4 bonnes raisons de (ne pas) aller au Web Summit

Le Web Summit 2016, c’était à Lisbonne du 7 au 10 novembre. Comme j’y étais, je vous ai concocté quelques tips, au cas où vous songeriez à vous y rendre l’année prochaine.

Etre inspiré(e)

Pas vraiment, non.

Malgré les noms impressionnants figurant sur la liste des innombrables talks organisés pendant le sommet, notamment celui de l’acteur et fondateur de Hit Record Joseph Gordon-Levitt, du CTO d’Amazon Werner Vogels, ou encore du footballer Luis Figo, on sent que le Web Summit n’a pas la fibre de l’inspiration.

Beaucoup de panels et d’interviews sur scène nous laissent sur notre faim. Les interventions d’un seul speaker sont plus structurées, et le message qu’on en retient est plus clair. Malheureusement, c’est le format panel qui dominait, et j’avoue que je n’ai pas appris grand chose lors de ces séances de faux débats ultra courtes (plus ou moins 20 minutes). Si vous cherchez l’inspiration de grands orateurs, regardez plutôt quelques bons TED en ligne.

Ceci dit, vous pouvez (re)voir les directs des talks du Web Summit sur les pages Facebook respectives de chaque scène. Par exemple, disons que vous souhaitez visionner le speech de Des Traynor, co-founder d’Intercom. Vous trouverez son talk à partir du programme sur le site du Web Summit. Vous pouvez ainsi retrouver le nom de la scène (ici, SaaS Monster) et vous rendre sur la page Facebook correspondante. La plupart des directs sont subdivisés en séances d’une après-midi. En jouant avec le curseur, vous retrouverez le moment exact de son intervention.

Networker et/ou lever des fonds

Moui. Et non, en fait.

Le Web Summit n’a pas vraiment été pensé pour la rencontre. Des meeting rooms sont disponibles, mais payantes. Des tables d’extérieur ont été installées près des foodtrucks, mais en quantité insuffisante.

53 000 personnes ont assisté au sommet. Si, comme moi, vous croyez plus en la sérendipité qu’en l’efficacité d’un planning strict, vous vous retrouvez avec un événement trop vaste, où les professionnels que vous rencontrez sont souvent très éloignés de votre réalité. Conclusion : un événement d’une telle ampleur ne favorise pas la sérendipité.

Si vous avez une liste de personnes à rencontrer, un moment pour pitcher à plusieurs investisseurs et une bonne organisation, vous avez déjà plus de chances d’atteindre votre objectif. Mais tout est là justement : fixez-vous un objectif avant de partir.

D’un point de vue retour sur investissement, je doute que le Web Summit tienne les promesses qu’il fait aux startups. Déjà en 2015, Robin Wauters (tech.eu) dénonçait les pratiques douteuses et le marketing agressif des organisateurs. Les startups paient le prix fort pour peu d’espace et une visibilité discutable.

Faire de la veille concurrentielle

Si vous souhaitez scanner la scène de l’entrepreneuriat tech et repérer les startups qui pourraient vous faire de l’ombre, c’est sans doute le bon endroit. Bien sûr, vous pouvez accéder à la liste des speakers et exposants sur le site du Web Summit, mais la plupart des petites startups n’y sont pas représentées. En outre, en vous rendant sur place, vous aurez l’occasion de discuter en direct avec des professionnels de votre secteur.

Il suffit de vous y rendre en tant que visiteur, ou « attendee », comme on pouvait le lire sur la plupart des badges. Pas besoin d’investir dans un espace coûteux qui, de surcroît, vous empêcherait de voyager librement parmi les autres startups.

Visiter Lisbonne

C’était sans doute la meilleure raison de venir. Je n’avais jamais visité Lisbonne, et je dois avouer que c’est une ville charmante qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour mettre les startups au devant de la scène. En effet, quand vous trouvez le livre « Value Proposition Design » entre deux magazines de voitures dans une station service, vous savez qu’ici, les startups sont PARTOUT.

Aussi, de nombreux meetups et événements sont organisés en soirée pendant le Web Summit par de gros players comme Techstars et TechCrunch, entre autres. Les nuits à Lisbonne sont sympathiques, et c’est là que j’ai le plus ressenti « l’esprit startup » à proprement parler.

Si vous voulez prendre des vacances tout en rencontrant des entrepreneurs, passer une semaine à Lisbonne et graviter autour du Web Summit est un très bon plan.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.