Semaine Mondiale de l’Entreprenariat: à Ouagadougou, on parle de recherche d’investisseurs

Une quarantaine d’entrepreneurs et aspirants entrepreneurs se sont réunis ce Mercredi 16 Novembre 2016 à l’ambassade des États Unis d’Amérique à Ouagadougou dans le cadre de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat GEW (Global Entrepreneurship Week). À l’ordre du jour, les méthodes de recherche d’investisseurs et le réseautage pour réussir son entreprise.

À Ouagadougou, Audra Shallal, Expert en développement d’entreprise et membre de réseaux européen des Business Angels s’est entretenu 90 minutes durant avec les participants via vidéo-conférence depuis Paris. Elle a passé en revu les différentes formes de financement allant du crowdfunding (financement participatif) au Capital-risque. Elle a fait cas des plateformes de crowdfunding telles que kickstarter et indieGoGo mais aussi de plusieurs initiatives de création de réseaux de Business Angels en Afrique notamment au Burkina Faso, au Ghana et récemment en Afrique du Sud.

Audra Shallal a ensuite surtout insisté sur le ‘timing’; quand faut-il avoir recourir à un investisseur? Il ressort que le meilleur timing dépend de la plateforme envisagée mais se situe en générale dans les trois premières années de l’entreprise. Pour un crowdfunding par exemple, il est très souvent nécessaire d’avoir déjà un prototype fonctionnel. Ensuite, pour réussir sa campagne, Il faut prendre le temps de développer sa communication sur les réseaux sociaux. Ici l’expert note de passage que les réseaux sociaux constituent une opportunité immense pour partir de presque zéro franc et réussir un campagne.

Avec ces conseils très avisés mais tout de même un peu crispant par moment, c’est au tour de M. Bandé Abdoul Karim qui fait dans la formation et le recrutement de s’inquiéter : “mon entreprise est établi depuis 5 ans et je n’ai jamais eu recours aux investisseurs, alors est-il trop tard pour moi?”.

Un grand risque de manque d’arguments peut se poser dès qu’on atteint 5 ans parce qu’il devient difficile de convaincre un investisseur. En effet, si en 5 ans vous n’avez pas atteint un certain stade, que votre produit n’a presque pas évolué, que vos concurrents ont pris le temps de grignoter une part de votre marché, et que vous ne présentez pas un cash-flow assez convaincant car dit-on ‘Cash is king’ (la liquidité est roi), alors le retour sur investissement devient problématique. Mais pour finir Audra notera que tous ces conseils ne sont pas cartésiens car les contextes peuvent grandement varier et que M. Bandé Abdoul Karim peut toujours essayer. Autre avantage que pourra bénéficier M. Bandé dans une campagne de crowdfunding, c’est la visibilité auprès de potentiels clients et partenaires dont M. Bandé a d’ailleurs exprimé être son besoin actuel..

Autre conseil de l’expert, qui a beaucoup accroché les participants a porté sur le contenu d’un ‘Elevator Pitch’. Celui-ci doit tenir en 60 à 90 secondes et doit impérativement contenir les 5 W (Who, What, Where, When, Why). Anglicisme oblige ici sinon que dirait-on, 5 Q? :-). Ce sont les questions suivantes: Qui est derrière votre idée? de quoi s’agit-il? Où se trouve l’opportunité de marché? Quelle sont les échelons? Et pourquoi cette idée?

On note ici, l’absence du ‘Comment’ car en une minute il est quasi impossible d’expliquer les processus et technologies.

Session de réseautage tête-à-tête entre participants (Crédit photo: Abdel Pitroipa)

La soirée s’est achevée avec un exercice de réseautage entre les participants. Chacun des participants a eu à s’entretenir en 1 minute en tête-à-tête avec 20 de ses paires. Cela avait aussi pour but de construire un réseau fort d’entrepreneurs burkinabè qui pourraient collaborer et partager ensemble des opportunités; souligne Todd Sergent, chargé des affaires publiques de l’ambassade. La fondation WAEIF des anciens bénéficiaires du programme GES du Département d’État Américain était présente. Son président, M. Isidore Sinkondo n’a pas manquer de faire deux annonces phares au participants:

  • L’appel à candidature pour le Prix de l’Innovation Africaine PIA2017.
  • Appel à projets innovants pour les start-ups et entreprises du Burkina Faso à suivre sur le site de WAEIF.

Les participants quittent ainsi l’ambassade à 18h GMT sur ces notes après 2 heures et demi de riches échanges avec de belles perspectives pour le future.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.