[324] Corps et âme

Cassette Record | Gregor Hildebrandt

Le dimanche 19 février, le rideau tombera sur la Berlinale. L’hebdomadaire Die Zeit dresse un premier bilan de cette 67ème édition. D’un côté, la fièvre de parole des invités américains, avides de commenter le début de mandat de Donald Trump. De l’autre, le laconisme étudié de plusieurs films en compétition. « Il n’est pas sans ironie de rappeler que le Festival de cinéma de Berlin a été créé en 1951 par les autorités militaires américaines », et que « la toute première Berlinale avait été présentée comme ‘la vitrine du monde libre’ », s’amuse Die Zeit. Alors que le festival touche à sa fin, l’hebdomadaire allemand souligne le paradoxe de cette 67ème édition, organisée peu de temps après l’investiture de Donald Trump à la présidence américaine : « Aki Kaurismäki, Thomas Arslan et d’autres réalisateurs ont majestueusement ramené le 7ème art à ses racines, celles du cinéma muet. Dans le même temps s’est imposé un grand besoin de parler. En particulier de la part des invités américains ».

Jusqu’au bout, l’édition 2017 de la Berlinale aura su déjouer les pronostics. Alors que le réalisateur finlandais Aki Kaurismäki était donné largement favori avec son plaidoyer pour les réfugiés, L’autre côté de l’espoir, c’est finalement le film de la réalisatrice et scénariste hongroise Ildikó Enyedi, Caméra d’or à Cannes et sélectionnée deux fois en compétition à Venise, qui a reçu l’ours d’or. Le jury présidé par le réalisateur néerlandais Paul Verhoenen a tenu à récompenser cette étrange histoire d’amour se déroulant dans un abattoir de Budapest. « On Body and Soul », son cinquième long-métrage, interroge les rapports entre rêve et réalité, sommeil et éveil, sur fond de mélodrame romantique. Le réalisateur finlandais doit quant à lui se contenter du fort honorable Ours d’argent du Meilleur réalisateur. Autre surprise, Sebastian Lelio, acclamé par la critique pour sa Mujer fantastica, ne repart qu’avec l’Ours d’argent du Meilleur scénario. Le réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis triomphe quant à lui avec Félicité, son quatrième film, tourné à Kinshasa.

Le vice-président américain Mike Pence a martelé ce samedi 18 février lors de la Conférence sur la sécurité de Munich que l’engagement des Etats-Unis au sein de l’Otan était « inébranlable », un discours destiné à des alliés inquiets des propos de Donald Trump. « Le président m’a demandé d’être ici aujourd’hui […] pour transmettre le message que les Etats-Unis soutiennent fermement l’Otan et que nous serons inébranlables dans notre engagement envers l’Alliance atlantique », a déclaré Mike Pence lors de la Conférence sur la sécurité de Munich. Le vice-président américain, qui s’exprimait pour la première fois devant le gratin politico-militaire mondial, a assuré à plusieurs reprises dans son discours d’une vingtaine de minutes qu’il parlait au nom du locataire de la Maison Blanche. « Nous serons toujours votre plus grand allié », a-t-il lancé, rappelant les valeurs communes de « démocratie, justice, Etat de droit » partagées par les Etats-Unis et leurs partenaires européens. Solennel et posé, Mike Pence a toutefois répété fermement les exigences américaines d’un engagement financier plus important de ses partenaires de l’Otan.

La première explosion atomique éclaire le scénario de formation de la Lune. Des chercheurs ont eu l’idée originale de travailler sur des échantillons issus du premier essai nucléaire de l’Histoire réalisé par les Américains en juillet 1945. Car seule une explosion atomique permet d’approcher les conditions cataclysmiques provoquées par la collision de deux corps de la taille d’une planète. L’énergie libérée est si prodigieuse qu’elle fait fondre le sable sur plusieurs centaines de mètres, le transformant en particules de verre baptisées « trinitites ». De nombreux échantillons sont stockés et étudiés depuis plus de 70 ans. Généralement pour mesurer l’évolution de leur radioactivité. Une équipe de chercheurs internationaux vient néanmoins d’avoir l’idée originale de s’en servir pour valider les scénarios de formation… de la Lune. Des analyses ont ainsi été effectuées à l’Institut de Physique du Globe de Paris par le chercheur anglais James Day et son collègue Frédéric Moynier, qui cosignent avec plusieurs collègues américains un article dans la revue Science Advances.

La Chine a annoncé, samedi 18 février, son intention de cesser toutes ses importations de charbon en provenance de la Corée du Nord pour le reste de l’année 2017. Cette interruption doit entrer en application dès le dimanche 19 février et porter également sur « les cargaisons pour lesquelles les procédures douanières ne sont pas terminées », a indiqué le ministère chinois du commerce. La décision de Pékin intervient moins d’une semaine après un tir de missile balistique de Pyongyang, dimanche 12 février, qui a parcouru environ 500 kilomètres avant de retomber en mer du Japon et suscité de vives réactions en Asie et aux États-Unis. Alors qu’il rencontrait le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson a ainsi appelé Pékin à œuvrer « par tous les moyens » pour « modérer » son voisin nord-coréen.

Il n’y a plus de casques bleus sur le sol ivoirien. Les derniers contingents ont quitté le pays cette semaine, dans la nuit de mercredi à jeudi, après quatorze ans de présence. L’opération des Nations unies fermera, elle, définitivement le 30 juin prochain. Un départ qui marque un retour durable de la stabilité et de la paix en Côte d’Ivoire, selon l’ONU. Même si les défis sécuritaires restent importants.

Quelque 160 000 personnes ont manifesté samedi 18 février à Barcelone, selon la police municipale, pour réclamer que l’Espagne accueille « dès maintenant » les milliers de réfugiés qu’elle s’était engagée à recevoir dès 2015. Le défilé était organisé dans le cadre de la campagne « Chez nous c’est chez vous » [« Casa nostra casa vostra », en catalan]. Selon son site internet, elle avait été lancée par « un groupe de personnes indépendantes travaillant dans le monde de la communication » en Catalogne, qui s’était retrouvé en mai 2016 dans les camps de réfugiés, à la frontière entre Grèce et Macédoine, en tant que professionnels ou bénévoles. Le rassemblement était soutenu par la majorité des partis politiques, syndicats et entités en Catalogne, selon les médias espagnols. La maire de gauche de la deuxième ville d’Espagne, Ada Colau, avait appelé les manifestants à « emplir les rues » pour cette marche intitulée « nous voulons accueillir ».

Le député néerlandais d’extrême droite et anti-islam Geert Wilders a lancé samedi 18 février sa campagne pour les législatives du mois de mars par une attaque contre « la racaille marocaine » dont il a dit vouloir débarrasser le pays pour « le rendre au peuple néerlandais ». Geert Wilders est donné en tête par les sondages pour les élections du 15 mars au cours desquelles les Néerlandais sont appelés à renouveler le Parlement. Selon les derniers sondages, le PVV pourrait remporter 24 à 28 sièges, devançant ainsi de deux à quatre sièges l’actuel parti au pouvoir, le parti libéral du premier ministre Mark Rutte. Le parlement néerlandais compte 150 sièges.

Les équipes du Front national entretiennent le flou sur les déplacements à l’étranger de la candidate à la présidentielle et la sélection des médias qui l’accompagnent. Mme Le Pen doit effectuer au Liban, lundi 20 et mardi 21 février, en compagnie du député du Gard Gilbert Collard. Selon nos informations, la fille de Jean-Marie Le Pen doit rencontrer successivement, lundi, le président libanais Michel Aoun, le premier ministre Saad Hariri et le ministre des affaires étrangères Gebran Bassil. Mardi, la présidente du FN est censée s’entretenir avec le patriarche maronite Bechara Boutros Rahi, puis avec le leader chrétien Samir Geagea. Des rencontres de haut niveau dont la préparation s’accompagne d’une forme de secret côté frontiste, alors que des sources officielles libanaises confirmaient, dès le mercredi 15 février, les entrevues avec MM. Aoun et Hariri.

La présidente du Front national, qui dénonce régulièrement l’espace Schengen comme une « passoire », était absente au parlement européen lors d’un vote qui visait à renforcer le contrôle aux frontières de l’espace européen. Comme l’explique le site du parlement européen, la mesure est présentée comme une réponse « aux menaces terroristes en Europe, illustrées par les attentats récents de Berlin, Bruxelles et Paris, et au phénomène des « combattants étrangers », tels que les citoyens de l’UE qui rejoignent des groupes terroristes dans des zones de conflit, comme le groupe État islamique en Syrie et en Irak ». « Sécuriser les frontières extérieures signifie ériger un puissant bouclier contre le terrorisme en Europe et préserver le droit à la vie, ce qui est le corollaire de tous les droits », expliquait la rapporteur Monica Macovei peu avant le vote.

Quelque 2.300 personnes, selon la Préfecture de police, se sont réunies samedi 18 février à Paris, à l’appel d’associations antiracistes et de syndicats, pour protester contre les violences policières et soutenir Théo, le jeune homme noir victime d’un viol présumé lors de son interpellation. Quelques centaines de personnes ont « testé les barrages des forces de l’ordre », jetant des projectiles dans une ambiance tendue. Parmi les slogans entendus lors de la manifestation, on pouvait entendre : « On n’oublie pas, on pardonne pas !», « Police partout, justice nulle part », « C’est l’impunité et l’injustice, alors désarmons la police ! ». Une banderole barrée de l’inscription « De Zyed et Bouna à Théo et Adama, à bas le racisme et la violence d’État » a également été déployée.

« L’amélioration des comptes publics français depuis cinq ans est réelle. En 2012, à l’issue du mandat de Nicolas Sarkozy, le déficit public atteignait 4,8% du PIB. Un autre indicateur positif est la reconstitution des taux de marge des entreprises, à hauteur de 31,8% en 2016, hausse largement liée aux efforts budgétaires [plus de 40 milliards d’euros d’aides et d’avantages fiscaux] consentis dans le cadre du crédit d’impôt pour la compétitivité et pour l’emploi mis en place en 2013. Problème : cet assainissement demeure partiel et n’a pas ranimé la «machine France». Malgré la création nette de 150 000 emplois en 2016, la France compte cette année 500 000 chômeurs de plus, toutes catégories confondues, qu’en 2012 [3,5 millions contre 2,95]. La croissance économique a plafonné à 1,1% l’an dernier et le déficit commercial s’est sérieusement aggravé, atteignant 48,1 milliards d’euros, contre 45,7 milliards en 2015 ».

Chaque année, plus de trente millions de touristes viennent séjourner dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur dont 1,5 million sont des croisiéristes en escale à Marseille. En quête d’activités de loisirs ou d’escapades en Provence, ils bénéficient d’une offre touristique cherchant à répondre à leurs besoins tout en limitant la pollution générée par leur venue. D’après une étude réalisée par France Nature Environnement, la fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement, et l’ONG allemande NABU en juillet 2015 à proximité du Port de Marseille, « la majeure partie de la pollution de l’air par les navires de croisière vient de la teneur en soufre des carburants. Ils en contiennent jusqu’à 3 500 fois plus que le diesel que nous mettons dans nos autos ».

« A Marseille, aux Catalans, depuis l’abandon du projet d’hôtel 4 étoiles, l’ancienne usine de sucre Giraudon est revenue à son statut de friche industrielle les pieds dans l’eau. Or, un promoteur marseillais vient de déposer un dossier en mairie pour le transformer en résidence de luxe. Adossée au Cercle des nageurs, le club de natation et de réseautage de la bourgeoisie marseillaise, l’ancienne usine de sucre de Giraudon se cherche un destin doré depuis sa fermeture en 2008. Au crayon, selon les sources de Marsactu, on retrouve l’architecte du Mucem Rudy Ricciotti. Mais les obstacles sont nombreux et de tous ordres. D’autres s’y sont déjà heurtés. L’histoire n’est pas finie ».

Bon dimanche

Like what you read? Give Mathieu Grizard a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.