Qu’est-ce qu’une kasbah?

Le mot “kasbah” ou “casbah” possède un sens très élargi. Dans chaque pays, et même dans chaque région, il est appliqué à une construction différente : d’un fort isolé en pleine campagne jusqu’à un quartier de la ville à l’intérieur duquel se rassemblaient les administrations de l’État et l’armée.

Au sud-est du Maroc, cependant, on parle généralement de casbah quand on veut désigner un bâtiment de plan carré avec quatre tours aux angles, construit en terre crue et destiné d’habitude à loger une famille de notables. Ce type d’habitat est d’origine berbère et dans cette langue on l’appelle tighremt. Le mot casbah est récent et a été introduit à l’arrivée dans la région vers les années 1920 de citoyens arabes et français.

Les casbahs les plus anciennes datent du 18e siècle, peut être du 17e siècle dans quelque cas, mais la plupart ne dépassent guère la centaine d’années, car auparavant la population des vallées présahariennes habitait dans les ksour.

La casbah d’Imilchil en 1986

Un ksar (ksour au pluriel) est un village entouré d’un mur d’enceinte et protégé par des tours de guet, qui comprend à l’intérieur des dizaines ou même des centaines d’habitations, sans compter la mosquée, les rues, des installations collectives et une place où se déroulaient les fêtes. Tous les ksour possèdent une ou plusieurs entrées monumentales, parfois décorées avec finesse.

Les ksour sont en principe beaucoup plus anciens que les casbahs, certains sont même millénaires, mais il y en a aussi qui ont été bâtis au 19ème siècle par des tribus auparavant nomades. Parfois on trouve une ou plusieurs casbahs à l’intérieur d’un ksar. Les ksour sont beaucoup plus nombreux dans les vallées orientales, alors que les casbahs dominent la zone occidentale.

VOIR CARTE DE LA DISTRIBUTION DES CASBAHS ET DES KSOUR

En plus des casbahs et des ksour, dans cette région abondent aussi d’autres bâtiments traditionnels en terre crue : les marabouts ou mausolées qui couvrent le tombeau d’un saint; les greniers collectifs, qui ressemblent à une casbah vus de l’extérieur, et les tours de guet isolées. Dans le milieu du tourisme, on rassemble souvent mais à tort toutes ces différentes constructions sous le terme générique de “casbahs”. On voit même maintenant certains hôtels et restaurants ajouter le mot “kasbah” à leur nom pour attirer les clients, alors que, dans la plupart des cas, il s’agit d’un bloc de béton armé de construction récente. À cause de cette attitude, le mot “kasbah” est en train de perdre son sens originel et il se pourrait que dans quelque temps il devienne tout simplement synonyme d’”hôtel” !

Le ksar Tissergat, près de Zagora
Le marabout de Sidi Bou Guercif à El Khorbat
Tour de guet dans la vallée du Draâ
Le grenier d’Ighrem n’Ougoudal

Quoiqu’il en soit, nous vous garantissons que les casbahs mentionnées sur notre site Web sont de vrais bâtiments anciens (au moins un demi-siècle), construits en terre crue.