[380] Laisser sa peau

Sixty | Nils Völker | Vies d’ordures | Mucem, Marseille [2017]

Dans le camp de concentration autrichien de Mauthausen, combien de personnes arabes ou ayant la peau noire ont-elles été détenues ? Pour la première fois, des documentalistes de l’université de Vienne se sont penchées sur la question et remettent en question le travail de mémoire tel qu’il est mené en Europe. Rendue publique au début du mois de mars en Autriche, elle apporte de nouvelles informations sur un angle mort de la recherche.

28 anciens tirailleurs sénégalais ont été « réintégrés » samedi dans la nationalité française par François Hollande sous les ors de l’Elysée, six décennies après en avoir été privés par l’indépendance des colonies africaines de la France. Fragiles octogénaires appuyés pour la plupart sur une canne, la poitrine bardée de médailles, ils s’étaient illustrés autrefois sous la bannière tricolore en Indochine ou en Algérie et ont entonné, certains avec les larmes aux yeux, la Marseillaise. François Hollande a célébré ces « retrouvailles » avant de remettre à chacun d’entre eux le décret qui en fait de nouveau un citoyen français. Il a « fallu mener un long combat pour que la France consente enfin à réparer cette injustice », a-t-il reconnu. « Vous êtes l’histoire de France » et celle-ci a une « dette de sang » à votre égard, a-t-il lancé devant ces anciens combattants nés dans les années 30. Parmi eux figurent 23 Sénégalais mais aussi deux Congolais, deux Centrafricains et un Ivoirien.

L’intelligence artificielle reproduit aussi le sexisme et le racisme des humains qui lui ont servi de modèle. Dans un article publié vendredi 14 avril par la revue Science, Joanna Bryson, Aylin Caliskan et Arvind Narayanan, des chercheurs des universités de Princeton [New Jersey] et de Bath [Royaume-Uni], montrent comment une technologie de machine learning [apprentissage machine] reproduit les biais humains, pour le meilleur et pour le pire. Quand un programme d’IA est devenu jury d’un concours de beauté, en septembre 2016, il a éliminé la plupart des candidats noirs — les données sur lesquelles il s’était entraîné pour identifier la beauté ne contenaient pas assez de personnes à la couleur de peau noire.

« Habit de soie n’a pas de puce ». A l’heure de l’« Internet des objets » et du tout connecté, ce proverbe estonien n’est plus vrai — si, bien sûr, l’on comprend par « puces » des circuits électroniques, capteurs ou senseurs en tous genres. Depuis peu, le monde du textile s’empare des technologies numériques et les incorpore aux matériaux bruts. Mieux, ces composants électroniques nécessitant souvent des accus pour fonctionner, les tissus-mêmes deviennent des interfaces pour capter l’énergie, voire la stocker. Pagnes solaires, pulls thermosensibles ? Vestes-batteries ? Voilà les technologies sur lesquelles travaillent des dizaines de groupes dans le monde, dans un domaine en plein boom. « D’ici à 2025, il y aura 50 milliards d’objets connectés dans le monde, estime Adrian Ionescu, professeur de nanoélectronique à l’EPFL. Cela représente une consommation d’énergie énorme ! » Concernant les seuls textiles électroniques [e-textile], le marché devrait croître de 36% au moins d’ici à 2022, selon une analyse de novembre 2016.

Quelque 35 opérations de secours ont eu lieu ou étaient toujours en cours samedi, pour venir en aide à près de 4.000 migrants au large des côtes libyennes, ont indiqué à l’AFP les garde-côtes italiens et une ONG.
Ces opérations ont été déclenchées par les garde-côtes italiens, qui coordonnent tous les sauvetages en Méditerranée centrale, dont une quinzaine était toujours en cours samedi soir, ont précisé ces garde-côtes.
Selon une ONG participant aux secours, Jugend Rettet, quelque 3.000 personnes ont été secourues dans la journée, particulièrement dense pour les secouristes en raison du beau temps qui prédomine dans la région.
Mais selon leur porte-parole, Pauline Schmidt, interrogée par l’AFP, plus d’un millier de personnes restaient encore à secourir, alors que la nuit était tombée au large de la Libye, et que les navires sur place ont tous atteint leur capacité d’accueil. « Au moins six canots pneumatiques sont encore à la dérive autour de notre bateau », a-t-elle assuré en début de soirée. D’autres navires devaient arriver sur les lieux pour prendre le relais de la flottille déjà sur place, composée essentiellement de bateaux affrétés par les organisations non gouvernementales [ONG], a encore indiqué cette porte-parole. « Nous n’avons jamais eu à nous occuper d’autant de personnes en même temps », a-t-elle encore affirmé. Vendredi, plus de 2.000 migrants avaient déjà été secourus en Méditerranée au large de la Libye. Plus de 27.000 personnes ont déjà été secourus et transportés en Italie depuis le début de l’année, soit une très forte hausse par rapport à la même période de l’an dernier, selon l’Organisation internationale des migrations [OIM].

L’Arkansas est devenu en quelques semaines l’épicentre du combat contre la peine de mort aux États-Unis. Huit condamnés à mort, pour meurtres, y attendaient que la justice se prononce sur leur exécution. Le gouverneur républicain de l’Arkansas, Asa Hutchinson, avait signé, le 10 mars, un décret ordonnant cette série d’exécutions groupées, étalée sur dix jours. Ce rythme inédit pour l’histoire récente de la peine de mort aux États-Unis était justifié par la prochaine date de péremption du midazolam, l’une des substances utilisées pour mettre à mort les condamnés, avec le bromure de vécuronium, un médicament ayant pour effet de décontracter les muscles et le chlorure de potassium qui provoque un arrêt cardiaque. Après de multiples recours judiciaires et une mobilisation internationale des opposants à la peine de mort, une juge fédérale a suspendu, samedi 15 avril, ce processus. Dans sa décision, la magistrate Kristine Baker a fait valoir que l’Arkansas n’avait exécuté personne depuis 2005 et a reconnu à ces prisonniers le droit de mettre en cause leur mode d’exécution par injection, celle-ci incluant une substance très controversée.

Scott Pruitt, l’administrateur de l’Agence américaine de protection de l’environnement [EPA] considère que les Etats-Unis doivent se retirer de l’accord de Paris sur le climat. Il est le premier responsable de l’administration Trump à prendre publiquement une telle position. Ce climatosceptique estime que cet accord — adopté par cent quatre-vingt-quinze pays en décembre 2015 — est « une mauvaise affaire pour l’Amérique », relevant que la Chine, plus important émetteur de CO2 de la planète, et l’Inde, également pays gros pollueur, n’ont « aucune obligation dans le cadre de cet accord jusqu’en 2030 ». Par contre, a-t-il déploré, « les Etats-Unis — deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre — subissent tous les coûts sans délai ». L’administration Trump a fait savoir qu’elle examinait sa position sur le changement climatique et la politique énergétique sans, pour l’instant, dire si elle comptait respecter la promesse de campagne du candidat Trump « d’annuler » la participation des Etats-Unis à l’accord de Paris. M. Trump a dit à la fin de mars qu’il prendrait position « d’ici à la fin de mai ». Le sujet divise les conseillers du président républicain.

En Corée du Nord, le régime communiste a organisé ce samedi une gigantesque parade militaire dans sa capitale en présentant de nouveaux missiles de longue portée. La Corée du Nord est prête à répondre par le nucléaire à toute attaque nucléaire qui la viserait, a mis en garde samedi le régime de Pyongyang, répondant indirectement au président américain qui a promis de « traiter » le « problème » nord-coréen. S’exprimant avant le début de la gigantesque parade militaire organisée à Pyongyang à l’occasion du 105e anniversaire de Kim Il-Sung, le fondateur de la République populaire démocratique de Corée [RPDC], le n°2 du régime a promis que son pays était « prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale ».

La Corée du Nord a échoué dimanche 16 avril dans sa tentative d’effectuer un nouveau tir de missile, a affirmé le ministre de la défense sud-coréen dans un communiqué. « La Corée du Nord a tenté de tester un type de missile non identifié ce matin, depuis la zone de Sinpo, dans la province de Hamkyong, mais nous estimons que ce test a échoué », a précisé le ministre, au sujet de ce tir largement attendu de la part du régime de Pyongyang, alors que la tension est au plus haut avec les Etats-Unis depuis que le président Donald Trump a affirmé jeudi sa volonté de « traiter » le « problème » nord-coréen. Le lancement a été confirmé par le Pentagone. « Le commandement des forces américaines dans le Pacifique a détecté et suivi ce que nous estimons être un tir de missile nord-coréen à 11 h 21 heure de Hawaï [22 h 21 GMT], le 15 avril », a déclaré Dave Benham, son porte-parole. Mais « le missile a presque immédiatement explosé », a-t-il ajouté, confirmant les affirmations du ministre sud-coréen de la Défense quelques minutes plus tôt.

Le président modéré iranien Hassan Rohani s’est porté candidat ce vendredi 14 avril à l’élection présidentielle du 19 mai, malgré les critiques des conservateurs et un bilan économique en demi-teinte. Agé de 68 ans, M. Rohani avait été facilement élu en 2013. Il avait obtenu dès le premier tour plus de 50 % des suffrages grâce au soutien des partis modérés et réformateurs. Cette fois, Hassan Rohani pourra faire valoir son plus grand succès diplomatique : la signature de l’accord nucléaire avec les grandes puissances, qui a permis la levée d’une partie des sanctions internationales à l’égard de l’Iran.

Le Premier ministre Hongrois Viktor Orban, contesté dans la rue pour ses projets de loi visant les universités étrangères et les ONG, a estimé samedi que ces sujets étaient « secondaires » face au véritable « conflit », sur l’immigration. « Nous vivons des temps où la politique internationale est un théâtre de conflit. L’immigration est au cœur de ce théâtre des conflits. Une prochaine loi doit être votée pour renforcer le contrôle sur les ONG en leur imposant de déclarer leur financement provenant de l’étranger. Ces initiatives ont déclenché le plus important mouvement de protestation contre le gouvernement Orban depuis son élection en 2010, avec des manifestations quasi quotidiennes, d’ampleur variable, à Budapest. Une nouvelle manifestation a rassemblé samedi plusieurs milliers de personnes dans la capitale hongroise.

L’Albanie pourrait devenir un paradis pour touristes. C’est hélas une immense décharge à ciel ouvert. Depuis une vingtaine d’années, ce petit pays des Balkans importe des déchets étrangers pour faire tourner son économie. Un commerce des ordures qui fait la part belle aux organisations criminelles. Après l’anarchie des années 90, où l’Etat albanais s’était quasiment effondré, laissant place à tous les trafics, l’importation des déchets étrangers — sous conditions — avait été légalisée en 2003. En 2011, le parti démocratique, alors au pouvoir, avait totalement autorisé leur importation, voulant faire de leur retraitement l’un des piliers de l’économie à la dérive. Mais la société albanaise ne l’a pas entendu ainsi : en 2013, le gouvernement socialiste d’Edi Rama a remporté les élections principalement parce qu’il avait promis de mettre fin à ce commerce des ordures. Et il a bel et bien abrogé cette loi. Mais aujourd’hui, le Premier ministre a tourné casaque. Pour le plus grand bonheur de toute une panoplie d’industriels qui transformeraient bien l’Albanie en poubelle de l’Europe. Les prochaines élections auront lieu en juin.

Alors que le Sri Lanka célébrait le traditionnel Nouvel an cinghalais et tamoul, une pile de déchets de 91 mètres de haut, déstabilisée pendant la nuit par des pluies torrentielles et un incendie, s’est écroulée en ensevelissant les cahutes d’un bidonville. Selon la police, 145 habitations au total ont été démolies. De nombreux habitants avaient été évacués avant l’accident en raison des fortes pluies. « Il y aurait eu encore plus de victimes si la plupart des gens n’avaient pas quitté leurs habitations plus tôt dans la journée », a déclaré à la presse un responsable des opérations de secours sur place. Le Premier ministre, Ranil Wickremesinghe, actuellement en visite au Japon, a assuré que des dispositions avaient été prises pour enlever cette montagne d’ordures mais que son effondrement s’était produit avant que les opérations de réinstallation des riverains puissent être engagées.

La commission des affaires juridiques du Parlement européen pourrait convoquer Marine Le Pen avant le second tour de la présidentielle pour débattre d’une éventuelle levée de son immunité dans le dossier des assistants parlementaires européens du Front national, selon des déclarations de la vice-présidente, Laura Ferrara, samedi 15 avril. La veille, les juges français chargés de cette enquête avaient demandé au Parlement européen la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen et d’une autre représentante du Front national [FN], Marie-Christine Boutonnet. Elles sont soupçonnées d’avoir fait salarier par le Parlement européen des assistants qui travaillaient en réalité pour le FN. Marine Le Pen, député européenne, avait fait valoir son immunité parlementaire en refusant de se rendre aux convocations de la police en février et de juges d’instruction en mars. Cette audition pourrait se tenir dès la première semaine de mai, soit avant le second tour, prévu le dimanche 7 mai. Laura Ferrara a ajouté que Marine Le Pen pourrait refuser d’être entendue par cette commission.

Pour clore son quinquennat, François Hollande présidera dimanche 16 avril les cérémonies commémorant le centenaire de la bataille du Chemin des Dames, échec sanglant de l’armée française, où son grand-père a combattu. Ce sera une première. Jamais, avant François Hollande, un président de la République n’avait participé à la commémoration de cette bataille. Un groupe d’une cinquantaine de choristes venus de Corse, du Béarn et du Pays basque y interprétera « la Chanson de Craonne ». Ce texte anonyme est apparu en 1915. Il décrit la souffrance des poilus. Mais c’est surtout sa version de 1917 qui est restée dans les mémoires. Elle est devenue l’hymne des mutins refusant de repartir au front, en étant rallongée d’un couplet militant et politique :
« Ceux qu’ont le pognon, ceux-là reviendront
Car c’est pour eux qu’on crève
Mais c’est fini, nous les troufions, on va se mettre en grève
Ce sera vot’tour messieurs les gros
De monter sur le plateau
Si vous voulez faire la guerre
Payez-là de vot’peu ».

Villeneuve-Loubet [06] est la 9e commune des Alpes-Maritimes à adopter un label qui vise à interdire la cigarette en bord de mer. Les fumeurs ne seront pas systématiquement verbalisés, mais gare à la récidive. Dès le mois de juin prochain, six des sept plages publiques villeneuvoises seront équipées de panneaux « Plage sans tabac ». Et il y sera alors interdit de fumer. La mesure a été adoptée en conseil municipal, ce jeudi 13 avril.
Pour devenir la 30e commune en France et la 9e dans le département des Alpes Maritimes à l’obtenir, la Ville signera une convention la semaine prochaine avec des représentants du comité départemental des Alpes-Maritimes de la Ligue nationale contre le cancer.

A Aix en Provence, la rue des Cordeliers était bloquée ce samedi matin, les diablines et le petit train touristique détournés pour l’installation de l’estrade et les discours de soutien et de présentation du candidat LR de la 14ème circonscription des Bouches du Rhône. Pour ceux qui ne pouvaient ou ne souhaitaient approcher, les discours étaient retransmis en direct sur les réseaux sociaux. Las ! un problème technique a coupé le sifflet de la colombe sauvage* juste après qu’elle ait évoqué la « passation de pouvoir » entre elle, députée de cette circonscription de 2002 à 2012, et son « jeune élu », en charge du Numérique, « qui lui doit tout ». Le cabinet noir de la République aurait-il encore frappé ?

Bonne journée

Mathieu Grizard

*La colombe sauvage désigne la maire d’Aix en Provence depuis sa citation approximative « la bave du crapaud n’atteint pas la colombe sauvage », dans le combat qui l’oppose au dinGau, maire de Marseille et président de la Métropole Aix Marseille Provence.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.