LES JOUEURS DE BOULES

Les feuilles brunies et desséchées des platanes laissent passer des flaques de lumière qui éclairent les joueurs.
Ils sont groupés, attentifs, passionnés. Le regard fixé sur les boules qui roulent sur le sable gris. Ils se déplacent avec lenteur et s’approchent pour vérifier la distance de leur boule avec ce fameux cochonnet ! Certains n’hésitent pas à accroupir leur silhouette fatiguée pour mesurer avec les doigts écartés quel est le mieux placé.
Dans ce groupe de vieux joueurs : une femme, le visage brulé par le soleil, elle est leur égale dans l’acharnement. Son geste est précis et élégant, à l’image des lanceurs olympiques ! Sa boule lancée, elle s’avance pour vérifier en roulant ses grosses fesses bridées dans son pantalon de style américain comme la casquette qui coiffe sa tignasse noire. Sa démarche sensuelle ne trouble pas les vieux mâles ; seules les boules de métal attirent leurs regards !
La partie terminée, l’un des joueurs sort une ficelle de sa poche la lance sur chaque boule. Il pêche à la ligne avec son fil aimanté. Il distribue les boules et une nouvelle partie s’engage. Il y a peu de bavardages, quelques exclamations méridionales peuvent troubler le silence du moment, habité seulement par le son du choc des boules.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.