[227] Comme un poisson dans l’eau

Poissons congelés à la pêcherie Kambala Balik [Mer d’Aral] | Didier Bizet [Al Jazeera]

Le Kazakhstan, tout comme l’Ouzbékistan, borde la mer d’Aral. Cette véritable mer intérieure, l’une des plus vastes du globe, était présentée dans les années 1980 comme l’une des plus grandes catastrophes environnementales du XXème siècle. Surprise, la mer d’Aral va mieux, du moins sa partie nord dénommée « petite mer ». En effet, à la demande du gouvernement kazakh, la Banque mondiale a financé la construction de la digue de Kokaral longue de 13 kilomètres, et haute de 10 mètres. Peu à peu, le niveau de l’eau est remonté, la petite mer a reconquis 50 % de sa surface antérieure, les pélicans sont revenus et les carpes réapparues, les pêcheurs s’activent de nouveau, les enfants réapprennent à pêcher. Selon certains scientifiques, la grande mer d’Aral, située au sud, serait définitivement perdue.

Un enfant sur sept vit dans un endroit où la pollution excède jusqu’à six fois les normes internationales, contribuant largement à la mortalité infantile, selon un rapport de l’Unicef publié ce lundi 30 octobre. Au total, environ deux milliards subissent une pollution qui dépasse les seuils établis par l’Organisation mondiale de la santé [OMS]. Cette nouvelle étude du Fonds des Nations Unies pour l’enfance parait une semaine avant le début de la conférence de l’ONU sur le climat, la COP22, qui doit se tenir à Marrakech au Maroc du 7 au 18 novembre.

Plus puissant que celui du 24 août qui avait fait 300 morts à Amatrice, plus puissant que les deux secousses qui ont frappé cette même zone de l’Italie centrale mercredi dernier, un séisme d’une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter a de nouveau ébranlé le centre de la péninsule ce dimanche matin, à 7h41. Le tremblement de terre, dont l’épicentre se situe à quelques kilomètres de la petite ville de Norcia a été ressenti de Bari à Naples et jusqu’à Bolzano. Les habitants décrivent un « enfer ». Heureusement, pour l’heure, aucun mort n’est à déplorer.

Pour Gianluca Valensise, sismologue à l’Institut national italien de géophysique, les puissants séismes qui ont lieu dans le centre de l’Italie, à l’instar de celui d’une magnitude de 6,5 qui a eu lieu le 30 octobre, « sont un processus qui peut durer indéfiniment ».

Le traité de libre-échange commercial entre le Canada et l’Europe a officiellement été signé dimanche 30 octobre. Le CETA, fruit de sept ans de négociations, supprimera 99% des droits de douane entre l’UE et Ottawa, entrera en application provisoire et partielle une fois ratifié par le Parlement européen et celui du Canada, dans les prochains mois. Il devra ensuite être approuvé par l’ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l’UE pour devenir définitif.

Les Moldaves se sont rendus aux urnes dimanche 30 octobre pour la première élection présidentielle au suffrage universel depuis 1997. Igor Dodon, le candidat du Parti des socialistes moldaves, résolument prorusse, est passé tout près de remporter dès le premier tour, l’élection présidentielle organisée dans cette République de 3,5 millions d’habitants. Avec 48,7 % des voix et la quasi-assurance de rallier les 6 % d’électeurs d’une autre formation prorusse, « la victoire est inévitable », a-t-il clamé dimanche soir. Le second tour aura lieu le 13 novembre.

Au Brésil, Marcello Crivella, 59 ans, sénateur conservateur controversé, évêque évangélique et neveu du fondateur d’une église évangélique, a été élu maire de Rio de Janeiro dimanche à l’issue du second tour des élections municipales au Brésil qui a confirmé la déroute du Parti des travailleurs [PT] et de ses alliés qui dominent la vie politique brésilienne depuis plus d’une décennie. A Sao Paulo, première ville du pays et fief du PT, le maire sortant Fernando Haddad, présenté comme une étoile montante de la gauche, a lui aussi été remercié par les électeurs. Les élections de dimanche risquent d’influencer la nouvelle géographie politique brésilienne avant la présidentielle prévue en 2018.

L’ancien président salvadorien Antonio Saca a été arrêté, samedi 29 octobre, lors de la fête de mariage de l’un de ses fils à San Salvador. Il est accusé de corruption, et notamment de détournement de fonds publics, selon la justice salvadorienne. Cet homme d’affaires qui fut à la tête du pays de 2004 à 2009 sous les couleurs du parti Arena [conservateurs] a été appréhendé avec six autres personnes, dont l’ex-ministre des communications, Julio Rank, et l’ex-ministre de la jeunesse, Cesar Funes. En cinq ans de mandat à la tête de l’Etat, la fortune du président est passée de 3,6 à 13,1 millions de dollars, sans qu’il puisse dire clairement d’où ils venaient.

Déclenchée en décembre 2013 pour éviter des massacres, alors que l’Etat centrafricain s’était effondré, l’opération Sangaris s’achève avec ce mois d’octobre. Si le pays est militairement stabilisé, la réconciliation se fait attendre. Quelque 350 militaires français vont cependant rester en Centrafrique, dont une centaine au sein de la force de l’ONU, la Minusca. Roland Marchal, spécialiste des conflits africains au Centre d’études et de recherche internationale de Sciences Po, fait le point sur la situation sur place.

Au Maroc, des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche dans plusieurs villes après la mort vendredi de Mouhcine Fikri, un poissonnier écrasé dans la benne d’un camion de ramassage des ordures ménagères alors qu’il tentait de récupérer du poisson confisqué par police. Les manifestations se sont déroulées dimanche à l’appel des militants du Mouvement du 20 février qui avaient déjà protesté lors du printemps arabe en 2011. En signe d’apaisement, le roi Mohamed VI a demandé au ministre de l’Intérieur de se rendre chez la famille de la victime pour lui présenter les condoléances du palais.

Au Pakistan, depuis jeudi soir, la police a procédé à des dizaines d’arrestations de membres du Mouvement pakistanais pour la Justice [PTI]. Le parti d’opposition prévoit de bloquer la capitale pakistanaise à partir de mercredi pour renverser le Premier ministre Nawaz Sharif, mis en cause dans les Panama Papers, qu’il accuse de corruption. 

Jusqu’où ira Recep Tayyip Erdogan ? La purge, lancée par le président turc au lendemain du coup d’Etat manqué du 15 juillet, avait déjà surpris par son ampleur et sa rapidité. Plus de trois mois après, elle se poursuit au même rythme affolant. Le gouvernement fait fermer des dizaines de médias et continue à licencier des milliers de membres de l’administration.

Le rétablissement de la peine de mort est évoqué depuis la tentative avortée de coup d’Etat. Elle a pourtant été abolie en 2004, au moment où la Turquie, toujours candidate, espérait pouvoir intégrer l’Union Européenne. Le Conseil de l’Europe a de nouveau mis en garde dimanche la Turquie contre le rétablissement la peine de mort, rappelant qu’elle n’était pas compatible avec l’appartenance à l’organisation paneuropéenne.

En plein état d’urgence en France, des centaines de policiers en armes ont défilé dans 25 villes, en toute illégalité : le mouvement de colère, inédit par son ampleur et sa durée, a rapidement fait tache d’huile. Les policiers disent leur ras-le-bol devant la dégradation de leurs conditions de travail, mais dénoncent aussi une justice prétendument laxiste. Du pain bénit pour la droite et l’extrême droite, lancées dans une surenchère électorale à 6 mois de la présidentielle.

Malcolm Turnbull, le premier ministre australien, a présenté dimanche 20 octobre un nouveau projet de loi durcissant encore davantage la politique d’immigration de son pays — l’une des plus sévères au monde. Le gouvernement australien compte en effet interdire de séjour à vie les réfugiés qui tentent de débarquer clandestinement sur ses côtes.

Le gouvernement français veut accélérer son offensive contre les campements de migrants. En visite au centre d’accueil et d’orientation [CAO] de Doué-la-Fontaine, dans le Maine-et-Loire, François Hollande a affirmé ce samedi que la France ne « [pouvait] plus tolérer les camps » et n’en « [tolérerait] pas » de nouveaux. Dans la foulée, Manuel Valls a annoncé que le camp installé au pied de la station de métro Stalingrad à Paris serait évacué « la semaine prochaine ». La « Jungle » de Calais devrait être entièrement rasée lundi.

Les associations d’aide aux réfugiés sont les premières à souligner l’importance de la culture pour ceux qu’elles accueillent. De leur côté, artistes et institutions culturelles cherchent à prendre leur part dans l’accueil, mais une impulsion politique manque. « Les moments culturels sont ceux où nous pouvions le mieux entrer en contact avec les réfugiés. La musique, le chant, la danse franchissent les barrières et créent tout de suite un lien ».
Malgré leur sentiment d’impuissance, les artistes veulent mettre leur art au service d’un meilleur accueil. 

Depuis deux ans, Mike Kelley parcourt les aéroports du monde entier pour y observer l’incessant ballet des avions. Il les photographie pendant des heures, puis les rassemble dans des montages surréalistes.

l
La privatisation des aéroports de Nice et de Lyon a été actée ce dimanche par un arrêté paru au Journal Officiel. L’Etat a vendu 60% de ses parts, pour un bénéfice de 1,76 milliard d’euros. « La cession de la participation de 60 % détenue par l’Etat au capital de la société Aéroports de la Côte d’Azur à une société de droit italien constituée par les sociétés Atlantia SpA, Aeroporti di Roma SpA et Electricité de France est autorisée », peut-on lire dans un arrêté signé vendredi par Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des transports. Le consortium italien Azzura avait remporté l’appel d’offres, en proposant de racheter les parts de l’Etat pour 1,222 milliard d’euros. Il devient ainsi l’actionnaire majoritaire avec 60% du capital de la société Aéroports de la Côte d’Azur, qui comprend aussi les sites de Cannes-Mandelieu et Saint-Tropez-La Môle. La privatisation de ces deux aéroports, initiée par la loi Macron, avait été décidée fin juillet par le gouvernement.

« Valérie Boyer, député et maire [LR] de secteur de Marseille [11–12] est littéralement apeurée à l’idée que ses concitoyens puissent croiser 18 migrants. Ils seront hébergés le temps que leurs dossiers de demande d’asile soient étudiés dans un centre d’apprentissage de la Treille. Ce hameau que traversait naguère l’été, en route pour le Garlaban, le père Pagnol en apprenant à son fils Marcel la trilogie française : liberté, égalité, fraternité. Mme Boyer craint cette poignée de malheureux. Plus, en tout cas, que la poignée de main qu’elle a acceptée du dictateur syrien Bachar el-Assad, à qui l’on doit en partie l’errance de ces pauvres hommes. Le préfet Stéphane Bouillon a dû répondre devant quelques adhérents d’un CIQ aux questions oppressées de la parlementaire ».
C’est la même députée qui se targue d’avoir fait reconnaitre le génocide arménien par la France. Et heureusement pour elle, les migrants arméniens sont morts et bien morts. Leurs descendants ne sont finalement que des électeurs. 

A Aix en Provence… le marché des producteurs devrait déménager à nouveau ! Après leur départ de la place de la Madeleine fin août, ils étaient installés cours Sextius, mais les riverains demanderaient leur départ. On imagine que le marché est beaucoup plus gênant pour eux que les cinq cents rotations de bus quotidiennes qui avaient lieu sur cet axe avant l’arrivée du marché. Les maraichers s’inquiètent. 
Une pétition circule.

Bonne journée

@MathieuGrizard

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Mathieu Grizard’s story.