTour

Hello Olivier, peux-tu te présenter et nous raconter comment tu es arrivé au i-Lab du Groupe Air Liquide ?

Je travaille au sein du Groupe Air Liquide depuis bientôt 5 ans. J’ai commencé ma carrière dans l’engineering du groupe, été project manager puis directeur de projet, principalement dans la réalisation de grands ensembles industriels pour le groupe. J’ai donc monté des usines en Arabie Saoudite, aux Philippines, au Mexique, etc. C’était un environnement de travail très chronométré, très cadré… Mais avant de rejoindre le groupe, j’avais déjà pu goûter au monde de l’entrepreneuriat en m’associant au capital d’une startup dans le domaine de l’engineering et de l’environnement. Donc après 3 années très enrichissantes dans l’engineering du groupe, j’ai voulu retrouver un environnement plus léger, avec un espace de liberté et de créativité plus important.

Olivier Girinon est devenu intrapreneur au sein du i-Lab. © MakerTour

C’est la quête de sens qui m’a guidé dans ce choix. Il a fallu accepter de perdre un peu de confort, dans mon environnement de travail, et pour le déroulement de ma carrière. Mais ça ne me plaisait plus, ça ne me faisait plus rêver, j’avais envie de trouver un environnement plus simple, plus en lien avec la réalité.

Quelle est ta mission au sein du i-Lab ?

Ma mission aujourd’hui au sein du i-Lab du Groupe Air Liquide est de développer un nouveau business autour de la qualité de l’air. C’est un mandat qui est volontairement assez large, avec beaucoup d’espaces de créativité. Je l’ai utilisé à fond pour justement expérimenter différentes propositions de valeur, avec une approche très lean startup. L’idée est d’investir un terrain, identifier un problème auquel on va proposer une solution, la prototyper, puis très vite aller dans les phases d’expérimentation ! J’ai donc fait mes premiers protos au i-Lab. Le premier avait un socle pour la partie électronique, et depuis ma dernière version a bien évolué. Aujourd’hui, je me sers de lieux comme le i-Lab et l’Usine IO.

Le i-Fab est un vrai petit atelier partagé à disposition des équipes, au coeur du i-Lab ! © MakerTour

Peux-tu nous en dire plus sur le i-Lab ?

Le i-Lab est la structure de l’innovation radicale du Groupe Air Liquide, elle est composée d’une vingtaine de membres, avec comme objectif d’identifier des relais de croissance de demain pour le groupe. Cela veut dire défricher de nouveaux horizons, de nouveaux marchés, puis de passer rapidement à des phases d’expérimentation pour valider un fit market et aller à la génération de cash. L’idée est vraiment de boucler toute la chaîne, de ne pas rester uniquement dans une approche conceptuelle. C’est cela l’objectif du iLab !

Et l’Usine IO ? Pourquoi l’utilises-tu en parallèle du i-Lab ?

Usine IO est un espace qui a 2 fonctions. La première, c’est de mettre à disposition à un espace et des machines avec lesquels j’ai pu réaliser mes prototypes, et une expertise qui m’a permis de renforcer mes compétences. La seconde, c’est de pouvoir sortir de l’environnement Air Liquide, et d’avoir un espace où je peux commencer à constituer une équipe, une culture et dérouler un projet sans être perturbé.

Olivier se rend à l’Usine IO pour les questions de prototypage et d’industrialisation. © MakerTour

Comment s’est passée l’expérience ?

Je suis sur un mode où j’utilise l’Usine IO en tant que résident, donc j’ai mon espace dédié, et ça c’est assez agréable. L’expertise est excellente, avec à la fois une expertise techno et une expertise sur la conception. Cela nous permet d’envisager tout de suite l’industrialisation. Avec ça, on gagne du temps, et donc de l’argent dans le développement du produit. Et puis après, il y a l’aspect écosystème qui est vraiment très intéressant. Le fait d’être un intrapreneur, d’être au côté d’autres startups, de designers, de makers, c’est assez stimulant, ça ouvre des horizons et des collaborations !

Pourquoi le Groupe Air Liquide offre-t-il cette opportunité à ses salariés ?

Olivier nous présente son dernier prototype dans son bureau à l’Usine IO. © MakerTour

J’ai eu une chance incroyable ! J’avais fait part de mes réflexions aux relations humaines, de mon souhait de quitter le groupe pour créer une startup. Et à ce moment-là, on m’a proposé de rejoindre l’équipe du i-Lab ! L’idée était d’essayer un nouveau mode de collaboration, sortir finalement de la relation employé - employeur, qui s’inscrit dans une hiérarchie assez figée, vers une relation qui s’apparente plus à un partenariat.

On s’associe, on trouve un mode de collaboration différent que celui du salariat, et on va faire un truc qui déchire !C’était un peu le point de départ avec Gregory Olocco, le patron du i-Lab. Sur cette base, j’ai eu 18 mois pour leur démontrer que j’étais capable de sortir un projet avec un potentiel business. Et maintenant je suis en phase “d’excubation”, c’est-à-dire que je sors du i-Lab, j’ai monté ma startup, et je suis en train de préparer l’entrée au capital du Groupe Air Liquide !

Retrouvez toutes les infos sur le projet d’Olivier sur www.balthazar.io ainsi et sur l’Usine IO sur makertour.fr !

Pour clore cette journée ensemble, Olivier s’est prêté à la tradition du selfie MakerTour ! © MakerTour

BUILDING A BETTER WORLD TOGETHER - we explore and share community workshops & makers projects around the world for you to make a difference 👫🛠🌏

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store