[261] Etoiles de mer

Le phare de l’Aquarius balaye l’horizon…

En Méditerranée, le phare de l’Aquarius balaye l’horizon pour permettre de repérer les embarcations en difficulté en pleine nuit. Selon MSF, 16% des migrants arrivant en Italie sont des enfants, et 88% d’entre eux sont seuls. Le plus jeune enfant non accompagné rencontré cette année était âgé de huit ans.

Une équipe de l’agence européenne Oceana vient de repérer quelque 200 espèces sous-marines inconnues en Méditerranée, par 1 000 mètres de fond, au large du Liban. Parmi celles-ci, des étoiles de mer que l’on trouve ordinairement dans l’océan Arctique. Cette richesse sous-marine conforte le gouvernement libanais dans sa volonté de créer une réserve nationale protégée, en accord avec la Convention internationale sur la diversité biologique, qui vise à protéger 10 % des aires marines dans le monde d’ici 2020.

Honduras, Somalie, Mexique, Guatemala… Ces pays font partie des plus dangereux du monde. Un organisme américain d’analyse de risques a publié son classement annuel. Trois zones se dégagent : l’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Afrique. A lire la liste des treize pays les plus dangereux de la planète, l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs.

Un rapport d’Europol détaille les changements à venir dans les modes opératoires de l’Etat islamique en Europe. L’utilisation possible de voitures piégées inquiète les services de renseignements. Si les modes opératoires des précédentes attaques seront probablement reproduits lors de futures tentatives d’attentats, Europol estime que des terroristes vont aussi utiliser des armes plus faciles à obtenir que des fusils de guerre : couteaux, haches, machettes.

Au moins 2 000 membres des forces armées irakiennes ont été tués en novembre, un lourd bilan qui reflète la férocité des combats menés depuis six semaines à Mossoul contre le groupe Etat islamique [EI]. Selon la Mission des Nations unies en Irak, 1 959 membres des forces irakiennes ont été tués en novembre et au moins 450 autres blessés. L’ONU ne fournit pas de bilan détaillé par région mais le nombre de tués parmi les forces armées irakiennes est monté en flèche depuis le début de l’offensive lancée contre le dernier grand bastion irakien des jihadistes de l’EI, le 17 octobre 2016.

Désormais, dans le monde, 20 millions de réfugiés et déplacés vivent dans des camps. Un lieu adapté pour reprendre des forces avant de rebondir ? Les réfugiés syriens installés à Zaatari et Azraq, en Jordanie, redoutent l’immobilisme engendré par les camps. Leur priorité : travailler et construire un projet, même tout petit.

Chatila résonne dans les esprits comme le point culminant de l’horreur de la guerre civile libanaise, quand ses résidents ont été massacrés par les milices chrétiennes en septembre 1982. Mais une fois le spectre de la guerre éloigné, le sort de ses habitants ne s’est guère amélioré. Dans son dédale, tout est plus étroit, plus sale et moins sûr : « Il y a cinq ans, six ministres sont venus à Chatila pour la première fois. Ils nous ont demandé, incrédules, comment nous pouvions vivre dans ces conditions. On a répondu qu’on ne pouvait pas. Ensemble, nous avons pleuré. Puis, ils ne sont jamais revenus et rien n’a changé », soupire Abou Nour, le responsable du Front démocratique du camp, l’une des organisations membres de l’Organisation de libération de la Palestine [OLP].

En Syrie, les forces progouvernementales se sont emparées de la moitié des quartiers que les rebelles contrôlaient à Alep avant le lancement à la mi-novembre d’une offensive dévastatrice du régime, a indiqué vendredi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme [OSDH]. « Après les récentes avancées, le régime contrôle confortablement la moitié [nord] de l’ancien territoire rebelle dans l’est » de la deuxième ville de Syrie et les troupes prorégime grignotent du terrain vers les quartiers du secteur rebelle les plus à l’est, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH. Depuis une semaine, au moins 50.000 des 250.000 habitants d’Alep-Est ont trouvé refuge dans des zones de la ville sous contrôle gouvernemental ou kurde.

Le chef de l’Etat gambien, Yahya Jammeh, au pouvoir depuis vingt-deux ans, a reconnu sa défaite au scrutin présidentiel de jeudi, a annoncé le président de la Commission électorale indépendante. Il serait devancé dans les urnes par le candidat d’une coalition d’opposition, Adama Barrow. Les résultats officiels n’ont pas encore été publiés. Simple lieutenant porté au pouvoir par un coup d’Etat en 1994, Yahya Jammeh fut élu pour la première fois en 1996 puis réélu tous les cinq ans depuis. Il briguait un cinquième mandat à la tête de la Gambie.

En Thaïlande, le prince héritier a été proclamé roi le 2 décembre, cinquante jours après la disparition de son père. Maha Vajiralongkorn, 64 ans, a accepté d’accéder au trône dans une allocution télévisée. Il devient Rama X. La Thaïlande est dirigée par un gouvernement militaire depuis plus de deux ans. Elle va bientôt promulguer une Constitution qui devrait ouvrir une ère de démocratie régentée, dans un pays polarisé politiquement. Alors même que les généraux essaient d’étouffer les débats qui sèment la discorde, il va être de plus en plus difficile de continuer à occulter les inégalités de revenus dans un pays où 10 % des propriétaires possèdent plus de 60 % des terres, et dont la famille royale compte parmi les plus riches du monde.

Près de quatre semaines après sa victoire, Donald Trump avance, jour après jour, dans la constitution de son administration. Jeudi 1er décembre, au lendemain de nominations importantes au sein de son équipe économique, c’est à l’armée qu’il s’est consacrée. Le Pentagone, a annoncé le prochain président des États-Unis, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, sera confié à James Mattis, un général au surnom évocateur : « l’enragé ».

Jamais un gouvernement américain n’aura rassemblé autant de grosses fortunes que celui nommé par le futur président américain. Donald Trump est en train de mettre sur pied le cabinet le plus riche de l’histoire américaine moderne. Les personnes à qui il va confier les plus hautes fonctions incluent plusieurs milliardaires, l’héritière d’une immense fortune familiale et deux milliardaires certifiés par Forbes, dont la famille de l’un pèse autant que le magnat de l’industrie Andrew Mellon lorsqu’il était ministre des Finances il y a presque cent ans. Leur richesse collective contredit à bien des égards les promesses populistes de Trump pendant sa campagne.

Sarah Olney s’est engagée à voter contre le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne si le Parlement britannique est consulté. C’est un affront symbolique pour Theresa May et une nouvelle réconfortante pour les pro-Européens : Zac Goldsmith, ancien candidat conservateur à la mairie de Londres et farouche partisan du Brexit, s’est fait ravir son siège de député de Richmond [ouest de Londres] par Sarah Olney, une candidate inconnue du très proeuropéen Parti libéral-démocrate, lors d’une élection partielle jeudi 1er décembre. « Nous ne voulons pas que l’on nous fasse sortir du marché unique [européen] et nous ne laisserons pas gagner l’intolérance, la division et la peur », a déclaré la gagnante du scrutin.

« Un tiers des émissions mondiales dépendent de l’action des villes », rappelle un rapport rendu public jeudi, « Deadline 2020 ». Alors que les engagements des Etats ne sont pas suffisants, dans l’immédiat, pour maintenir le réchauffement sous les 2 °C comme le prévoit l’accord de Paris, les grandes métropoles de la planète entendent montrer la voie avec un objectif plus contraignant encore. Réunis à Mexico du 30 novembre au 2 décembre, les édiles du C40, organisation qui regroupe 86 des plus grandes villes du monde, ont pris l’engagement de doter d’ici à 2020 leur ville d’un plan action climat qui permette de contenir les augmentations de températures en deçà de 1,5 °C. Anne Hidalgo, maire de Paris, est depuis ce 1er décembre présidente de cette organisation.

Après six mois de débats internes, la métropole Aix Marseille Provence a finalisé son agenda de la mobilité. Ce document, publié par Marsactu, a été présenté au ministre des transports mardi. L’État doit indiquer en mars comment il compte aider l’émergence de ce projet à plus de 3 milliards d’euros, d’ici 2025. Prochaine étape, le vote en conseil métropolitain le 15 décembre prochain. Une formalité ?

Gaëlle Lenfant, élue d’opposition aixoise et conseillère métropolitaine [PS], poursuit ses « cafés chez Rafik » au Jas de Bouffan une semaine sur deux, et c’est aujourd’hui à 9h30 pour le dernier café avant 2017. 
De quoi voudrez-vous parler aujourd’hui ?

Bonne journée

Like what you read? Give Mathieu Grizard a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.