Présidentielle : y a-t-il trop de candidats ?

INVITES RTL — Charlotte Marchandise, candidate à la présidentielle et Olivier Faure, Président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale reviennent sur la règle des 500 signatures, adoptée pour éviter les “candidatures fantaisistes”.

Charlotte Marchandise/Image : Facebook

La “chasse aux parrainages” touche à sa fin. Aujourd’hui a lieu le dernier pointage intermédiaire du Conseil Constitutionnel concernant le nombre de soutiens recueillis par chacun des candidats à la présidentielle. Pour prétendre à l’élection, ils doivent en effet s’acquitter d’au moins 500 signatures d’élus. Nouveauté cette année : tous les parrainages sont rendus publics. Une nouvelle règle pour limiter le nombre de candidats à la présidentielle, ou un obstacle de plus pour les prétendants ?

Charlotte Marchandise, gagnante de LaPrimaire.org désignée par le vote de 500 000 citoyens, ne compte aujourd’hui que 70 parrainages, dont 38 publiés. “On a aussi 200 promesses de parrainages” assure-t-elle. Sur le terrain, elle note des réticences de la part des maires. Certains refusent d’accorder leur soutien, par peur de représailles. “Beaucoup de gens nous ont dit qu’ils ne nous donnaient pas le parrainage parce qu’ils étaient inquiets de ce que ça pouvait créer dans leur commune” déplore-t-elle. Avant d’ajouter : “Ce que je vois c’est des maires qui ne savent pas pour qui voter, qui sont dégoûtés du national et ça, ça me fait peur”.

“On n’a pas besoin d’avoir 80 candidats à la présidentielle” — Olivier Faure, Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale

Pourtant Olivier Faure, Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale en est certain : cette nouvelle règle permet surtout de répondre à une exigence de transparence “communément admise” tout en évitant les “candidatures improbables”.

“L’offre politique n’est pas entamée par cette nécessité d’obtenir ces 500 parrainages” assure le Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale. Revenu universel, transition énergétique, sixième république… Olivier Faure souligne les “points de convergence avec Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot” dans le programme de Charlotte Marchandise. “Pourquoi vouloir multiplier les candidatures et exprimer des petites nuances alors que nous savons très bien que ces petites candidatures n’ont pas vocation à prospérer jusqu’à l’élection ?” s’interroge-t-il.

“La candidature à la présidentielle nous donne une voix pour faire de la politique autrement” — Charlotte Marchandise, candidate LaPrimaire.org à la présidentielle

“Aujourd’hui la démocratie ne fait pas salle pleine et il y a un dégoût des gens pour la politique”, explique Charlotte Marchandise. La candidate citoyenne assume vouloir exploiter la “caisse de résonance” de l’élection prochaine : “La candidature à la présidentielle nous donne une voix pour faire de la politique autrement, de façon bien plus transparente, bien plus participative, et délibérative”. Et le mouvement ne compte pas s’arrêter à la présidentielle : en collaboration avec d’autres formations comme La Belle Démocratie ou Ma Voix 577 candidats issus d’un “archipel de citoyens” seront candidats aux élections législatives.